La phrase

L'univers de mes livres s'est forgé à partir d'une réflexion sur l'apocalypse traversée par les humains durant le XXe siècle, dont ils ne se sont pas sortis et dont je crois à présent qu'ils ne se sortiront jamais. L'échec de la révolution, les génocides, la Shoah, les guerres permanentes, le péril nucléaire, les camps, sont une donnée fondamentale de l'histoire contemporaine. Les écrivains post-exotiques mettent en scène des personnages qui vivent à l'intérieur de la catastrophe et n'ont aucune raison d'imaginer qu'un extérieur existe.

Antoine Volodine, prix Médicis 2014, Entretien au Magazine littéraire, septembre 2010

C N L

CNL
ENTRETIEN – Pratique de l’histoire et réflexivité – avec Gérard Noiriel
[jeudi 15 novembre 2012 - 13:00]

Tout étudiant en histoire – comme nombre d’apprentis sociologues – a un jour tenu entre ses mains l’un de ses livres. Spécialiste de l’histoire des ouvriers, de l’immigration et des techniques d’identification par l’Etat à l’époque contemporaine, Gérard Noiriel n’est pourtant pas un intellectuel consensuel : en témoignent ses diverses prises de position sur la pratique de l’histoire et ses usages dans l’espace public, développées dans plusieurs essais sur l’historiographie dans son rapport aux sciences humaines et à la philosophie.

Peut-être le plus actif des formalisateurs de la démarche socio-historique qu’il promeut au sein de l’IRIS (EHESS), les curieux de l’histoire auront également pu le croiser sur de  nombreuses scènes de France prendre part au spectacle Chocolat, expérience originale de théâtre historien relatant la micro-histoire du premier clown noir, "battu et content",  aussi célèbre que tôt oublié. De cette expérience, dont il tira la matière d’un essai sur les enjeux politiques de l’histoire du théâtre , est également issu son dernier et très remarqué ouvrage, Chocolat, clown nègre .

Dans cet entretien pour nonfiction.fr, Gérard Noriel revient sur divers enjeux du rapport de l’histoire à la philosophie, de la méthode socio-historique et de la communication du savoir ; autant de questions qui traversent de part en part l’œuvre d’un historien résolument tourné vers la pratique – et la réflexivité.

 

SOMMAIRE

1.    Des usages historiens de la philosophie (1/3)

2.    Le jeu de la socio-histoire (2/3)

3.    Le profane et le scientifique (3/3)

 

 

* A lire aussi sur nonfiction.fr :

- "Histoire: epistémologie" : deuxième série de "L'histoire maintenant - les grands entretiens pour l'histoire".

- "L’histoire publique : l’enjeu de la mémoire" : première série de "L'histoire maintenant - les grands entretiens pour l'histoire".

 

Pierre-Henri ORTIZ
Commenter Envoyer à un ami imprimer Charte déontologique / Disclaimer digg delicious Creative Commons Licence Logo

Aucun commentaire

Déposez un commentaire

Pour déposer un commentaire : Cliquez ici