Chroniques

Idéographies : cartographies des idées en 2017

Actuel Moyen Age : le présent au prisme du passé

Le JT de Socrate : regards philosophiques sur l'actualité

Chroniques scolaires : l'éducation au crible des sciences sociales

Inde-Pakistan : l'inquiétant regain des tensions

TOUTES NOS CHRONIQUES

Grands entretiens

Daria Deflorian, Antonio Tagliarini, sur Ce ne andiamo... et Il Cielo...

Carole Thibaut, sur Monkey Money

Vito Mancuso, La doctrine chrétienne ne peut survivre que si elle évolue

Laurent Bazin, Mohamed Bridji, L'identité nationale est une arme de guerre

Amir Reza Koohestani, sur Hearing

Nathalie Quintane, sur Que faire des classes moyennes?

Patrick Weil, sur Le sens de la République (2/2)

Patrick Weil, sur Le sens de la République (1/2)

Xavier Lemaire, Isabelle Andréani, sur le Cycle Xavier Lemaire

Rémi Lefebvre, Les primaires contre la démocratie ?

Nicolas Lebourg, Stéphane François, Histoire de la haine identitaire

Benoît Chantre, Les derniers jours de René Girard

Davide Luglio, Le style de la pensée italienne

Constance Gard, Psychotiques, bipolaires : médicaments ou suppléance ?

Pierre-Yves Gomez, Intelligence du travail

Eloi Laurent, Nos (nouvelles) mythologies économiques

François Dubet, Ce qui nous unit

Jill Stein, L'impossible "troisième homme"

Joël Pommerat, sur Ca ira (Fin de Louis)

Pierre-Henri Castel, Le cas Paramord

Laurent Fréchuret, sur Une trop bruyante solitude

Siddiq Wahid, Les tensions du Cachemire

Jean Vigreux, Le front populaire, l'échapée belle

Denis Clerc, Cessons de punir les pauvres

Dominique Mazéas et Anne-Sylvie Pelloux, La prise en charge de l'autisme

Lyiang Kim, Resident Forever

Romain Lajarge, Le pari grenoblois

TOUS NOS ENTRETIENS

Dossiers

La France à l'heure de l'Italie : philosophie, histoire, lettres

L'agrégation 2017, avec nonfiction.fr

Les printemps arabes : cinq ans après

Le travail en débat : au-delà de la loi El Khomri

Polyphonies syriennes : écrivains, intellectuels et artistes résistent

Djihadisme à la française : comprendre la radicalisation

TOUS NOS DOSSIERS

ACTUEL MOYEN ÂGE – Femmes de science
[jeudi 16 mars 2017 - 08:00]

Tous les jeudis, Nonfiction vous propose un Actuel Moyen Âge. Aujourd'hui, la science, c'est féminin... même si les scientifiques sont souvent des hommes ! Et au Moyen Âge, quelle place pour les femmes de sciences ?

La sortie du film Les figures de l’ombre a mis sur le devant de la scène le rôle de femmes, noires qui plus est, dans le développement des programmes spatiaux de la NASA. Ces personnes subissaient alors un double handicap : noires, elles ne pouvaient pas accéder aux postes de responsabilité réservés aux blancs dans une Amérique ségréguée ; femmes, elles étaient considérées comme moins intelligentes, moins douées en science que les hommes.

Le Moyen Âge ne pensait pas l’aptitude aux sciences en termes de race : les savants arabes ont été abondamment utilisés par les universitaires, que ce soit pour comprendre Aristote, pour la médecine… Les femmes en revanche ont une place bien plus discrète dans le développement de la science. Les universités sont pendant longtemps réservées aux clercs, donc par définition fermées aux femmes. L’instruction de celles-ci se fait dans un cadre privé, même si elles sont bien plus nombreuses à savoir lire, écrire et compter qu’on ne l’a longtemps dit. Toujours est-il que ne gravissant pas les échelons universitaires, elles sont rares à acquérir des compétences pointues en philosophie, en rhétorique, en mathématiques, ou en théologie, qui est la science-reine du Moyen Âge.

Entrer en religion : un facteur d’ascension pour les femmes ?

Pourtant, on trouve quelques cas de femmes qui ont poussé leurs études si loin qu’elles deviennent des références dans ces matières réservées aux hommes. Pour cela, elles doivent prendre le voile. Les dirigeants des ordres religieux au milieu du Moyen Âge sont souvent les rejetons de grands aristocrates, et c'est également vrai pour les femmes : les grandes abbesses des XIe-XIIIe siècle sont souvent des femmes de l’élite. Elles ont bénéficié d’un environnement lettré depuis leur plus jeune âge ; entrées plus ou moins jeunes au couvent, elles y continuent souvent des études très poussées. Leurs écrits sont souvent mystiques, visionnaires, mais certaines vont plus loin.

L’exemple le plus célèbre est sans doute Hildegarde de Bingen. Il s’agit d’une religieuse allemande du XIIe siècle. On la connaît surtout pour la musique qu’elle a composée, notamment soixante-dix-sept symphonies. Or la musique au Moyen Âge est une science, un des « arts libéraux » qui constituent le cursus universitaire de base, et est proche des mathématiques. Elle s’occupe également de médecine et d’astrologie, des sciences étudiées à l’université, mais dont elle a pu faire l’apprentissage dans son couvent auprès d’autres femmes lettrées. Son statut de religieuse lui permet d’en remontrer aux puissants de ce monde, et en fait la conseillère des papes, des rois, et de l’empereur Frédéric II Barberousse.

Le savoir par le scandale

Hildegarde n’est qu’un exemple parmi d’autres, mais qui témoigne aussi de l’éducation des femmes d’une élite restreinte. À la même époque, Héloïse, fille illégitime d’un noble français, prend des cours particulier avec l’étoile montante des écoles parisiennes, un dénommé Abélard. S’ensuit l’une des liaisons amoureuses les plus connues du Moyen Âge, l’un des plus grands scandales aussi. Abélard est castré et Héloïse est envoyée au couvent. Mais bénéficiant de son milieu d’origine et de son éducation, elle monte rapidement en grade et poursuit ses études, notamment en musique et en médecine. Une fois devenue abbesse, elle met son savoir au service de sa communauté religieuse, tout en continuant des disputes savantes et épistolaires avec son ancien amant.

La connaissance est accessible pour certaines femmes d’élite qui bénéficient d’une éducation privilégiée. Il s’agit d’une poignée de figures, qui sont d’une grande importance, mais qui restent extrêmement minoritaires dans un monde lettré dominé par les hommes. Ces femmes exercent une autorité dans un cadre restreint, celui du couvent, ce qui leur donne une position sociale importante, mais sous tutelle des autorités ecclésiastiques… masculines bien sûr.

Une femme ? Enseignante ?!

Certaines – encore plus rares – parviennent à des positions qui les amènent à enseigner dans les écoles qui se développent au XIe siècle. Ce n’est cependant que dans un domaine bien spécifique, la médecine, qu’un tel retournement est possible. Certaines sages-femmes sont en réalité des personnes aux compétences médicales approfondies, basées sur la pratique, mais également sur la lecture de textes médicaux plus théoriques. De nombreuses femmes pratiquent également la chirurgie. Certaines acquièrent une telle réputation qu’elles en viennent à enseigner dans les écoles de médecine. C’est le cas de Trotula de Salerno, qui enseigne à l’école de médecine de Salerne au XIe siècle. On lui attribue notamment un certain nombre de traités d’obstétrique et de gynécologie, qui deviennent des références à la fin du Moyen Âge. On sait peu de choses sur l’origine sociale de Trotula, mais elle venait sans doute de l’élite de la ville. Là aussi, sa naissance a sans doute favorisé son accès à des études poussée, et finalement, sa reconnaissance comme spécialiste et praticienne de renom.

L’université, facteur de recul de la place des femmes dans le savoir ?

Tous ces exemples proviennent des XIe et XIIe siècles : ce n’est sans doute pas un hasard… Avec l’institutionnalisation des universités au XIIe et surtout au XIIIe siècle, l’accès au savoir est de plus en plus conditionné au fait d’accéder à ces lieux d’enseignement, réservés aux clercs, donc aux hommes. Les universités de médecine notamment vont obtenir le droit exclusif de former les praticiens. La fin du Moyen Âge voit le recul automatique de la présence des femmes médecins, puisqu’elles ne peuvent aller à l’université. Certaines femmes exercent malgré l’interdiction, mais dans des proportions très faibles.

L’université, une barrière à la promotion de femmes scientifiques ? Disons qu’elle n’a fait qu’entériner un état de fait : le savoir se pense au Moyen Âge avant tout comme une affaire d’hommes, ou alors de femmes d’un rang et d’un statut particulier, des religieuses notamment ou des membres de l’élite sociale.

 

Heureusement, nous n’en sommes plus là… Et pourtant, quand on regarde la disproportion de femmes dans les postes à responsabilité, notamment à l'université, on peut encore se poser des questions… .

 

Pour aller plus loin :

Éric Sartori, Histoire des femmes scientifiques de l'Antiquité au XXe siècle, Paris, Plon, 2006.

Le récit des mésaventures d’Abélard disponible en ligne en anglais, (http://sourcebooks.fordham.edu/halsall/basis/abelard-histcal.asp), même si l’autobiographie véritable de cette œuvre est sujette à discussion.

Jane Beal, « Trota of Salerno : Women's Medicine in Medieval Italy », Midwifery Today Int Midwife, vol. 118, 2016.

Monica H. Green, The Trotula : a medieval compendium of women's medicine, Philadelphie, University of Pennsylvania, 2001.

Josette Dall'Ava Santucci, Des sorcières aux mandarines : histoire des femmes médecins, Calmann-Lévy, 2004.

Laurence Moulinier, Le Manuscrit perdu à Strasbourg. Enquête sur l'œuvre scientifique de Hildegarde, Paris/Saint-Denis, Publications de la Sorbonne-Presses Universitaires de Vincennes, 1995.

 

Vous pouvez retrouver tous les articles de cette série sur le site Actuel Moyen Âge.

 

 

Catherine KIKUCHI

3 commentaires

Avatar

Objectivité... re !

16/03/17 23:58
Par "intérêts" je voulais dire que le thème vous intéressait, pas que vous défendiez des intérêts : vous êtes vous-même une femme, une scientifique, et je trouve que c'est un peu facile, à la limite de la manipulation, de choisir ce genre de sujets qui recoupe à ce point-là votre identité. L'objectivité consiste à essayer de se détacher de soi-même, ce qui passe d'abord je crois par le fait de ne pas choisir des sujets dont on est aussi proche. Quand vous écrivez sur les étrangers, les ouvriers ou les homosexuels (vous voyez que je suis vos articles avec attention et intérêt, si j'écris maintenant c'est vraiment qu'il y a quelque chose qui m'a gêné dans ce dernier article), il n'y a pas de problème car vous n'êtes ni étrangère ni ouvrière ni homosexuelle dans un monde qui brûle les homosexuels. Mais écrire sur les femmes à l'université quand on est une femme à l'université... Dans mon métier on appelle ça un conflit d'intérêt.

Par ailleurs, concernant la liberté d'action des femmes, en particulier populaires, je reste sceptique. Je pense que ce sont des idées à la mode, échos du féminisme de maintenant, qu'on a tord de projeter sur des sociétés anciennes.
Avatar

Catherine Kikuchi

16/03/17 16:52
Bonjour,

Le but de cet article est effectivement de mettre en avant quelques figures, mais dont je n'ai jamais nié qu'elles étaient singulières et extrêmement minoritaires. L'Europe occidentale est composée de sociétés dominées par des hommes, certes, mais on en fait bien trop souvent une caricature. On oublie que dans l'élite, certaines femmes avaient beaucoup de pouvoir et d'influence (y compris politique). Avant le XIIIe siècle, les études montrent que les femmes pratiquant la médecine étaient certes minoritaires, mais loin d'être des exceptions isolées. Et si on regarde du côté des femmes du peuple, elles avaient également, selon les périodes et les lieux, une liberté d'action qu'on a tendance à oublier aujourd'hui, et qui est très bien étudiée aujourd'hui.

Donc dire que le Moyen Âge est "une période fondamentalement misogyne qui ne donne aucun pouvoir aux femmes" est très réducteur.

Par ailleurs, je ne sais pas bien quels sont les intérêts que vous croyez que je défends : si c'est de dire que les femmes doivent accéder encore davantage aux postes à responsabilités, c'est vrai, mais je ne fais clairement pas du Moyen Âge un modèle, puisque je soulignais justement l'université, invention médiévale s'il en est, avait en partie bloqué la possibilité des femmes d'accéder au savoir.

Avatar

Objectivité, je crie ton nom !

16/03/17 14:48
Vous avez trois exemples isolés, dispersés dans le temps et vous esayez d'en tirer des généralisations abusives. Il faut quand même être sérieux, et honnête : le Moyen Âge est une période fondamentalement misogyne, qui ne donne aucun pouvoir aux femmes, à part quelques figures exceptionnelles qui ne peuvent donc pas servir d'argument. J'aime bien ce que vous faites d'habitude mais là c'est trop anachronique pour marcher et on sent surtout vos intérêts derrière.

Déposez un commentaire

Pour déposer un commentaire : Cliquez ici