Chroniques

Actuel Moyen Age : le présent au prisme du passé

Le JT de Socrate : regards philosophiques sur l'actualité

Chroniques scolaires : l'éducation au crible des sciences sociales

L'Age de nos adages : actualité de la sagesse ancestrale

Inde-Pakistan : l'inquiétant regain des tensions

TOUTES NOS CHRONIQUES

Grands entretiens

Aurélien Bellanger, sur Le grand Paris

Massimo Recalcati, sur Mélancolie et création chez Vincent Van Gogh

David Djaïz, sur La guerre civile n'aura pas lieu

Johann Chapoutot, sur La révolution culturelle nazie (1/2)

Johann Chapoutot, sur La révolution culturelle nazie (2/2)

Nicolas Truong, sur Interview

Jean-Yves Leloup, sur l'émergence des musiques électroniques

Juliette Sibon, sur Chasser les juifs pour régner

Julie Brochen, sur Molly S

Daria Deflorian, Antonio Tagliarini, sur Ce ne andiamo... et Il Cielo...

Carole Thibaut, sur Monkey Money

Vito Mancuso, La doctrine chrétienne ne peut survivre que si elle évolue

Laurent Bazin, Mohamed Bridji, L'identité nationale est une arme de guerre

Amir Reza Koohestani, sur Hearing

Nathalie Quintane, sur Que faire des classes moyennes?

Patrick Weil, sur Le sens de la République (2/2)

Patrick Weil, sur Le sens de la République (1/2)

Xavier Lemaire, Isabelle Andréani, sur le Cycle Xavier Lemaire

Rémi Lefebvre, Les primaires contre la démocratie ?

Nicolas Lebourg, Stéphane François, Histoire de la haine identitaire

Benoît Chantre, Les derniers jours de René Girard

Davide Luglio, Le style de la pensée italienne

Constance Gard, Psychotiques, bipolaires : médicaments ou suppléance ?

Pierre-Yves Gomez, Intelligence du travail

Eloi Laurent, Nos (nouvelles) mythologies économiques

François Dubet, Ce qui nous unit

Jill Stein, L'impossible "troisième homme"

Joël Pommerat, sur Ca ira (Fin de Louis)

Pierre-Henri Castel, Le cas Paramord

Laurent Fréchuret, sur Une trop bruyante solitude

Siddiq Wahid, Les tensions du Cachemire

Jean Vigreux, Le front populaire, l'échapée belle

Denis Clerc, Cessons de punir les pauvres

Dominique Mazéas et Anne-Sylvie Pelloux, La prise en charge de l'autisme

Lyiang Kim, Resident Forever

Romain Lajarge, Le pari grenoblois

TOUS NOS ENTRETIENS

Dossiers

La France à l'heure de l'Italie : philosophie, histoire, lettres

L'agrégation 2017, avec nonfiction.fr

Les printemps arabes : cinq ans après

Le travail en débat : au-delà de la loi El Khomri

Polyphonies syriennes : écrivains, intellectuels et artistes résistent

Djihadisme à la française : comprendre la radicalisation

TOUS NOS DOSSIERS

SÉRIE – Imaginer la fin du travail, au-delà de « Trepalium »
[mercredi 17 février 2016 - 14:00]

Arte a entamé ce jeudi la diffusion de Trepalium, une série d’anticipation qui imagine un monde largement dégagé du travail – pour le pire plutôt que pour le meilleur. Sur le même thème, Cory Doctorow publiait en 2003 Dans la dèche au Royaume Enchanté, un roman futuriste qui envisageait plus radicalement les possibilités ouvertes dans une économie post-rareté et post-travail. Sans travail, c’est peut-être tout un système de valeur qui serait amené à changer.

 

 

Imaginer la fin du travail peut produire des résultats angoissants. La série télévisée Trepalium actuellement diffusée sur Arte en est une expression. Dans le monde décrit, la très grande majorité de la population (80 %, nous dit-on) en est réduite à rêver de pouvoir décrocher un emploi. Un mur a même été construit pour assurer une relative tranquillité aux « Actifs » de la « Ville », maintenant donc les autres dans la « Zone », avec pour maigre espoir de pouvoir éventuellement être sélectionné(e)s pour un « emploi solidaire » (la dernière mesure gouvernementale pour essayer de calmer la révolte montante). Certes, la série, à cause de ses résonances éminemment actuelles, peut faire réfléchir, mais, à cette aune, son potentiel peut paraître limité. Plutôt que ce traitement faussement subversif (et esthétiquement peu inventif), peut-être aurait-il mieux valu une fiction plus risquée, où le travail n’est plus la valeur centrale. Tant qu’à faire dans la fiction spéculative, autant quitter la facilité dystopique, a fortiori si elle est une pâle extrapolation de l’épuisement des sociétés industrialisées et du modèle fordiste (voire une manière de préparer les esprits à une inéluctabilité des « réformes structurelles », sous peine d’en arriver un jour à ce type de futur repoussant).

 

Par contraste, peut-être que le format littéraire permet d’aller explorer des territoires imaginaires plus inspirants. Après tout, la question du travail et de son devenir est aussi déjà présente dans la science-fiction  . Dans le roman intitulé Dans la dèche au Royaume Enchanté , Cory Doctorow part d’un postulat plus radical. C’est même la première phrase du livre : « J'ai vécu assez longtemps pour voir le remède à la mort, assister à l'ascension de la Société Bitchun, apprendre dix langues étrangères, composer trois symphonies, réaliser mon rêve d'enfance d'habiter à Disney World et assister non seulement à la disparition du lieu de travail, mais du travail lui-même ». Dans le futur ainsi imaginé, les accidents de la vie ne sont plus à craindre : la mémoire de chaque individu est en effet régulièrement sauvegardée et, en cas de problèmes physiques à l’issue potentiellement fatale, elle peut être réintégrée dans un nouveau corps déjà cloné, donc rapidement disponible (une variante du « mind uploading »). Les systèmes productifs étant suffisamment développés et les principaux besoins existentiels apparemment satisfaits, hommes et femmes sont dans une situation où ils n’ont plus d’obligation de travailler. Libérés de beaucoup de contraintes matérielles, ils peuvent alors consacrer leur temps à des activités plus ou moins ludiques. L’action du roman se passe principalement à Disney World, où les protagonistes sont surtout occupés à restaurer et développer des attractions du parc. Leurs journées sont au total loin d’être vides et, de fait, les personnages suivis investissent beaucoup d’énergie dans l’entretien de ces attractions.

 

Derrière l’intrigue (en gros, la rivalité entre les groupes gérant des attractions concurrentes), les lecteurs peuvent ainsi voir fonctionner des modalités différentes d’organisation sociale. Avec pour les individus des soucis différents. En l’occurrence, dans la société dépeinte par Cory Doctorow (la « Société Bitchun »), l’argent n’a plus d’utilité. Ce qui compte en revanche, c’est le « whuffie », une espèce d’évaluation permanente de la réputation, de la popularité individuelle, qui est de surcroît devenue facile à visualiser, en temps réel,  grâce aux avancées de l’informatique ambiante et aux possibilités de connexions cérébrales. C’est cette espèce d’objectivation de l’estime accordée à chacun, compte tenu de ses actions, de ses réalisations positives comme de ses fautes et méfaits, qui fait alors non seulement la position sociale, mais qui devient aussi le critère principal des échanges pour accéder plus ou moins facilement à certains biens et services. Dans ce monde, le but principal semble être en définitive d’accumuler cette nouvelle forme de capital symbolique que serait le « whuffie ».

 

L’intérêt du roman de Cory Doctorow est qu’il permet, dans le registre de l’anticipation, de travailler des hypothèses sur ce que pourrait être une économie post-rareté et post-travail. Il fait en quelque sorte la supposition que l’accès à des possibilités technologiques conduira à une évolution des valeurs, spécialement quant aux motivations qui doivent guider les existences individuelles, quant à la conception du travail et à sa centralité dans les collectifs. Dans la « Société Bitchun », il ne semble guère y avoir de sens à essayer de ranger les individus dans les catégories de producteurs et de consommateurs. Ces rôles sociaux, de même que le salariat, se sont dissous. Les « adhocraties » sont devenues la forme d’organisation dominante pour les individus qui souhaitent réaliser des activités ou un projet en commun, en fonction de préférences partagées. Dans le roman, ces coopérations semblent souples et peu formelles. Les attractions de Disney World y sont gérées par des fans sur ce principe. Le roman, par sa lenteur apparente, rend bien ce mode de vie s’écoulant sans gros événements perturbateurs (hormis le « meurtre » qui va intervenir et qui va nourrir l’intrigue). Mais Cory Doctorow a également bien compris que tout individu a besoin de reconnaissance et garde une tendance à vouloir se situer par rapport aux autres. La condition humaine a bien d’autres dimensions que celle du travail pour la structurer. Est-il enviable d’être noté en permanence, sur le moindre de ses actes ? C’est la subjectivité néolibérale qui survivrait ainsi sous d’autres formes, où l’individu devrait malgré tout veiller à sa valorisation et rester entrepreneur de lui-même. Les logiques de marché, voire les inégalités qui en résultent, ne seraient que déplacées (même si, formellement, ont disparu les préoccupations sur les moyens d’assurer sa subsistance).

 

L’enjeu est aujourd’hui d’être capable d’imaginer des futurs variés. La place forcément évolutive du travail dans une société peut justifier ce type d’exploration, a fortiori dans des contextes technologiques eux-mêmes fortement évolutifs en raison des progrès rapides de l’automatisation. Cette exploration a été et continue à être tentée dans le registre académique  . Mais l’évolution d’un modèle culturel se joue également dans les imaginaires. Il n’est donc pas inutile, loin de là, de continuer aussi à aller voir ce qui s’y produit.

 

 

 Trepalium,

  Série créée par Antarès Bassis et Sophie Hiet,

  Diffusion sur Arte, à partir du 11 février 2016.

 

 

  Cory Doctorow,

  Dans la dèche au Royaume Enchanté,

  Gallimard/Folio SF, 2008

  (Down and out in the Magic Kingdom,

  Tor, 2003).                

 

 

 

 À lire également sur nonfiction.fr :

Notre dossier Le travail en débat

 

 

 

 

 

Yannick RUMPALA

1 commentaire

Avatar

BeludJP

23/12/16 11:34
Avant la société sans travail, pour laquelle le travail de fiction est nécessaire et trouverait matière à d'autres explorations, reste encore plus urgemment à imaginer la reconstruction de l'organisation d'un travail partiellement automatisé.

Les entreprises devraient se pencher sur le sujet d'autant plus vite que 1. elles sont en train d'accélérer l'automatisation de tâches de plus en plus nombreuses; 2. les économistes ont démontré que la productivité individuelle et collective ne croit que si les interactions sont repensées - aujourd'hui on peine déjà à repenser les métiers partiellement automatisés, il s'agit donc d'avoir une vue plus globale des conditions de la production de la valeur ajoutée.

En fait cette refondation de l'organisation doit même être envisagée comme u,n processus dynamique permanent, car les tâches automatisées vont croître au fil du temps : l'organisation de la production de valeur ne sera qu'éphémère.

Il est même pensable que cette réorganisation permanente soit assurée de façon plus efficiente si elle est laissée au libre arbitre des protagonistes qui interagissent. La communication prendra énormément d'importance pour réaliser cela de manière fluide.
Mais surtout, la contraintes la plus forte sera sur les automatismes et autres algorithmes, pour qu'eux-mêmes suivent le rythme d'évolution de l'organisation des humains.
En tout cas c'est un sujet dont l'exploration commence maintenant et ne s'arrêtera pas avant longtemps.

Déposez un commentaire

Pour déposer un commentaire : Cliquez ici