Chroniques

Actuel Moyen Age : le présent au prisme du passé

Le JT de Socrate : regards philosophiques sur l'actualité

Chroniques scolaires : l'éducation au crible des sciences sociales

L'Age de nos adages : actualité de la sagesse ancestrale

Inde-Pakistan : l'inquiétant regain des tensions

TOUTES NOS CHRONIQUES

Grands entretiens

Aurélien Bellanger, sur Le grand Paris

Massimo Recalcati, sur Mélancolie et création chez Vincent Van Gogh

David Djaïz, sur La guerre civile n'aura pas lieu

Johann Chapoutot, sur La révolution culturelle nazie (1/2)

Johann Chapoutot, sur La révolution culturelle nazie (2/2)

Nicolas Truong, sur Interview

Jean-Yves Leloup, sur l'émergence des musiques électroniques

Juliette Sibon, sur Chasser les juifs pour régner

Julie Brochen, sur Molly S

Daria Deflorian, Antonio Tagliarini, sur Ce ne andiamo... et Il Cielo...

Carole Thibaut, sur Monkey Money

Vito Mancuso, La doctrine chrétienne ne peut survivre que si elle évolue

Laurent Bazin, Mohamed Bridji, L'identité nationale est une arme de guerre

Amir Reza Koohestani, sur Hearing

Nathalie Quintane, sur Que faire des classes moyennes?

Patrick Weil, sur Le sens de la République (2/2)

Patrick Weil, sur Le sens de la République (1/2)

Xavier Lemaire, Isabelle Andréani, sur le Cycle Xavier Lemaire

Rémi Lefebvre, Les primaires contre la démocratie ?

Nicolas Lebourg, Stéphane François, Histoire de la haine identitaire

Benoît Chantre, Les derniers jours de René Girard

Davide Luglio, Le style de la pensée italienne

Constance Gard, Psychotiques, bipolaires : médicaments ou suppléance ?

Pierre-Yves Gomez, Intelligence du travail

Eloi Laurent, Nos (nouvelles) mythologies économiques

François Dubet, Ce qui nous unit

Jill Stein, L'impossible "troisième homme"

Joël Pommerat, sur Ca ira (Fin de Louis)

Pierre-Henri Castel, Le cas Paramord

Laurent Fréchuret, sur Une trop bruyante solitude

Siddiq Wahid, Les tensions du Cachemire

Jean Vigreux, Le front populaire, l'échapée belle

Denis Clerc, Cessons de punir les pauvres

Dominique Mazéas et Anne-Sylvie Pelloux, La prise en charge de l'autisme

Lyiang Kim, Resident Forever

Romain Lajarge, Le pari grenoblois

TOUS NOS ENTRETIENS

Dossiers

La France à l'heure de l'Italie : philosophie, histoire, lettres

L'agrégation 2017, avec nonfiction.fr

Les printemps arabes : cinq ans après

Le travail en débat : au-delà de la loi El Khomri

Polyphonies syriennes : écrivains, intellectuels et artistes résistent

Djihadisme à la française : comprendre la radicalisation

TOUS NOS DOSSIERS

Un changement de modèle économique à notre portée?
[lundi 17 avril 2017 - 09:00]
Economie
Couverture ouvrage
Changer d’avenir. Réinventer le travail et le modèle économique
Éditeur : Les liens qui libèrent
240 pages
Résumé : Une présentation trop rapide de différents enjeux et alternatives économiques du futur.

Changer d’avenir ? Si l’on saisit bien, à la lecture de ce nouvel ouvrage des « Economistes atterrés », pourquoi il serait urgent de s’y atteler, il n’en va pas de même des moyens à mettre en œuvre pour cela. Le lien entre ces derniers et les « nouveaux défis » identifiés par ce collectif de chercheurs ne saute pas vraiment aux yeux. La cohérence entre les pistes exposées apparaît plus factice que réelle, et l’on est finalement gêné par la forme trop condensée du propos lorsque les sujets traités deviennent complexes.

Le premier chapitre s’interroge sur le devenir de la croissance et les débats qui ont actuellement cours à ce sujet, la désindustrialisation que connaissent de nombreux pays riches, dont la France, et le rôle des grands groupes dans celle-ci, les limites de la croissance au regard des contraintes naturelles et la mise en coupe réglée de la nature par la finance.

Le chapitre suivant traite, au risque de la dispersion, des nouveaux défis sur lesquels les auteurs ont choisi d’attirer l’attention : du pouvoir exorbitant acquis en peu de temps par les GAFA (les Google, Apple, Facebook, Amazon et autres) ; du néo-management et du contrôle renforcé qu’il exerce sur les individus au travail ; d’Uber et autres plates-formes ; des tensions concernant l’assurance chômage en raison des mutations de l’emploi ; et enfin de la privatisation des biens publics et de la manière de la contrecarrer (en s’intéressant à l’évolution de la notion de biens publics en droit).

La deuxième partie de l’ouvrage, censée aborder les voies alternatives qu’il conviendrait d’emprunter, se penche, en premier lieu, sur l’avenir du travail et, ensuite, sur les politiques en matière de transition énergétique (et écologique).

 

Réinventer le travail ?

La fin du travail n’est pas pour demain, nous expliquent les auteurs, que cela n’empêche pas de discuter du revenu de base inconditionnel. Ils rappellent opportunément, à ce propos, que ce qui fonde le revenu c’est la validation sociale et donc que sans celle-ci il ne peut exister de revenu d’activité qui ne soit pas un transfert social (contre les promoteurs du revenu de base qui voudraient y voir un revenu primaire). C’est pourquoi il est impossible d’écarter la question de son financement, en particulier lorsque les montants envisagés excèdent ceux des aides sociales. Ils soulignent par ailleurs le risque que celui-ci ferait courir d’une libéralisation supplémentaire du travail (si le revenu de base justifiait l’abandon de toute protection). Et plaident, pour finir, plutôt pour une augmentation et simplification des minima sociaux, associée à la garantie d’accès aux services publics, qui représenterait un coût beaucoup plus faible qu’un revenu inconditionnel et universel.

Parallèlement, les auteurs proposent, mais sans beaucoup argumenter, de rouvrir la question de la réduction de la durée du travail, pour créer des emplois, en la finançant par les gains de productivité et une inflexion du partage de la valeur ajoutée en faveur des salariés.

Ils font ensuite la promotion de l’économie sociale et solidaire et en particulier des coopératives (celles-ci comptent en France en 2015 presque 3 000 entreprises qui emploient plus de 50 000 salariés), cela dans le contexte du développement de l’économie du partage ou d’un « retour des communs » liés pour partie à la révolution numérique. Les auteurs présentent notamment, à ce sujet, le cas des coopératives d’activité et d’emploi, pour les nouvelles manières de travailler et de collaborer qu’elles ont fait émerger.

Le propos sur le travail, qui devient ici plus difficile à suivre faute d’une présentation plus claire, se conclut par une section consacrée à l’extension de la protection sociale dans le sens d’un « nouveau droit commun du travail » (DCT), en suivant en cela les propositions formulées et développées dans plusieurs ouvrages par Alain Supiot, celui-ci parlant de droits de tirage sociaux attachés aux personnes et à leur activité et non plus uniquement à l’emploi.

« Virtuellement, on pourrait imaginer que les nouveaux DCT portent (en complément des droits existants) sur une série de domaines tels que : le droit à l’éducation et à la formation, à la santé, à la retraite, à l’accès à du revenu pour des activités non salariées mais reconnues d’utilité sociale, à du crédit, à des avances monétaires nécessaires au lancement d’activités nouvelles… La mise en œuvre de tels DCT suppose donc un large débat et l’établissement de consensus et compromis nouveaux dans la société. » 

 

Repenser la transition énergétique

Le dernier chapitre traite de la place que devrait avoir l’Etat dans la transition énergétique (et écologique), comme indiqué ci-dessus. Les auteurs rappellent les différents arguments en faveur de l’investissement public dans un tel cas. Ils précisent ensuite les principes d’une politique industrielle refondée qui serait en phase avec les enjeux d’une telle transition. Celle-ci devrait moins cibler, expliquent-ils, les grands groupes que les petites et moyennes entreprises. Les acteurs publics décentralisés seraient également appelés à y tenir des rôles clés ; de même que des organisations citoyennes engagées, par exemple, dans la lutte contre le mauvais logement ou la précarité énergétique . Les programmes verticaux tel que le développement de l’offre d’énergie solaire ou plus généralement des énergies renouvelables devront faire une place à une vision systémique intégrant le principe d’économie dans la consommation (ou l’usage) des ressources, la mise au point conjointe de normes et la promotion d’offres nouvelles. Et tout ce qui a trait aux économies d’énergie supposera des mesures spécifiques permettant le développement de l’offre mais également la solvabilisation de la demande . Tout cela aurait mérité d’être mieux expliqué.

Les auteurs, élargissant la question à celle de la transition écologique cette fois, réaffirment ensuite qu’une politique en la matière ne pourra pas s’accommoder du libre-échange tel que la globalisation l’a imposé et nécessitera : de restreindre la liberté de circulation des capitaux, de pouvoir ériger des protections contre le non-respect des normes sociales et environnementales, d’inciter à la relocalisation des activités et de cibler les aides publiques vers les activités et les entreprises s’inscrivant dans le cadre de cette politique .

Ils évoquent pour finir rapidement la question du financement de cette transition en indiquant que l’ampleur des ressources à mobiliser et les difficultés pour instaurer une fiscalité écologique plaident pour mobiliser pour cela les ressources de la politique monétaire. Ce qui se heurte, comme les préconisations ci-dessus, aux règles et institutions en vigueur.

Mais ne soyons pas trop sévères, l’objectif que se fixait cet ouvrage était clairement hors de portée ; on peut alors le voir comme une tentative de présenter un certain nombre de pistes dont on pourrait tirer les leçons une prochaine fois.

 

Jean BASTIEN
Titre du livre : Changer d’avenir. Réinventer le travail et le modèle économique
Auteur : Les Economistes atterrés
Éditeur : Les liens qui libèrent
Date de publication : 22/03/17
N° ISBN : 979-1020904935
Commenter Envoyer à un ami imprimer Charte déontologique / Disclaimer digg delicious Creative Commons Licence Logo

2 commentaires

Avatar

Jean B

20/04/17 15:49
Vous vous trompez, mais j'ai déjà eu l'occasion de vous le faire remarquer à plusieurs reprises, car vous confondez les mesures autorisant l'augmentation négociée du temps de travail, qui sont elles largement en place, et celles destinées à abaisser son coût pour les entreprises
Avatar

François Carmignola

19/04/17 23:01
On est triste d'avance pour ces partisans d'une réduction autoritaire de la durée du travail. Car il reste possible que des mesures dans un sens exactement contraire soit prises prochainement. Vive la liberté !

Déposez un commentaire

Pour déposer un commentaire : Cliquez ici