Chroniques

Actuel Moyen Age : le présent au prisme du passé

Le JT de Socrate : regards philosophiques sur l'actualité

Chroniques scolaires : l'éducation au crible des sciences sociales

L'Age de nos adages : actualité de la sagesse ancestrale

Inde-Pakistan : l'inquiétant regain des tensions

TOUTES NOS CHRONIQUES

Grands entretiens

Aurélien Bellanger, sur Le grand Paris

Massimo Recalcati, sur Mélancolie et création chez Vincent Van Gogh

David Djaïz, sur La guerre civile n'aura pas lieu

Johann Chapoutot, sur La révolution culturelle nazie (1/2)

Johann Chapoutot, sur La révolution culturelle nazie (2/2)

Nicolas Truong, sur Interview

Jean-Yves Leloup, sur l'émergence des musiques électroniques

Juliette Sibon, sur Chasser les juifs pour régner

Julie Brochen, sur Molly S

Daria Deflorian, Antonio Tagliarini, sur Ce ne andiamo... et Il Cielo...

Carole Thibaut, sur Monkey Money

Vito Mancuso, La doctrine chrétienne ne peut survivre que si elle évolue

Laurent Bazin, Mohamed Bridji, L'identité nationale est une arme de guerre

Amir Reza Koohestani, sur Hearing

Nathalie Quintane, sur Que faire des classes moyennes?

Patrick Weil, sur Le sens de la République (2/2)

Patrick Weil, sur Le sens de la République (1/2)

Xavier Lemaire, Isabelle Andréani, sur le Cycle Xavier Lemaire

Rémi Lefebvre, Les primaires contre la démocratie ?

Nicolas Lebourg, Stéphane François, Histoire de la haine identitaire

Benoît Chantre, Les derniers jours de René Girard

Davide Luglio, Le style de la pensée italienne

Constance Gard, Psychotiques, bipolaires : médicaments ou suppléance ?

Pierre-Yves Gomez, Intelligence du travail

Eloi Laurent, Nos (nouvelles) mythologies économiques

François Dubet, Ce qui nous unit

Jill Stein, L'impossible "troisième homme"

Joël Pommerat, sur Ca ira (Fin de Louis)

Pierre-Henri Castel, Le cas Paramord

Laurent Fréchuret, sur Une trop bruyante solitude

Siddiq Wahid, Les tensions du Cachemire

Jean Vigreux, Le front populaire, l'échapée belle

Denis Clerc, Cessons de punir les pauvres

Dominique Mazéas et Anne-Sylvie Pelloux, La prise en charge de l'autisme

Lyiang Kim, Resident Forever

Romain Lajarge, Le pari grenoblois

TOUS NOS ENTRETIENS

Dossiers

La France à l'heure de l'Italie : philosophie, histoire, lettres

L'agrégation 2017, avec nonfiction.fr

Les printemps arabes : cinq ans après

Le travail en débat : au-delà de la loi El Khomri

Polyphonies syriennes : écrivains, intellectuels et artistes résistent

Djihadisme à la française : comprendre la radicalisation

TOUS NOS DOSSIERS

POESIE – « Les Feuillets de la Minotaure » d’Angèle Paoli : le labyrinthe du soi
[mercredi 09 décembre 2015 - 12:00]

Les Feuillets de la Minotaure, sous-titrés « récit-poèmes », sont un volume conséquent et important. Il révèle un écrivain, femme et qui le revendique : la Minotaure. Elle précise : « Je préfère les auteurs qui ont de la tenue. » Son livre est riche en significations, complexe, dont la forme multiple reste un vecteur, pas une fin en soi. Malgré quelques embrassements de la prose et des vers, la partie récit couvre les 90 premières pages et les principaux poèmes achèvent le « recueil » .

Captivités

Le titre invite à la rêverie. Les feuillets devraient s’échapper du labyrinthe ; la Minotaure, avec eux, se délivrer de ses pulsions. Le recueil est construit en trois grandes parties, auxquelles s’ajoutent une ouverture et un final, ainsi qu’un intermède séparant la partie récit de celles des poèmes. Les deux parties qui forment le récit, d’égale importance en volume, font se succéder un échange asymétrique de lettres non datées, et des « journuits », c’est-à-dire des pages de journal, là encore sans date – ce qui ne facilite pas la lecture. S’il fallait résumer le récit : deux femmes à l’évidence se sont passionnément aimées et se déprennent l’une de l’autre. Bien que Min(o)a écrive à Chloris le plus grand nombre de lettres, puis tienne le « journuit », on se demande si Chloris, donnée pour légère et détachée, ne serait pas de convention. « Je vous laisserai reprendre votre liberté. » Aucun portrait, par exemple. Mais peu importe. Car le sujet profond du livre, c’est comment « écrire pour fuir ce vide laissé par la mère […] ne pas être dévoré » ou, dit autrement : « De quelles captivités sommes-nous les otages ? De nous-mêmes, des autres ? »

Angèle Paoli est habile à brouiller les pistes, elle a pris le génie du labyrinthe. Si elle déclare n’être « pas très experte ni très habile dans les faux-semblants », elle reconnaît combien « l’aune de la visibilité/lisibilité » est flatteuse et nécessaire. Elle écrit encore : « Dans la transparence, pas de fantaisie possible. Je préfère le caché au dénudé ; ce qui est dedans et qu’il faut chercher, à ce qui est dehors, exhibé, visible à l’œil nu et au premier regard. J’aime tout ce qui cache. Voiles, maquillages, superposition des jupons. J’aime le mystère. Aux eaux claires, je préfère les eaux profondes. […] Le limpide synonyme d’ennui. » Ce ne sont là que les ruses les plus évidentes, à partir desquelles elle nous incite à creuser, jusqu’en nous-mêmes, profondément, pour explorer les vides de nos geôles intérieures.

L’amour, la mort, l’écriture

Cependant le gnothi seauton (ou « Connais-toi toi-même ! »), comme promené de l’Antiquité à nos jours, n’est pas seul à produire de belles pages. Celles sur l’amour, que ce soit en prose ou en vers, sont convaincantes. On sent la passion à fleur de peau. Les 39 alexandrins de la sextine donnée en ouverture éclatent comme un plein jeu de cathédrale : « liberté du désir de la rage en dérive / se couler à nouveau dans les vagues du rêve ». Angèle Paoli a beau graver dans ses pages que « l’espace divin est interdit aux femmes, encore plus aux étrangères », elle gagne un firmament certain.

Inévitablement, elle considère notre fin dernière et combine la nécessité de disparaître (« est-ce là ce qui gît de crasse de désespoir / de griffes de crochets // crocs qui lacèrent la peau / jusqu’à l’à-vif ») avec celle de durer un peu par les livres. Le poème « (Orphée) »  qui précède le chant final « (Le Brame de la Minotaure) » disent encore : « mon destin est obscur et mes maux sans appel ». C’est donc un livre sombre et lumineux tout ensemble, de haute tenue, d’une richesse intense, pour ne pas dire insondable, que Les Feuillets de la Minotaure. D’autres, plus savants, l’amour au cœur peut-être, sauront en dire davantage et mieux. Mais déjà, ce livre n’est pas près de se refermer.
 

Angèle Paoli, Les Feuillets de la Minotaure
Corlevour et Terres de femmes, 2015
176 pages, 22€

 

 

Pierre PERRIN

Aucun commentaire

Déposez un commentaire

Pour déposer un commentaire : Cliquez ici