Chroniques

Actuel Moyen Age : le présent au prisme du passé

Le JT de Socrate : regards philosophiques sur l'actualité

Chroniques scolaires : l'éducation au crible des sciences sociales

L'Age de nos adages : actualité de la sagesse ancestrale

Inde-Pakistan : l'inquiétant regain des tensions

TOUTES NOS CHRONIQUES

Grands entretiens

Aurélien Bellanger, sur Le grand Paris

Massimo Recalcati, sur Mélancolie et création chez Vincent Van Gogh

David Djaïz, sur La guerre civile n'aura pas lieu

Johann Chapoutot, sur La révolution culturelle nazie (1/2)

Johann Chapoutot, sur La révolution culturelle nazie (2/2)

Nicolas Truong, sur Interview

Jean-Yves Leloup, sur l'émergence des musiques électroniques

Juliette Sibon, sur Chasser les juifs pour régner

Julie Brochen, sur Molly S

Daria Deflorian, Antonio Tagliarini, sur Ce ne andiamo... et Il Cielo...

Carole Thibaut, sur Monkey Money

Vito Mancuso, La doctrine chrétienne ne peut survivre que si elle évolue

Laurent Bazin, Mohamed Bridji, L'identité nationale est une arme de guerre

Amir Reza Koohestani, sur Hearing

Nathalie Quintane, sur Que faire des classes moyennes?

Patrick Weil, sur Le sens de la République (2/2)

Patrick Weil, sur Le sens de la République (1/2)

Xavier Lemaire, Isabelle Andréani, sur le Cycle Xavier Lemaire

Rémi Lefebvre, Les primaires contre la démocratie ?

Nicolas Lebourg, Stéphane François, Histoire de la haine identitaire

Benoît Chantre, Les derniers jours de René Girard

Davide Luglio, Le style de la pensée italienne

Constance Gard, Psychotiques, bipolaires : médicaments ou suppléance ?

Pierre-Yves Gomez, Intelligence du travail

Eloi Laurent, Nos (nouvelles) mythologies économiques

François Dubet, Ce qui nous unit

Jill Stein, L'impossible "troisième homme"

Joël Pommerat, sur Ca ira (Fin de Louis)

Pierre-Henri Castel, Le cas Paramord

Laurent Fréchuret, sur Une trop bruyante solitude

Siddiq Wahid, Les tensions du Cachemire

Jean Vigreux, Le front populaire, l'échapée belle

Denis Clerc, Cessons de punir les pauvres

Dominique Mazéas et Anne-Sylvie Pelloux, La prise en charge de l'autisme

Lyiang Kim, Resident Forever

Romain Lajarge, Le pari grenoblois

TOUS NOS ENTRETIENS

Dossiers

La France à l'heure de l'Italie : philosophie, histoire, lettres

L'agrégation 2017, avec nonfiction.fr

Les printemps arabes : cinq ans après

Le travail en débat : au-delà de la loi El Khomri

Polyphonies syriennes : écrivains, intellectuels et artistes résistent

Djihadisme à la française : comprendre la radicalisation

TOUS NOS DOSSIERS

Philosophie de la procrastination
[jeudi 04 octobre 2012 - 09:00]
Philosophie
Couverture ouvrage
La procrastination : l'art de reporter au lendemain
Éditeur : Autrement
136 pages
Résumé : Un petit ouvrage humoristique et déculpabilisant pour tous ceux qui ont l’habitude d’atermoyer !

Remettre au lendemain ce qu’on aurait pu faire le jour-même, voilà sans doute une des expériences les plus universellement partagées. Cela fait-il de tous les retardataires des procrastinateurs invétérés ? Pas si sûr, répond le philosophe John Perry, qui dresse un portrait détaillé et humoristique de ce qu’il appelle "la procrastination structurée".

La procrastination structurée consiste non pas à ne rien faire, mais à remplir son temps de tâches marginales permettant de se soustraire à une tâche plus importante, et plus effrayante. Le procrastinateur structuré peut donc être un hyperactif multipliant les activités, parfois très productives, tant qu’il a l’impression de ne pas s’atteler à la tâche la plus importante ou la plus urgente. "La procrastination structurée requiert une bonne dose de mauvaise foi, puisqu’elle repose sur une constante arnaque pyramidale contre soi-même. Il s’agit d’éviter des tâches à l’importance exagérée et aux délais irréalistes, en se persuadant qu’elles sont véritablement décisives et urgentes. Facile, dans la mesure où presque tous les procrastinateurs ont un talent particulier pour se mentir à eux-mêmes. Et quoi de plus noble qu’exploiter un défaut de caractère pour contrecarrer les conséquences fâcheuses d’un autre ?" . Le procrastinateur aurait donc tort de chercher à limiter artificiellement ses tâches dans l’espoir de s’acquitter mieux ou rapidement des plus importantes, il finirait par ne rien faire du tout.

D’accord, dira le lecteur, mais quid de la tâche la plus importante ? Si elle est véritablement importante, le procrastinateur ne pourra pas l’ignorer indéfiniment. Certes non, mais d’une part l’ "arnaque pyramidale" permettra peut-être de la remplacer par une tâche encore plus importante, et donc de rendre la première faisable, d’autre part, quand le délai ultime s’approche dangereusement, le procrastinateur finit par prendre peur. "Les fantasmes de perfection font place aux fantasmes d’échec, et c’est ainsi que je me mets enfin au travail."  D’après John Perry, le procrastinateur est en effet un perfectionniste qui s’ignore, pour la bonne raison qu’il n’a (encore) jamais rien accompli de parfait.

Si vous vous reconnaissez dans cette description du procrastinateur structuré perfectionniste, peut-être certains des conseils distillés dans l’ouvrage pourront vous être utiles, du "triage des urgences" inspiré de la médecine urgentiste à l’incontournable to-do list, en passant par le choix d’une musique matinale énergisante. Aussi triviales que ces stratégies puissent paraître, John Perry établit un parallèle entre elles et les spiritualités orientales, du Tao-te-King chinois nous enjoignant d’ "accomplir de grandes œuvres par une série de petits actes", au kaizen japonais enseignant qu’un petit pas peut changer notre vie.

L’ouvrage de John Perry n’a cependant pas l’ambition de réformer les procrastinateurs structurés, sinon de les réconcilier avec eux-mêmes en leur montrant les éventuels avantages de ce type de fonctionnement. Si les réactions de l’entourage, professionnel et privé, du procrastinateur sont parfois évoquées, le lecteur regrettera sans doute qu’il n’en soit pas fait plus cas. John Perry doit en savoir quelque chose cependant, lui qui dédie le livre à sa femme "pour sa patience (parfois)". Que le procrastinateur s’aime, c’est bien, que son entourage le supporte, c’est autre chose.

 

Fanny VERRAX
Titre du livre : La procrastination : l'art de reporter au lendemain
Auteur : John Perry
Éditeur : Autrement
Titre original : The Art of Procrastination: A Guide to Effective Dawdling, Lollygagging and Postponing
Nom du traducteur : Myriam Dennehy
Collection : Les Grands Mots
Date de publication : 08/09/12
N° ISBN : 2746733412
Commenter Envoyer à un ami imprimer Charte déontologique / Disclaimer digg delicious Creative Commons Licence Logo

1 commentaire

Avatar

JacquesBolo

06/10/12 10:46
A lire d'urgence.

Je m'y mets dès demain.

Déposez un commentaire

Pour déposer un commentaire : Cliquez ici