Suivez-nous

FacebookRSS

Economie

De la démocratie numérique

Couverture ouvrage

Nicolas Vanbremeersch
Seuil , 104 pages

Le moment versac
[lundi 27 avril 2009]


Est-il possible de parler simplement et posément d’Internet ? Nicolas Vanbremeersch le prouve avec un ouvrage réussi de vulgarisation.

Le titre est ambitieux. Tocqueville rôde. De la démocratie numérique se présenterait presque comme une traversée épique dans le nouveau territoire de ce siècle, l’Internet.

L’effet d’annonce, qui aurait pu s’avérer désastreux, s’estompe dès les premières pages. À rebours d’un grand tableau définitif ou interminable, Nicolas Vanbremeersch – alias le blogueur Versac   – déploie son style limpide pour détailler au lecteur « l’anatomie » de l’espace public numérique. Le voyage qu’il nous propose est sans fioritures. Le guide est modeste, fin et direct. En sa compagnie, le lecteur explorera « les trois web » que sont le web documentaire (de Wikipedia aux sites institutionnels), le web de l’information et le web social (des blogs aux réseaux sociaux). Sa typologie pourrait faire date d’autant plus qu’il la développe avec quelques-uns des travaux sociologiques les plus intéressants à propos d’Internet  . Versac parvient donc, avec une aisance confondante, à nous familiariser avec les enjeux actuels du web. Pas de jargon ou de sous-entendu pour initiés. Les fidèles lecteurs du blog versac.net y retrouveront la marque de son style. Nicolas Vanbremeersch cultive la description claire et concise. L’ouvrage se révèle être une introduction de grande qualité pour tout novice des arcanes du web social.

Cette qualité a son revers. Par intermittence, la vulgarisation tant revendiquée devient une dissertation de bon élève. L’écriture se fait scolaire, comme lorsque Nicolas Vanbremeersch plaque du Habermas pour habiller un truisme  . Cette référence, à laquelle il s’oblige, le conduit à faire une impasse sur le rapport entre espace public et espace privé  .

La question est simplement effleurée alors qu’elle est constitutive de nombreux débats actuels sur l’avenir de l’Internet. Notre rapport encore juvénile avec le web rend flottante la distinction de ces deux espaces. Un tel brouillard, qui pose lui aussi bien des questions démocratiques, aurait nécessité quelques lumières plus éclairantes. Malgré ces deux réserves, on retiendra de la tutelle du philosophe allemand qu’elle offre à Versac sa plus belle fulgurance : le geek est au web ce que le bourgeois est aux débuts de la presse  . Hypothèse prometteuse à creuser.

La seconde partie de l’ouvrage, consacrée aux changements en cours ou à venir, se révèle frustrante. L’auteur réussit un tour de force impressionnant. Les constats qu’il développe sont en tout point pertinents, à l’exemple de la fin de certaines médiations traditionnelles et de l’émergence de nouvelles autorités. Nicolas Vanbremeersch tempère les prophètes de l’intelligence collective mais exhorte les médias traditionnels à s’approprier les codes du web social pour assurer leur survie. Il manque pourtant un exemple de taille dans sa démonstration ; les débats du traité constitutionnel européen. Pourquoi citer avec tant d’insistance les campagnes américaines alors que la France a connu des expériences similaires et tout autant passionnantes ou intéressantes   ? À croire que l’auteur refoule cet épisode, qui a profondément divisé la blogosphère comme le pays. Il n’aborderait que des sujets médiatiques consensuels : l’anecdotique tectonik, les participants méritants de Désirs d’Avenir, le bon maître Eolas, les débiles conspirationnistes et l’élection du saint Barack Obama. Tout sauf l’effervescence très particulière des mois précédant le dernier référendum. Inutile de faire un procès d’intention. La mémoire sélective de l’auteur est en cohérence avec sa démarche.

Fond et forme se rejoignent dans le projet de Nicolas Vanbremeersch, à savoir, proposer une lecture dépassionnée du web  . Alors qu’Internet s’invite un peu plus chaque jour dans notre quotidien, les productions éditoriales de qualité et accessibles à tous restent rares. Le livre de Nicolas Vanbremeersch est assurément de celles-là. Cet ouvrage est un signe de maturité du débat. Prophètes et critiques peuvent être rangés au placard. Nicolas Vanbremeersch nous invite au réalisme ce qui suppose, avant tout, d’être prêt et d’être capable d’introduire de la nuance dans les tableaux que l’on peint du web. En ce sens, le livre de Nicolas Vanbremeersch marque un tournant dans l’évolution des représentations d’Internet. Il n’est pas si courant de faire avancer les choses tout en les exposant au plus grand nombre. Il y a bien un moment Versac – il suffit de reprendre un livre, lui aussi destiné à un large public, Internet l’inquiétante extase   pour mesurer le chemin parcouru en quelques années. Dommage qu’il sacrifie sur l’autel du consensus un événement fondateur de la démocratie numérique française.

 

* À lire également sur nonfiction.fr :

- Nicolas Vanbremeersch, De la démocratie numérique (Seuil), par François Quinton.

* Lire le dossier complet de nonfiction.fr sur le numérique

Commenter Envoyer  un ami imprimer Charte dontologique / Disclaimer digg delicious Creative Commons Licence Logo

2 commentaires

Avatar

NV

04/05/09 12:31
Netonomy : il ne faut pas avoir un lit très haut perché, alors !

Sinon, la conversation post-critique se poursuit ici :

http://www.meilcour.fr/le-livre/et-le-referendum.html
Avatar

Netonomy

01/05/09 18:37
Tout ouvrage sait trouver son usage : pour celui-ci, il suffit de scier un pied de son lit.

Déposez un commentaire

Pour déposer un commentaire : Cliquez ici

A lire aussi dans nos archives...
A propos de Nonfiction.fr

NOTRE PROJET

NOTRE EQUIPE

NOTRE CHARTE

CREATIVE COMMONS

NOUS CONTACTER

NEWSLETTER

FLUX RSS

Nos partenaires
Slate.fr