Chroniques

Débats publics : les grandes questions politiques en 2017

Actuel Moyen Age : le présent au prisme du passé

Le JT de Socrate : regards philosophiques sur l'actualité

Intimités : la politique et le corps

Chroniques scolaires : l'éducation au crible des sciences sociales

Regards sur l'Inde : la gauche au pays des inégalités

TOUTES NOS CHRONIQUES

Dossiers

La France à l'heure de l'Italie : philosophie, histoire, lettres

L'agrégation 2017, avec nonfiction.fr

Les printemps arabes : cinq ans après

Le travail en débat : au-delà de la loi El Khomri

Polyphonies syriennes : écrivains, intellectuels et artistes résistent

Djihadisme à la française : comprendre la radicalisation

TOUS NOS DOSSIERS

Bibliothèques Odéon

THÉÂTRE – « Roberto Zucco » de Bernard-Marie Koltès
[lundi 08 février 2016 - 17:00]

En écrivant la pièce « Roberto Zucco » en 1988, Koltès s’est librement inspiré d’un personnage réel, le tueur en série Roberto Succo. Au Théâtre Gérard Philipe à Saint-Denis, le metteur en scène Richard Brunel raconte l’histoire d’un homme qui a déraillé et le spectateur se  retrouve engouffré dans un monde étrange fait de violence et de poésie.

 

Roberto Zucco, inculpé pour le meurtre de son père, s’échappe de prison sous le regard sidéré de deux gardiens. Le  jeune fugitif retourne chez sa mère pour prendre quelques vêtements et la tue dans une étreinte se transformant en étouffement. Tel un fantôme disparaissant dans la nuit il poursuit son chemin fait de rencontres et de meurtres sans que l’on sache précisément ce qui déclenche cette pulsion meurtrière. Lui-même le sait-il seulement ? La route  de Zucco croise  celle de  la gamine, jeune fille paumée venant d’une famille dysfonctionnelle, dont il sera le premier homme et qui fera tout pour retrouver la trace de Zucco par la suite …

 

Dans la scénographie d’Anouk Dell’Aiera, une multitude de panneaux délimite le plateau, les uns transparents, les autres tachés d’encre (ou de sang ?). Ils dessinent un décor labyrinthique et troublant.

Un mouvement incessant s’installe dès le début du spectacle, les panneaux roulent, sont soulevés, poussés, abaissés, enlevés, créant de nouveaux espaces de jeu en permanence : on passe ainsi de la prison à la maison de Zucco, puis à l’appartement de la gamine. Appartement se transformant en salle d’interrogatoire, en maison close et en jardin public. Tourbillon rythmé qui fait perdre les repères par moments, ces repères dont manquent aussi bien Zucco que la gamine. Chaos semblable à celui dans la tête de Zucco dont on sent la nervosité et l’imprévisibilité à tout moment. 

 

La façon dont est  utilisée la lumière contribue à créer une ambiance particulière : le plateau quasiment noir du début, éclairé uniquement par les rayons lumineux des lampes de poches des gardiens, fait place à des séquences plus ou moins lumineuses, jusqu’à ce que la lumière éblouissante  de la dernière scène force les spectateurs à fermer les yeux : « Le soleil monte, devient aveuglant comme l’éclat d’une bombe atomique »

À la fin on aperçoit Zucco sur le toit de la prison dans une nouvelle tentative d’évasion. L’auteur Koltès imaginait Zucco seul sur scène à ce moment-là, entouré de voix de personnes invisibles comme si on ne devait pas vraiment savoir  lesquelles de ces voix étaient réelles et lesquelles uniquement le fruit de son imagination. Richard Brunel va résolument à l’encontre de cette indication et ancre la dernière partie dans notre présent : le personnage principal est soudainement entouré d’une équipe de télévision qui l'interviewe et filme sa fuite en direct comme le font les chaînes d’information en continu. Cette critique du sensationnalisme de notre époque est un choix de mise en scène qui fonctionne bien.

 

Zucco est joué par Pio Marmaï (qui ressemble étonnement au vrai Succo) avec une sorte de vitalité animale, très physique et oscillant sans cesse entre violence et poésie. On suit ce personnage et on se retrouve comme lui étonné de ses actes, ces assassinats à répétition. Individu perdu qui semble chercher la mort. Noémie Develay-Ressiguier,  actrice formée  à l’école supérieure d’art dramatique de Strasbourg, interprète le rôle de la gamine. Vibrante, forte et fragile en même temps,  elle rend le personnage de la jeune fille qui se débat avec ce monde brutal très attachant.

 

Ce  « Roberto Zucco » est un spectacle qui passe de la violence à la poésie en un clin d’œil, sombre et beau, à l’image de cette pluie de sacs plastiques recouvrant le corps d’une des victimes de Zucco telle une couche  de neige, créant ainsi une image dérangeante et fascinante.

 

Roberto Zucco, de Bernard-Marie Koltès

Mise en scène de Richard Brunel

Au Théâtre Gérard Philipe, du 29 janvier au 20 février 

Durée approximative : 1h40

 

Julia-Myrto KUNZE
Commenter Envoyer à un ami imprimer Charte déontologique / Disclaimer digg delicious Creative Commons Licence Logo

Aucun commentaire

Déposez un commentaire

Pour déposer un commentaire : Cliquez ici