Suivez-nous

FacebookRSS

Critiques artistiques

Chroniques

Actuel Moyen Age : le présent au prisme du passé

Le JT de Socrate : regards philosophiques sur l'actualité

Chroniques scolaires : l'éducation au crible des sciences sociales

Chronique électronique : penser les musiques électroniques

L'Age de nos adages : actualité de la sagesse ancestrale

Inde-Pakistan : l'inquiétant regain des tensions

Toutes nos chroniques >>


Grands entretiens

Aurélien Bellanger, sur Le grand Paris

Massimo Recalcati, sur Mélancolie et création chez Vincent Van Gogh

David Djaïz, sur La guerre civile n'aura pas lieu

Johann Chapoutot, sur La révolution culturelle nazie (1/2)

Johann Chapoutot, sur La révolution culturelle nazie (2/2)

Nicolas Truong, sur Interview

Jean-Yves Leloup, sur l'émergence des musiques électroniques

Juliette Sibon, sur Chasser les juifs pour régner

Julie Brochen, sur Molly S

Daria Deflorian, Antonio Tagliarini, sur Ce ne andiamo... et Il Cielo...

Carole Thibaut, sur Monkey Money

Vito Mancuso, La doctrine chrétienne ne peut survivre que si elle évolue

Laurent Bazin, Mohamed Bridji, L'identité nationale est une arme de guerre

Amir Reza Koohestani, sur Hearing

Nathalie Quintane, sur Que faire des classes moyennes?

Patrick Weil, sur Le sens de la République (2/2)

Patrick Weil, sur Le sens de la République (1/2)

Xavier Lemaire, Isabelle Andréani, sur le Cycle Xavier Lemaire

Rémi Lefebvre, Les primaires contre la démocratie ?

Nicolas Lebourg, Stéphane François, Histoire de la haine identitaire

Benoît Chantre, Les derniers jours de René Girard

Davide Luglio, Le style de la pensée italienne

Constance Gard, Psychotiques, bipolaires : médicaments ou suppléance ?

Pierre-Yves Gomez, Intelligence du travail

Eloi Laurent, Nos (nouvelles) mythologies économiques

François Dubet, Ce qui nous unit

Jill Stein, L'impossible "troisième homme"

Joël Pommerat, sur Ca ira (Fin de Louis)

Pierre-Henri Castel, Le cas Paramord

Laurent Fréchuret, sur Une trop bruyante solitude

Siddiq Wahid, Les tensions du Cachemire

Jean Vigreux, Le front populaire, l'échapée belle

Denis Clerc, Cessons de punir les pauvres

Dominique Mazéas et Anne-Sylvie Pelloux, La prise en charge de l'autisme

Lyiang Kim, Resident Forever

Romain Lajarge, Le pari grenoblois

Tous nos entretiens >>


Dossiers

La France à l'heure de l'Italie : philosophie, histoire, lettres

L'agrégation 2017, avec nonfiction.fr

Les printemps arabes : cinq ans après

Le travail en débat : au-delà de la loi El Khomri

Polyphonies syriennes : écrivains, intellectuels et artistes résistent

Djihadisme à la française : comprendre la radicalisation


Tous nos dossiers >>


ENTRETIEN – « Que faire des classes moyennes ? » avec Nathalie Quintane
[mercredi 14 décembre 2016]

Auteure de plusieurs récits-essais inclassables aussi surprenants que Tomates (P.O.L, 2010) ou Les années 10 (La fabrique, 2014), l'écrivaine Nathalie Quintane récidive avec Que faire des classes moyennes ? Pour Nonfiction, elle revient sur ce livre et sur l'apathie politique des classes moyennes  produit, d'abord, peut-être, d'une suroccupation ?

 



Nonfiction : Au terme de l’enquête que constitue ce livre, pensez-vous pouvoir caractériser les classes moyennes ?

Nathalie Quintane : Je n'en suis pas sûre : elles ont tendance à fuir par les bords. Cela dit, d'autres l'ont très bien fait pour moi, et pour nous. Le livre s'efforce de reprendre, parfois assez scrupuleusement, ce qu'ils nous en disent et donc ce qui les (et nous) caractérise dans le discours.
 
L’exécrable réputation que leur font la littérature et la pensée critique est-elle méritée ?

La plupart des écrivains et des chercheurs sont aujourd'hui issus des classes moyennes. Ecrire est un « passage à l'acte » qui implique, plus ou moins consciemment et avec plus ou moins d'intensité, une façon de vengeance. Mais c'est peut-être la découverte que tout ce qu'on a mis en œuvre en écrivant n'est pas seul suffisant à s'en sortir (des classes moyennes, par exemple) qui déçoit et entraîne chez certains, malheureusement, un trépignement, c'est-à-dire l'expression répétée de cette toute petite rage qui caractérise le monde dont ils sont issus, le nôtre encore. Face à ça, qui n'est pas glorieux, je ne vois qu'un contre-feu : l'humour. Que faire des classes moyennes ? est aussi un texte humoristique.

Vous dénoncez leur apathie. Qu’est-ce que celle-ci compromet ?

La capacité de sortir de chez soi et de s'attrouper, ne serait-ce que pour parler de la situation sociale et politique.

Comment parviennent-elles à se distinguer aujourd’hui du prolétariat dans leur manière de concevoir le monde ou la vie ?

Nos manières de concevoir le monde et la vie se tiennent dans nos habitudes - d'ailleurs, ce sont nos habitudes (je fais davantage référence à Dewey qu'à Bourdieu, en l'occurrence). La dernière partie du livre, qui décrit brièvement le système d'échanges de services progressivement mis en place par ceux qui ont encore quelque chose à échanger - trajets en voiture, chambre à coucher, cours d'anglais et j'en passe -, indique assez clairement où symboliquement s'élève (ou espère s'élever) aujourd'hui la limite entre classes moyennes et pauvres.

Désormais, elles pleurent, écrivez-vous. Que pleurent-elles selon vous ?


Je me demande si elles ne pleurent pas simplement pour se soulager de temps à autre, par hygiène.

Quel rapport les classes moyennes entretiennent-elles avec la peur (peur de déchoir, peur qu’elles suscitent, peur d’elles-mêmes ) ?

Je crains que ma réponse ne soit de l'ordre de la psychanalyse de comptoir ! Disons... une excitation, c'est certain... à l'idée que Le Pen passe, par exemple (qu'on soit pour ou contre), à la perspective terrible et désirable d'un changement radical de vie, pour le meilleur comme pour le pire, hélas.

Qu’est-ce qui peut faire espérer que les classes moyennes, ou tout du moins une partie d’entre elles, réussissent à sortir de leur torpeur ?

Commencer à comprendre que les B.A. dans les assos ne vont pas suffire, à un moment, serait un bon point de départ. Quitter le marché du participatif (alors, pour quoi je m'engage, aujourd'hui : la monnaie locale ? la sauvegarde de la marmotte ? contre le décrochage scolaire ? pour une nouvelle cloche au clocher ? etc etc), par conséquent prendre ses distances avec « l'occupationnel ». On est tous très occupés. Peut-être faudrait-il se désoccuper, d'abord. 

 

A lire aussi sur Nonfiction.fr :

Nathalie Quintane, Que faire des classes moyennes ?  par Jean Bastien

 

Commenter Envoyer à un ami imprimer Charte déontologique / Disclaimer digg delicious Creative Commons Licence Logo

2 commentaires

Avatar

Jean B.

15/12/16 19:47
@Marcopyr
Spontanément, je préfère, tout comme vous, ce qui est solidement argumenté, et j'y consacre du reste l'essentiel de mes recensions.
Maintenant, on ne peut pas écarter, en particulier au vu de ce que l'actualité nous révèle, que les arguments, les mieux étayés et les plus informés, ne rencontrent bien souvent, et peut-être de moins en moins, que peu d'adhésion.
Comment ? Pourquoi ? Voilà le type de questions qu'incite à se poser ce livre qui obligent en effet à remiser un moment un mode de raisonnement trop bien structuré.
Et il n'y a bien sûr aucun mépris là-dedans, tout au contraire, me semble-t-il.
Bien à vous,


Avatar

Marcopyr

15/12/16 18:29
Le mépris pépère (ou mémère au féminin, je ne sais), le mépris de toute façon.

Je conseille de s'intéresser aux textes de Louis Chauvel, d'Eric Maurin : cela sera bien plus consistant.
De plus, ils ne sont pas toujours d'accord : le lecteur aura plusieurs points de vue mais surtout, des argumentations.

Déposez un commentaire

Pour déposer un commentaire : Cliquez ici

A lire aussi dans nos archives...
A propos de Nonfiction.fr

NOTRE PROJET

NOTRE EQUIPE

NOTRE CHARTE

CREATIVE COMMONS

NOUS CONTACTER

NEWSLETTER

FLUX RSS

Nos partenaires
Slate.fr