Chroniques

Idéographies : cartographies des idées en 2017

Actuel Moyen Age : le présent au prisme du passé

Le JT de Socrate : regards philosophiques sur l'actualité

Chroniques scolaires : l'éducation au crible des sciences sociales

Inde-Pakistan : l'inquiétant regain des tensions

TOUTES NOS CHRONIQUES

Grands entretiens

Aurélien Bellanger, sur Le grand Paris

Massimo Recalcati, sur Mélancolie et création chez Vincent Van Gogh

David Djaïz, sur La guerre civile n'aura pas lieu

Johann Chapoutot, sur La révolution culturelle nazie (1/2)

Johann Chapoutot, sur La révolution culturelle nazie (2/2)

Nicolas Truong, sur Interview

Jean-Yves Leloup, sur l'émergence des musiques électroniques

Juliette Sibon, sur Chasser les juifs pour régner

Julie Brochen, sur Molly S

Daria Deflorian, Antonio Tagliarini, sur Ce ne andiamo... et Il Cielo...

Carole Thibaut, sur Monkey Money

Vito Mancuso, La doctrine chrétienne ne peut survivre que si elle évolue

Laurent Bazin, Mohamed Bridji, L'identité nationale est une arme de guerre

Amir Reza Koohestani, sur Hearing

Nathalie Quintane, sur Que faire des classes moyennes?

Patrick Weil, sur Le sens de la République (2/2)

Patrick Weil, sur Le sens de la République (1/2)

Xavier Lemaire, Isabelle Andréani, sur le Cycle Xavier Lemaire

Rémi Lefebvre, Les primaires contre la démocratie ?

Nicolas Lebourg, Stéphane François, Histoire de la haine identitaire

Benoît Chantre, Les derniers jours de René Girard

Davide Luglio, Le style de la pensée italienne

Constance Gard, Psychotiques, bipolaires : médicaments ou suppléance ?

Pierre-Yves Gomez, Intelligence du travail

Eloi Laurent, Nos (nouvelles) mythologies économiques

François Dubet, Ce qui nous unit

Jill Stein, L'impossible "troisième homme"

Joël Pommerat, sur Ca ira (Fin de Louis)

Pierre-Henri Castel, Le cas Paramord

Laurent Fréchuret, sur Une trop bruyante solitude

Siddiq Wahid, Les tensions du Cachemire

Jean Vigreux, Le front populaire, l'échapée belle

Denis Clerc, Cessons de punir les pauvres

Dominique Mazéas et Anne-Sylvie Pelloux, La prise en charge de l'autisme

Lyiang Kim, Resident Forever

Romain Lajarge, Le pari grenoblois

TOUS NOS ENTRETIENS

Dossiers

La France à l'heure de l'Italie : philosophie, histoire, lettres

L'agrégation 2017, avec nonfiction.fr

Les printemps arabes : cinq ans après

Le travail en débat : au-delà de la loi El Khomri

Polyphonies syriennes : écrivains, intellectuels et artistes résistent

Djihadisme à la française : comprendre la radicalisation

TOUS NOS DOSSIERS

Expliquer l’inconscient
[mercredi 11 novembre 2015 - 17:00]
Psychanalyse
Couverture ouvrage
L'inconscient expliqué à mon petit-fils
Éditeur : Seuil
120 pages
Résumé : Un court ouvrage pédagogique pour tracer les contours d’un concept, via les mythes, les tragédies, la littérature et la science.

La collection « Expliqué à… » aborde des grands thèmes sous forme de questions réponses entre un spécialiste et un enfant. On y trouve, par exemple, un « moyen-âge expliqué aux enfants » par Jacques Le Goff ou encore un « univers expliqué à mes petits-enfants » d’Hubert Reeves. Il s’agit de faire œuvre pédagogique à destination des enfants et plus largement des enseignants ou des parents.

Elisabeth Roudinesco, directrice de recherche à Paris 7, qui tient un séminaire à l’Ecole normale supérieure, échange tour à tour avec Gabriel, 13 ans, Lucie, 11 ans, ou encore Karine, 9 ans, soit que l’historienne ait directement échangé avec ces enfants, soit qu’elle les questionne par l’intermédiaire de leurs parents. Ces questions et réponses tracent les contours, non pas de l’histoire de Freud, mais de l’inconscient. Il faut souligner ici la clarté et la beauté de la langue de l’historienne, sa faculté à saisir en quelques formules l’essence du concept d’inconscient tout en le resituant toujours plus largement.

Ce livre sur l’inconscient l’aborde par des images qui dessinent ce concept, par nature insaisissable. Loin de la technicité de la psychanalyse, Elisabeth Roudinesco évoque d’abord les mythes, les dieux grecs, les chamans comme autant de formes de l’inconscient. Car l’inconscient, s’il est universel, se manifeste différemment selon les cultures. La langue d’Elisabeth Roudinesco trace en quelques phrases les distinctions essentielles au travers d’exemples qui font comprendre : « Par exemple, chez nous, on dit : je suis un homme généreux et j’ai porté secours à une femme en difficulté. Chez les peuples premiers, on s’exprimera autrement et on dira : la générosité qui vient de l’homme a porté secours à la difficulté où se trouve la femme. Dans un cas l’inconscient est à l’intérieur du « je » et dans l’autre il est dans la qualité attribuée à la personne » . L’historienne évoque aussi le rôle et la place du psychiatre dans notre modernité occidentale qui, expliquant le fonctionnement du psychisme au travers de classifications, n’a plus besoin d’une référence à une puissance supérieure à l’homme.

L’ouvrage revient sur les formes culturelles d’un objet dont Freud a isolé un sens nouveau en montrant que chacun avait un inconscient, qui s’exprimait dans les choses de la vie quotidienne. Car qui ne fait pas de lapsus ou n’a jamais rêvé ? L’historienne pointe finalement l’inconscient comme ce qui parle à ma place, ce qui m’aliène ; « l’inconscient, c’est quand tu ne décides pas », comme le dit joliment Lucie . L’ouvrage s’ouvre ainsi sur la distinction essentielle entre l’insensé et l’aliéné, séparation qui trace elle-même le régime de la psychiatrie et de la psychologie moderne : « Si le subconscient te donne des ordres, te domine, a une emprise sur toi et te fait agir de façon automatique, cela veut dire que tu es aliéné et non pas insensé » .

L’ouvrage évoque, au travers d’un chassé croisé de questions réponses les rêves, la pensée, le langage ou les animaux qui sont autant d’entrées possibles pour dessiner les contours du concept d’inconscient, autour de questions telles que « faut il avoir peur de l’inconscient », « l’inconscient explique t-il tout ? » ou encore « l’inconscient se cache t il dans le cerveau ? ». Avec des exemples ou un poème de William Wordworth, Elisabeth Roudinesco montre qu’il ne se localise nul part, mais se manifeste, s’exprime sous de multiples formes.

Au final, Elisabeth Roudinesco, s’appuyant sur sa connaissance incomparable de la psychanalyse et de son histoire, revient dans cet ouvrage à une interrogation en forme de questionnement originel sur « qu’est ce que l’inconscient ? » pour en dégager une réponse pédagogique et qui n’est pas hégémonique. Car elle indique bien que l’inconscient n’explique pas tout : « Nous sommes le produit d’une histoire, d’un environnement naturel et social, d’un corps biologique et pas seulement de notre psychisme. Et puis, nous avons aussi la liberté de nous modifier » .

Cette liberté, revendiquée par la psychanalyste, est aussi celle qui est au cœur de l’histoire du combat des Lumières contre la barbarie, l’histoire de la relation universelle de l’homme à l’inconscient. L’auteur termine son ouvrage sur l’évocation de la Guerre des étoiles, véritable saga et tragédie contemporaine qui habite l’imaginaire de plusieurs générations. Elisabeth Roudinesco, également auteur d’une histoire des pervers, évoque cette fameuse scène où le visage de Dark Vador est enfin dévoilé, montrant que l’être humain est toujours habité aussi bien par les forces du bien que du mal.

Cet « inconscient expliqué à mon petit-fils » aura ainsi tracé les contours d’un concept difficile mais dont les mythes, la littérature, les souffrances psychiques, la science et la médecine tout aussi bien que les événements politiques du monde nous rappellent l’impérieuse utilité.
 

Frédéric FOREST
Titre du livre : L'inconscient expliqué à mon petit-fils
Auteur : Elisabeth Roudinesco
Éditeur : Seuil
Collection : Explique à...
Date de publication : 01/10/15
N° ISBN : 2021227715
Commenter Envoyer à un ami imprimer Charte déontologique / Disclaimer digg delicious Creative Commons Licence Logo

Aucun commentaire

Déposez un commentaire

Pour déposer un commentaire : Cliquez ici