Chroniques

Chronique uchronique : penser l'histoire avec des « si »

Actuel Moyen Age : le présent au prisme du passé

Nation ? La fabrique du lien social

Chroniques américaines : progressismes et résistances aux USA

Chroniques scolaires : l'éducation au crible des sciences sociales

Regards sur le Pakistan : militance et terrorisme

Dossiers

Les printemps arabes : cinq ans après

Le travail en débat : au-delà de la loi El Khomri

Polyphonies syriennes : écrivains, intellectuels et artistes résistent

Djihadisme à la française : comprendre la radicalisation

Un état du genre : quinze ans de gender studies

Le génocide arménien : centenaire d'un modèle criminel

TOUS NOS DOSSIERS

Bibliothèques Odéon

L'impuissance de l'entre-deux
[lundi 04 novembre 2013 - 09:00]
Europe
Couverture ouvrage
Europe, amour ou chambre à part
Éditeur : Flammarion
130 pages
Résumé : Pour l'eurodéputée Sylvie Goulard, il faut absolument changer de vision et voir que l'intérêt commun européen est dans la mise en place d'institutions légitimes et efficaces à qui l'on donne les moyens d'agir. Un livre vif à recommander ...

C'est un ouvrage très salutaire et courageux que publie Sylvie Goulard. L'Eurodéputée centriste élue pour la première fois au Parlement européen en 2009 entend démontrer les limites de la méthode actuelle marquée par la reprise en main des Chefs d'Etat et de gouvernement sur l'Europe dans un essai très convainquant et revigorant qui relève même pour elle "d'une question de conscience", écrit-elle.
Au travers d'une mise en perspective vécue de la mécanique institutionnelle, Sylvie Goulard qui avait publié un ouvrage sur La démocratie en Europe avec l'ancien Commissaire européen et ancien président du Conseil des ministres italien Mario Monti en 2012, appelle à changer d'échelle. Pour elle, l'Europe des Etats est incontestablement un échec.
 
"Le traité de Maastricht laissait aux Etats la responsabilité des politiques économiques et sociales. Or qu'ont fait les gouvernements nationaux ? Dans plusieurs pays, dont la France, ils ont laissé filer la dépense publique et reporté les réformes indispensables au mépris de l'intérêt national comme des engagements envers les partenaires. Si la dette publique est élevée, si l'école, la formation professionnelle ou les entreprises nationales ne sont pas assez performantes, nous devons nous en prendre à nous-mêmes (...).  Loin de se sentir en charge de l'euro, les ministres des finances ont manqué à leur devoir de contrôle mutuel. Ils ont admis de nouveaux membres à la légère. La falsification des comptes publics grecs ne les a pas troublés...
En Irlande et en Espagne, ils n'ont pas vu venir des bulles immobilières..."
 
Pour l'eurodéputée, il est indispensable de sortir de "l'impuissance de l'entre-deux". Elle appelle les élites à céder une part de leurs prérogatives au nom de l'intérêt général. Le changement d'échelle est nécessaire "si l'on veut éviter que les pays d'Europe soient à brève échéance menacés d'insignifiance".
 
Sylvie Goulard pointe aussi la schizophrénie des politiques. En France, on peut dans la même semaine prôner un gouvernement économique européen et en même temps considérer les recommandations de la Commission européenne comme un diktat.
 
D'où le titre de l'ouvrage :"Ils   -les chefs d'Etat et de gouvernement- vantent l'amour en faisant chambre à part".
 
A l'approche des européennes, l'eurodéputée s'en prend aussi à la légèreté avec laquelle on envisage le Parlement européen parfois considéré selon elle "comme la poubelle de la vie politique nationale". Certains députés européens (rappelons qu'en France ce sont les partis politiques qui choisissent les candidats) n'ont pas d'appétences particulières pour les questions européennes et siègent (quand ils sont là) en attente d'un autre mandat. Ces personnalités heureusement minoritaires non seulement n'ont au final aucune influence au Parlement européen (elles ne se voient pas confier des fonctions de président de Commission par exemple) mais en plus jettent l'opprobre sur tous les autres qui s'investissent réellement (la France compte 74 députés européens). Il est de bon ton ensuite de se plaindre de l'hégémonie de l'Allemagne en Europe. A bon entendeur...
 
Pour Sylvie Goulard, il faut absolument changer de vision et voir que l'intérêt commun est dans la mise en place d'institutions légitimes et efficaces à qui l'on donne les moyens d'agir.
 
Ce livre à recommander est écrit dans un langage vif et clair. 
 
 
Florilège:
 
"Les Français croient élire le dirigeant tout-puissant que la Cinquième République a institué. Peu après, ils découvrent qu'il occupe un fauteuil sur 17 au Conseil européen de la zone euro, un sur vingt-huit au Conseil européen. Le peuple est abusé non parce que l'Europe existe mais parce que les responsables nationaux continuent de se comporter comme si elle n'existait pas.
 
"Une chose est de parader devant un public national, une autre d'avoir de l'influence à l'étranger"
 
"J'aimerais voir plus souvent les matamores nationalistes à la city de Londres ou en Asie toucher du doigt les contraintes d'un monde où aucun Etat n'est plus tout à fait maître chez lui. Car les souverainistes n'apportent aucune solution à une époque où la mobilité et la technologie bouleversent la notion de territoire national".
 
"Les  médias, les citoyens devraient se demander qui est le plus patriote de celui qui défend une image de la France qui ne correspond plus à la réalité ou celui qui essaie de prolonger l'action nationale dans un cadre à la mesure de notre temps".

 

Estelle POIDEVIN
Titre du livre : Europe, amour ou chambre à part
Auteur : Sylvie Goulard
Éditeur : Flammarion
Collection : Café Voltaire
Date de publication : 30/10/13
Commenter Envoyer à un ami imprimer Charte déontologique / Disclaimer digg delicious Creative Commons Licence Logo

Aucun commentaire

Déposez un commentaire

Pour déposer un commentaire : Cliquez ici