Fiche personnelle
Rémi MATHIS
Critique à nonfiction.fr
Biographie

Rémi Mathis est conservateur au département des Estampes et de la Photographie de la Bibliothèque nationale de France. Il est particulièrement impliqué dans les questions de diffusion de la connaissance, notamment par le biais d’Internet.

Rémi Mathis a accompagné le développement de Wikipédia en France et a présidé de 2011 à 2014 le chapitre français du mouvement, Wikimédia France. Dans ce cadre, il a notamment œuvré pour une meilleure présence en ligne de la culture française par le biais de partenariats avec des institutions culturelles (Versailles, Centre Pompidou, Archives nationales….), d’une mise en valeur de la francophonie (programme Afripédia) et d’une accessibilité technique permettant une dissémination des données culturelles (programme SémanticPédia avec INRIA et le ministère de la Culture). Il est désormais membre du Conseil scientifique de Wikimédia France.

Ancien élève de l’École nationale des chartes (archiviste paléographe) et de l’École nationale supérieure des sciences de l’information et des bibliothèques, Rémi Mathis a dirigé la bibliothèque de sciences humaines et sociales Paris Descartes-CNRS. Il est depuis 2010 conservateur des fonds du XVIIe siècle au département des Estampes et de la Photographie de la Bibliothèque nationale de France, et rédacteur en chef de la revue académique française sur l’estampe, les Nouvelles de l’estampe. Il enseigne à l’École des chartes et à l'École du Louvre.

Historien du XVIIe siècle, il travaille particulièrement sur l’histoire de l’imprimé (estampe, livre…), de la diplomatie et du jansénisme. Auteur de plusieurs ouvrages et de nombreux articles scientifiques, il est en 2015 commissaire d'une exposition sur l'estampe sous Louis XIV au Getty (Los Angeles) et à la BnF (Paris). Il est fellow de la Royal Society of arts et membre de plusieurs sociétés savantes.

A propos de Nonfiction.fr

NOTRE PROJET

NOTRE EQUIPE

NOTRE CHARTE

CREATIVE COMMONS

NOUS CONTACTER

NEWSLETTER

FLUX RSS

Nos partenaires
Slate.fr