Chroniques

Idéographies : cartographies des idées en 2017

Actuel Moyen Age : le présent au prisme du passé

Le JT de Socrate : regards philosophiques sur l'actualité

Chroniques scolaires : l'éducation au crible des sciences sociales

Inde-Pakistan : l'inquiétant regain des tensions

TOUTES NOS CHRONIQUES

Grands entretiens

Daria Deflorian, Antonio Tagliarini, sur Ce ne andiamo... et Il Cielo...

Carole Thibaut, sur Monkey Money

Vito Mancuso, La doctrine chrétienne ne peut survivre que si elle évolue

Laurent Bazin, Mohamed Bridji, L'identité nationale est une arme de guerre

Amir Reza Koohestani, sur Hearing

Nathalie Quintane, sur Que faire des classes moyennes?

Patrick Weil, sur Le sens de la République (2/2)

Patrick Weil, sur Le sens de la République (1/2)

Xavier Lemaire, Isabelle Andréani, sur le Cycle Xavier Lemaire

Rémi Lefebvre, Les primaires contre la démocratie ?

Nicolas Lebourg, Stéphane François, Histoire de la haine identitaire

Benoît Chantre, Les derniers jours de René Girard

Davide Luglio, Le style de la pensée italienne

Constance Gard, Psychotiques, bipolaires : médicaments ou suppléance ?

Pierre-Yves Gomez, Intelligence du travail

Eloi Laurent, Nos (nouvelles) mythologies économiques

François Dubet, Ce qui nous unit

Jill Stein, L'impossible "troisième homme"

Joël Pommerat, sur Ca ira (Fin de Louis)

Pierre-Henri Castel, Le cas Paramord

Laurent Fréchuret, sur Une trop bruyante solitude

Siddiq Wahid, Les tensions du Cachemire

Jean Vigreux, Le front populaire, l'échapée belle

Denis Clerc, Cessons de punir les pauvres

Dominique Mazéas et Anne-Sylvie Pelloux, La prise en charge de l'autisme

Lyiang Kim, Resident Forever

Romain Lajarge, Le pari grenoblois

TOUS NOS ENTRETIENS

Dossiers

La France à l'heure de l'Italie : philosophie, histoire, lettres

L'agrégation 2017, avec nonfiction.fr

Les printemps arabes : cinq ans après

Le travail en débat : au-delà de la loi El Khomri

Polyphonies syriennes : écrivains, intellectuels et artistes résistent

Djihadisme à la française : comprendre la radicalisation

TOUS NOS DOSSIERS

AVIGNON-Off – « Les chaussettes rouges » de Sébastien Novac
[mardi 19 juillet 2016 - 20:00]

Dans les pas de Kafka et d'Edward Bond, Les chaussettes rouges convoquent une dystopie déjantée, métaphore de l'état d'urgence sécuritaire que nous vivons.
   


Le pitch de cette pièce semblera déjanté, voire tiré par les cheveux : dans un État autoritaire dirigé par « le Grand Slip », les citoyens n'ont le droit de porter qu'un slip blanc, afin de montrer à tous qu'ils n'ont rien à cacher. Aussi, lorsque dans une laverie un policier trouve une chaussette rouge glissée dans son linge, une mécanique implacable s'enclenche, tout le monde devenant suspect.

Les dystopies, nombreuses au cinéma et dans la littérature pour jeunesse, sont plus rares au théâtre, à part peut-être dans l'œuvre d'Edward Bond. Il y a de lui ici, comme un écho de Chaises ou Si ce n'est toi : la méfiance érigée en système, la place clé jouée par la délation, l'humour grinçant, la violence toujours sous-jacente, qui explose soudainement dans un coup ou une insulte. En quelques minutes, l'auteur et metteur en scène Sébastien Novac parvient à construire un univers délirant mais fort cohérent et très soigné. Et ce ci jusque dans les plus petits détails des annonces du Grand Slip ou dans le rôle joué par la peinture : dans ce monde où tous vont presque nus, les métiers, mais aussi les délits, s'affichent sur la peau sous la forme de lignes et de taches de peinture indélébile – la fabrication de savon est proscrite.

Les chaussettes rouges évoquent aussi le Kafka de La Colonie pénitentiaire : ici aussi, le pouvoir s'inscrit directement sur la peau des sujets. A l'heure où la chaleur estivale pousse à faire tomber les chemises, voire les maillots, il est bon de rappeler que les corps ont leur propre langage, qu'ils contribuent à nous situer dans des hiérarchies sociales et des structures politiques. En tirant des billes de peinture, les policiers qui manient des fusils de paint-ball ne font qu’exhiber cette donnée fondamentale, les taches de couleur permettant une hiérarchisation des citoyens : le bleu punit un délit mineur, le rouge un crime grave, et les « taches noires » doivent être tuées à vues par n'importe qui.

Comment ne pas y voir une critique assez fine de la sociologie policière qui inspire les contrôles au faciès, et plus généralement, de la discrimination à l'apparence ? Dans tous les cas, la pièce, clairement engagée, s’en prend frontalement à la violence policière, s'inscrivant ainsi dans une actualité brûlante. Plus généralement, le texte qui file la métaphore de la lumière – on se souhaite une « claire journée » ou on s'insulte en se traitant de « sombre traître » – caricature évidemment la dérive sécuritaire actuelle : faut-il tout savoir de tout le monde pour être à l'abri de tous ? Où poser les limites ?

Drôle, énergique, la pièce souffre d'une mise en scène qui évoque de manière un peu brouillone l’agitation frénétique et inutile de nos sociétés sécuritaires – bien que tout se passe dans la même laverie, la place des machine est inversée lors des transitions. Elle pâtit aussi de performances très inégales parmi les comédiens, qui ont le désagréable réflexe de crier lorsqu’ils se donnent la réplique. Mais l’essentiel est ailleurs. Autrefois, Coluche demandais : « jusqu'où s'arrêteront-ils ? » Avec Les chaussettes rouges, Sébastien Novac propose un texte perspicace, qui pourrait l'être encore plus tant il recèle de richesses, et qui continue à poser la question.



Les chaussettes rouges
De et par Sébastien Novac
A la Petite Caserne, du 7 au 30 juillet, à 13h45
Pour plus d’informations, cliquer ICI


 

 

Florian BESSON

Aucun commentaire

Déposez un commentaire

Pour déposer un commentaire : Cliquez ici