Chroniques

Actuel Moyen Age : le présent au prisme du passé

Le JT de Socrate : regards philosophiques sur l'actualité

Chroniques scolaires : l'éducation au crible des sciences sociales

L'Age de nos adages : actualité de la sagesse ancestrale

Inde-Pakistan : l'inquiétant regain des tensions

TOUTES NOS CHRONIQUES

Grands entretiens

Aurélien Bellanger, sur Le grand Paris

Massimo Recalcati, sur Mélancolie et création chez Vincent Van Gogh

David Djaïz, sur La guerre civile n'aura pas lieu

Johann Chapoutot, sur La révolution culturelle nazie (1/2)

Johann Chapoutot, sur La révolution culturelle nazie (2/2)

Nicolas Truong, sur Interview

Jean-Yves Leloup, sur l'émergence des musiques électroniques

Juliette Sibon, sur Chasser les juifs pour régner

Julie Brochen, sur Molly S

Daria Deflorian, Antonio Tagliarini, sur Ce ne andiamo... et Il Cielo...

Carole Thibaut, sur Monkey Money

Vito Mancuso, La doctrine chrétienne ne peut survivre que si elle évolue

Laurent Bazin, Mohamed Bridji, L'identité nationale est une arme de guerre

Amir Reza Koohestani, sur Hearing

Nathalie Quintane, sur Que faire des classes moyennes?

Patrick Weil, sur Le sens de la République (2/2)

Patrick Weil, sur Le sens de la République (1/2)

Xavier Lemaire, Isabelle Andréani, sur le Cycle Xavier Lemaire

Rémi Lefebvre, Les primaires contre la démocratie ?

Nicolas Lebourg, Stéphane François, Histoire de la haine identitaire

Benoît Chantre, Les derniers jours de René Girard

Davide Luglio, Le style de la pensée italienne

Constance Gard, Psychotiques, bipolaires : médicaments ou suppléance ?

Pierre-Yves Gomez, Intelligence du travail

Eloi Laurent, Nos (nouvelles) mythologies économiques

François Dubet, Ce qui nous unit

Jill Stein, L'impossible "troisième homme"

Joël Pommerat, sur Ca ira (Fin de Louis)

Pierre-Henri Castel, Le cas Paramord

Laurent Fréchuret, sur Une trop bruyante solitude

Siddiq Wahid, Les tensions du Cachemire

Jean Vigreux, Le front populaire, l'échapée belle

Denis Clerc, Cessons de punir les pauvres

Dominique Mazéas et Anne-Sylvie Pelloux, La prise en charge de l'autisme

Lyiang Kim, Resident Forever

Romain Lajarge, Le pari grenoblois

TOUS NOS ENTRETIENS

Dossiers

La France à l'heure de l'Italie : philosophie, histoire, lettres

L'agrégation 2017, avec nonfiction.fr

Les printemps arabes : cinq ans après

Le travail en débat : au-delà de la loi El Khomri

Polyphonies syriennes : écrivains, intellectuels et artistes résistent

Djihadisme à la française : comprendre la radicalisation

TOUS NOS DOSSIERS

Un authentique laïc
[mercredi 14 mai 2014 - 09:00]
Histoire
Couverture ouvrage
Une si vive révolte
Éditeur : Editions de l'Atelier
231 pages
Résumé : Un ouvrage attachant et atypique qui retrace le parcours d'un grand historien contemporain, sociologue de la laïcité.  
L'ouvrage de Jean Baubérot, Une si vive révolte, peut se lire comme la traversée du XXème siècle et du début du XXIème par celui qui se définit lui-même comme un « senior questionné par son adolescence ». Président d'honneur de l'Ecole Pratique des Hautes Etudes (CNRS), il est reconnu internationalement comme un des meilleurs spécialistes de la laïcité et des relations entre sociétés et religions.
 
Dans la préface de ce livre, Edwy Plenel présente l'itinéraire de ce protestant laïc comme étant celui d'un défenseur et promoteur des droits fondamentaux, dans une société travaillée par les questionnements à l'égard des cultes minoritaires et tentée par des replis contraires à sa tradition républicaine.
 
Rebelle et boutonneux : un lycéen limousin au temps de la guerre d'Algérie
 
Dans la première partie du livre, Jean Baubérot revient aux fondements de ses engagements, sa jeunesse au lycée Gay-Lussac de Limoges, les personnalités qui ont contribué à forger ses convictions, les grandes controverses qui agitent l'actualité de l'époque (décolonisation, place de la jeunesse dans la société...). En faisant toujours le lien entre le jeune qu'il était et les événements de la société d'alors, on comprend combien les décennies 1950, 1960 et 1970 ont pu constituer aux yeux de sa génération une période de bouillonnement créateur et de « générosité désordonnée » (Edwy Plenel).
 
A titre d'exemple, les années d'études de l'historien à Paris fournissent l'occasion à Baubérot de se confronter à la violence sociale quotidienne, aux oppositions intellectuelles frontales, tout en poursuivant sa brillante formation dans les meilleures institutions françaises. Dans le grand amphithéâtre de la Sorbonne, il reçoit un prix des mains du général De Gaulle en 1959. Le sujet du concours général qu'il remporte alors, l'Eglise catholique et l'Etat en France de 1799 à 1815, préfigure déjà le spécialiste de la chose religieuse qu'il deviendra.
 
Transgression et révolution désacralisée : après mai 1968 
 
La seconde partie de l'ouvrage insiste sur les basculements opérés au sein de la société française dans le sillage de mai 1968. Baubérot se fait tour à tour chercheur et militant, alternant anecdotes marquantes et réflexions documentées sur divers sujets qui lui tiennent à cœur : la place du catholicisme et du judaïsme au sein de l'intellegentsia, le conflit isarélo-palestinien, la libéralisation des mœurs en France, le rôle pédagogique des enseignants...
 
Les responsabilités universitaires qui sont les siennes et la direction d'équipes de recherche ne l'empêchent pas de voyager à travers le monde, d'enrichir sa vision républicaine de la société et de démontrer en toute occasion sa capacité à dire « non » pour mieux inventer des « oui », des « oui » qui se sont pas d'autorité et d'obéissance mais de liberté et d'adhésion. 
 
Un mandarin hérétique ou l'apprentissage de la marginalité institutionnelle
 
La dernière partie de l'ouvrage est probablement la plus intéressante tant elle est aux prises avec des enjeux qui travaillent toujours la société française dans son rapport au fait religieux. Professeur, citoyen engagé, protestant sous une gauche au pouvoir qui l'enchante et le déçoit également, Baubérot s'insurge contre la « religiosité laïque ». Partisan d'une laïcité fidèle à l'esprit de 1905 et non pas recroquevillée sur un rejet de la religion, il rappelle combien cette conception française de la laïcité doit permettre le bien vivre ensemble quand elle respecte les cultes et garantit la neutralité de l'Etat.
 
Président du comité d'organisation du quatrième centenaire de l'édit de Nantes, il plaide pour les « compromis réconciliateurs » face aux « doctrines de haine », avant-hier contre les protestants, hier contre les juifs, aujourd'hui contre les musulmans. Conseiller de la ministre de l'enseignement scolaire Ségolène Royal en 1997, il plaide pour un renouveau de la morale laïque, s'appuyant sur le terreau associatif pour défendre une conception inclusive de la laïcité. Membre de la commission Stasi en 2003, réunie par le Président Chirac pour mettre fin aux polémiques sur les « signes ostensibles manifestant une appartenance religieuse ou politique à l'école », il est le seul avec le sociologue Alain Touraine à s'abstenir lors du vote prônant l'interdiction de ces signes dans l'enceinte scolaire.
 
Au travers de ces trois exemples, Baubérot montre bien en quoi son rôle de franc-tireur s'est heurté tout au long de sa vie à une conception étriquée de la laïcité, combien l'historien-sociologue doit se méfier de l'instrumentalisation de la religion à des fins politiques, comment la séparation des Eglises et de l'Etat se transforme chez certains en une volonté de laïcisation des individus destructrice tant pour la société que pour les personnes.
 
Témoignages et enseignements pour demain
 
A la fin de l'ouvrage, on referme le livre en se disant que face à des questions aussi complexes que la place de l'Etat et de la religion dans la société, il est un chemin tracé par Jean Baubérot : celui d'une liberté revendiquée, hérétique quand le vent dominant est contraire, républicaine et fidèle aux convictions réaffirmées d'un républicain de gauche. Même s'il verse parfois dans l'auto-satisfaction, se laisse par moment aller à des digressions qui complexifient la compréhension de l'ensemble, ce témoignage riche et stimulant permet de replacer dans une perspective historique originale des débats actuels qui agitent la politique et les penseurs contemporains.
 
Puissent les dirigeants et intellectuels d'aujourd'hui et de demain demeurer fidèles au message de Baubérot : « penser n'est pas trop fatiguant pour qui ne veut pas bêler à l'unisson du troupeau.».

 

Alexandre EL BAKIR
Titre du livre : Une si vive révolte
Auteur : Jean Baubérot
Éditeur : Editions de l'Atelier
Collection : SOCIAL ECO H C
Date de publication : 13/02/14
N° ISBN : 978-2708242616
Commenter Envoyer à un ami imprimer Charte déontologique / Disclaimer digg delicious Creative Commons Licence Logo

3 commentaires

Avatar

Ulysse

16/05/14 14:32
Bonjour
1) Serait-il possible qu'enfin l'on saisisse la différence sémantique entre les substantifs laïc avec un c et laïque -que.... cela devient un peu fatiguant
2) Pour une approche de la laïcité, je préfèrerais toujours les travaux d'Henri Pena-Ruiz à ceux de Mr Baubérot que je considère à mon humble avis comme l'un de ses fossoyeurs (de la laïcité)
Cordialement
Avatar

lily

14/05/14 19:38
voilà une belle vision de la laïcité qu'on aimerait voir partagée plus souvent
Avatar

Samuel

14/05/14 13:25
J'apprécie beaucoup les analyses de monsieur Baubérot. Je lirai ce livre.

Déposez un commentaire

Pour déposer un commentaire : Cliquez ici