Chroniques

Débats publics : les grandes questions politiques en 2017

Actuel Moyen Age : le présent au prisme du passé

Le JT de Socrate : regards philosophiques sur l'actualité

Intimités : la politique et le corps

Chroniques scolaires : l'éducation au crible des sciences sociales

Regards sur l'Inde : la gauche au pays des inégalités

TOUTES NOS CHRONIQUES

Dossiers

La France à l'heure de l'Italie : philosophie, histoire, lettres

L'agrégation 2017, avec nonfiction.fr

Les printemps arabes : cinq ans après

Le travail en débat : au-delà de la loi El Khomri

Polyphonies syriennes : écrivains, intellectuels et artistes résistent

Djihadisme à la française : comprendre la radicalisation

TOUS NOS DOSSIERS

Bibliothèques Odéon

ENTRETIEN – Pratique de l’histoire et réflexivité – avec Gérard Noiriel
[jeudi 15 novembre 2012 - 13:00]

Tout étudiant en histoire – comme nombre d’apprentis sociologues – a un jour tenu entre ses mains l’un de ses livres. Spécialiste de l’histoire des ouvriers, de l’immigration et des techniques d’identification par l’Etat à l’époque contemporaine, Gérard Noiriel n’est pourtant pas un intellectuel consensuel : en témoignent ses diverses prises de position sur la pratique de l’histoire et ses usages dans l’espace public, développées dans plusieurs essais sur l’historiographie dans son rapport aux sciences humaines et à la philosophie.

Peut-être le plus actif des formalisateurs de la démarche socio-historique qu’il promeut au sein de l’IRIS (EHESS), les curieux de l’histoire auront également pu le croiser sur de  nombreuses scènes de France prendre part au spectacle Chocolat, expérience originale de théâtre historien relatant la micro-histoire du premier clown noir, "battu et content",  aussi célèbre que tôt oublié. De cette expérience, dont il tira la matière d’un essai sur les enjeux politiques de l’histoire du théâtre , est également issu son dernier et très remarqué ouvrage, Chocolat, clown nègre .

Dans cet entretien pour nonfiction.fr, Gérard Noriel revient sur divers enjeux du rapport de l’histoire à la philosophie, de la méthode socio-historique et de la communication du savoir ; autant de questions qui traversent de part en part l’œuvre d’un historien résolument tourné vers la pratique – et la réflexivité.

 

SOMMAIRE

1.    Des usages historiens de la philosophie (1/3)

2.    Le jeu de la socio-histoire (2/3)

3.    Le profane et le scientifique (3/3)

 

 

* A lire aussi sur nonfiction.fr :

- "Histoire: epistémologie" : deuxième série de "L'histoire maintenant - les grands entretiens pour l'histoire".

- "L’histoire publique : l’enjeu de la mémoire" : première série de "L'histoire maintenant - les grands entretiens pour l'histoire".

 

Pierre-Henri ORTIZ
Commenter Envoyer à un ami imprimer Charte déontologique / Disclaimer digg delicious Creative Commons Licence Logo

Aucun commentaire

Déposez un commentaire

Pour déposer un commentaire : Cliquez ici