Chroniques

Actuel Moyen Age : le présent au prisme du passé

Le JT de Socrate : regards philosophiques sur l'actualité

Chroniques scolaires : l'éducation au crible des sciences sociales

L'Age de nos adages : actualité de la sagesse ancestrale

Inde-Pakistan : l'inquiétant regain des tensions

TOUTES NOS CHRONIQUES

Grands entretiens

Aurélien Bellanger, sur Le grand Paris

Massimo Recalcati, sur Mélancolie et création chez Vincent Van Gogh

David Djaïz, sur La guerre civile n'aura pas lieu

Johann Chapoutot, sur La révolution culturelle nazie (1/2)

Johann Chapoutot, sur La révolution culturelle nazie (2/2)

Nicolas Truong, sur Interview

Jean-Yves Leloup, sur l'émergence des musiques électroniques

Juliette Sibon, sur Chasser les juifs pour régner

Julie Brochen, sur Molly S

Daria Deflorian, Antonio Tagliarini, sur Ce ne andiamo... et Il Cielo...

Carole Thibaut, sur Monkey Money

Vito Mancuso, La doctrine chrétienne ne peut survivre que si elle évolue

Laurent Bazin, Mohamed Bridji, L'identité nationale est une arme de guerre

Amir Reza Koohestani, sur Hearing

Nathalie Quintane, sur Que faire des classes moyennes?

Patrick Weil, sur Le sens de la République (2/2)

Patrick Weil, sur Le sens de la République (1/2)

Xavier Lemaire, Isabelle Andréani, sur le Cycle Xavier Lemaire

Rémi Lefebvre, Les primaires contre la démocratie ?

Nicolas Lebourg, Stéphane François, Histoire de la haine identitaire

Benoît Chantre, Les derniers jours de René Girard

Davide Luglio, Le style de la pensée italienne

Constance Gard, Psychotiques, bipolaires : médicaments ou suppléance ?

Pierre-Yves Gomez, Intelligence du travail

Eloi Laurent, Nos (nouvelles) mythologies économiques

François Dubet, Ce qui nous unit

Jill Stein, L'impossible "troisième homme"

Joël Pommerat, sur Ca ira (Fin de Louis)

Pierre-Henri Castel, Le cas Paramord

Laurent Fréchuret, sur Une trop bruyante solitude

Siddiq Wahid, Les tensions du Cachemire

Jean Vigreux, Le front populaire, l'échapée belle

Denis Clerc, Cessons de punir les pauvres

Dominique Mazéas et Anne-Sylvie Pelloux, La prise en charge de l'autisme

Lyiang Kim, Resident Forever

Romain Lajarge, Le pari grenoblois

TOUS NOS ENTRETIENS

Dossiers

La France à l'heure de l'Italie : philosophie, histoire, lettres

L'agrégation 2017, avec nonfiction.fr

Les printemps arabes : cinq ans après

Le travail en débat : au-delà de la loi El Khomri

Polyphonies syriennes : écrivains, intellectuels et artistes résistent

Djihadisme à la française : comprendre la radicalisation

TOUS NOS DOSSIERS

Atelier n°5 : les revues numériques (pure-players)
[lundi 03 juin 2013 - 23:00]

Les revues ayant démarré sur internet et/ou œuvrant uniquement sur le web appelées pure players ont-elles damné le pion aux revues papier ? C’est à cette question et à d’autres qu’ont essayé de répondre les invités de ce cinquième atelier, des contributeurs de revues numériques .

Le choix de l’électronique

Même si les invités restent catégoriques et affirment qu’une revue numérique n’est en rien un blog – elle a pour but d’établir une pensée scientifique - ils soulignent que leur revue n’aurait pu être papier. Les raisons financières sont évidentes : une revue numérique coûte 50 euros par an, Strabic était une revue constituée de thésards, Secousses affirme avoir 8000 visiteurs par an alors que la revue papier n’avait que 100 abonnés. Parislike étant une revue bilingue, le format papier aurait été bien plus cher.

Le lecteur internaute

A également été évoqué dans cet atelier la question de la frilosité du milieu littéraire vis-à-vis d’internet, et notamment du format numérique, qui peut s’oppose au papier. T. Zuppinger a reconnu que la transition électronique pour les amateurs de philosophie était difficile. La crédibilité d’une revue ne se fonde plus sur les mêmes critères : si les internautes sont attachés au contenu, la mise en page, le comité éditorial comptent. Le numérique permet d’étendre l’audience de la revue, de multiplier les types de format : sonore, visuel. La revue numérique doit aussi réfléchir à sa périodicité : faut-il faire le choix d’un renouvellement régulier, préférer le pdf qui permet de ne pas dénaturer le propos poétique (Secousses) ?

Commenter ou ne pas commenter, that is the question

La question des commentaires des internautes a également son importance : alors qu’un auditeur s’étonnait de la réticence des revues à créer une section "commentaires", d’autres ont affirmé le caractère arbitraire et ‘anti participatif’ inhérent à toute revue alors qu’une autre personne du public a reproché au débat de devenir "idéologique". La culture européenne serait-elle réfractaire à une certaine culture populaire ? Des invités ont affirmé qu’ils craignaient de ne pas avoir de commentaires ou que ceux-ci soient... inintéressants. Il a été conclu que la toile empêchait aux auteurs d’avoir une totale visibilité sur la réception de leur article, tout internaute pouvant diffuser sur sa page Facebook un article.

"Aucune noblesse à travailler gratuitement"

Les auteurs des revues présentes sont tous bénévoles. Le coût d’une revue numérique est bas, certes, mais "il n’y aucune noblesse à travailler gratuitement" a affirmé A. Mercuri. Ne pas être rémunéré, ou n’avoir pas de financements, peut empêcher de payer un informaticien, d’embaucher un stagiaire, d’avoir des locaux, de travailler plus sur la visibilité de la revue - surtout si l’on souhaite être indépendant. La question financière se porte moins sur l’entretien de la revue qui demande peu de moyens que sur le projet de celle-ci. Mais l’obligation de la gratuité s’impose si l’on veut toucher plus de public. Une complexe équation que les revues numériques n'ont, à ce jour, pas réussi à résoudre.

 

* Lire aussi sur nonfiction.fr : 
- Les comptes-rendus des autres ateliers de la journée d'étude sur les revues, "Revues en stock", organisée au CNL
- Le compte-rendu de cette journée par Livres Hebdo

 

Sarah Lilia BAUDRY

Aucun commentaire

Déposez un commentaire

Pour déposer un commentaire : Cliquez ici