Chroniques

Actuel Moyen Age : le présent au prisme du passé

Le JT de Socrate : regards philosophiques sur l'actualité

Chroniques scolaires : l'éducation au crible des sciences sociales

L'Age de nos adages : actualité de la sagesse ancestrale

Inde-Pakistan : l'inquiétant regain des tensions

TOUTES NOS CHRONIQUES

Grands entretiens

Aurélien Bellanger, sur Le grand Paris

Massimo Recalcati, sur Mélancolie et création chez Vincent Van Gogh

David Djaïz, sur La guerre civile n'aura pas lieu

Johann Chapoutot, sur La révolution culturelle nazie (1/2)

Johann Chapoutot, sur La révolution culturelle nazie (2/2)

Nicolas Truong, sur Interview

Jean-Yves Leloup, sur l'émergence des musiques électroniques

Juliette Sibon, sur Chasser les juifs pour régner

Julie Brochen, sur Molly S

Daria Deflorian, Antonio Tagliarini, sur Ce ne andiamo... et Il Cielo...

Carole Thibaut, sur Monkey Money

Vito Mancuso, La doctrine chrétienne ne peut survivre que si elle évolue

Laurent Bazin, Mohamed Bridji, L'identité nationale est une arme de guerre

Amir Reza Koohestani, sur Hearing

Nathalie Quintane, sur Que faire des classes moyennes?

Patrick Weil, sur Le sens de la République (2/2)

Patrick Weil, sur Le sens de la République (1/2)

Xavier Lemaire, Isabelle Andréani, sur le Cycle Xavier Lemaire

Rémi Lefebvre, Les primaires contre la démocratie ?

Nicolas Lebourg, Stéphane François, Histoire de la haine identitaire

Benoît Chantre, Les derniers jours de René Girard

Davide Luglio, Le style de la pensée italienne

Constance Gard, Psychotiques, bipolaires : médicaments ou suppléance ?

Pierre-Yves Gomez, Intelligence du travail

Eloi Laurent, Nos (nouvelles) mythologies économiques

François Dubet, Ce qui nous unit

Jill Stein, L'impossible "troisième homme"

Joël Pommerat, sur Ca ira (Fin de Louis)

Pierre-Henri Castel, Le cas Paramord

Laurent Fréchuret, sur Une trop bruyante solitude

Siddiq Wahid, Les tensions du Cachemire

Jean Vigreux, Le front populaire, l'échapée belle

Denis Clerc, Cessons de punir les pauvres

Dominique Mazéas et Anne-Sylvie Pelloux, La prise en charge de l'autisme

Lyiang Kim, Resident Forever

Romain Lajarge, Le pari grenoblois

TOUS NOS ENTRETIENS

Dossiers

La France à l'heure de l'Italie : philosophie, histoire, lettres

L'agrégation 2017, avec nonfiction.fr

Les printemps arabes : cinq ans après

Le travail en débat : au-delà de la loi El Khomri

Polyphonies syriennes : écrivains, intellectuels et artistes résistent

Djihadisme à la française : comprendre la radicalisation

TOUS NOS DOSSIERS

POÉSIE – « Traverses » : les carnets de Jean-Claude Pirotte
[vendredi 10 mars 2017 - 22:00]

Des notes, des pages de « carnets » désabusées pour dire sans complaisance le désespoir du mal, physique et politique, les progrès de la maladie, la déréliction.

 

  

 

Les moments de grâce de Jean-Claude Pirotte sont ceux d’un orpailleur. Observant un ciel laiteux, il précise en effet : « ce bleu qui semble sourdre du lait frais ». Cependant, face à l’à-quoi-bon, Pirotte se demande, par exemple, comment faisait un autre poète, Georges Perros ? Il répondait à « l’urgence du talent, ce besoin impérieux de retenir le temps ». Celui qui a publié 50 titres assène des mots terribles pour dénoncer l’affaiblissement actuel de la littérature. On publie surtout des livres frelatés. Il y en a trop, et bientôt, prophétise-t-il, il n’y en aura plus. Contemplant sa propre production, il consigne le 2 octobre 2010 : « Ma poésie est fabriquée. Mes livres sont des compilations hasardeuses. Je ne peins qu’au hasard, sans vraie habileté technique. Tout est faux et restera faux. » Il avait noté le 3 août : « Écrire pour écrire, avec l’espoir tout à fait vain, absurde, que l’écriture ne rouille pas ». L’Été dans la combe ne devrait pas plus rouiller que Le Bonheur des tristes de Luc Dietrich.

 

Ecrire et lire en politique

Ayant accepté de tenir une chronique dans Lire, il parle de haine, de dégoût de « répulsion pour le clinquant, la fausseté, la trivialité ». Et, tandis qu’il vante à raison « le style franc, direct, sans cesse éclairé par le sens et la prescience de l’art d’écrire, la grâce donc » de Maupassant, il déplore combien rares sont ses découvertes. Il s’interroge : « Comment peuvent-ils être aveugles – ou complaisants – à ce point ? »

L’argument de vente de l’éditeur vise l’avilissement de Nicolas Sarkozy. De fait le nom du désormais évincé de la présidentielle revient (seulement ?) 14 fois. Mais l’analyse de Pirotte donne voix à un dégoût politique beaucoup plus large. Son amertume énonce que « l’ignorance est l’essence du peuple », elle balaye la démocratie, et ses élections par le suffrage prétendument universel, dans un même sentiment de déréliction. Il écrit : « L’homme est un animal sauvage qui n’ose exercer les devoirs que lui impose la nature de sa férocité qu’en meute. Sauvage et lâche. » Concernant le précédent Président, il n’est pas plus tendre qu’avec ses sbires du moment et sa colère devant le monde emporte tout : « Kouchner, Amara, Yade, c’est Chateaubriant » – une note précisant bien qu’il parle de l’admirateur de Hitler, Alphonse, mort en 1951. Leur chef : « un Machiavel de sous-préfecture atteint de mégalomanie galopante, souffrant d’une méconnaissance crasse de la langue, et jugeant de tout avec l’esprit d’un gamin gravement attardé. »

En même temps qu’il rappelle combien « la planète meurt sans recours », il désigne l’issue pour son propre compte, en précisant bien qu’il ne la voit pas : la mort. « Écrire un poème où seraient une mouette, le polder, le vent de mer, ne sauve pas la minute qui passe. » Ce bref volume posthume frémit encore de la vie qui s’enfuit.

 

Pierre PERRIN

Aucun commentaire

Déposez un commentaire

Pour déposer un commentaire : Cliquez ici