Chroniques

Actuel Moyen Age : le présent au prisme du passé

Le JT de Socrate : regards philosophiques sur l'actualité

Nation ? La fabrique du lien social

Chroniques scolaires : l'éducation au crible des sciences sociales

Regards sur le Pakistan : militance et terrorisme

TOUTES NOS CHRONIQUES

Dossiers

L'agrégation 2017, avec nonfiction.fr

Les printemps arabes : cinq ans après

Le travail en débat : au-delà de la loi El Khomri

Polyphonies syriennes : écrivains, intellectuels et artistes résistent

Djihadisme à la française : comprendre la radicalisation

TOUS NOS DOSSIERS

Bibliothèques Odéon

La vie et "l'oeuvre" d'un négationniste
[jeudi 27 septembre 2012 - 08:20]
Histoire
Couverture ouvrage
Robert Faurisson : portrait d'un négationniste
Éditeur : Denoël
450 pages / 26,13 € sur
Résumé : Un livre sur les "assassins de la mémoire" d’autant plus important qu’à l’heure du numérique les écrits les plus dangereux pullulent.

* Cet article est accompagné d'un droit de réponse (voir disclaimer et note de bas de page).

 

Après avoir publié il y a une dizaine d’années une Histoire du négationnisme en France, Valérie Igounet s’est intéressée de plus près au négationniste sans doute le plus connu de l'Hexagone : Robert Faurisson  . De façon très pédagogique, elle explique dans l’introduction que le terme "négationniste" a été introduit en 1987 par Henry Rousso pour qualifier ceux qui nient les faits attestant de la réalité des génocides, et en particulier du génocide juif (souvent dénommé "Shoah" malgré les restrictions d’usage qui devraient s’imposer). Les négationnistes se nomment eux-mêmes "révisionnistes", dans l’idée qu’il est bon d’exercer un regard critique sur l’historiographie et de "revoir" certains chapitres.

L’intérêt de ce livre réside dans la diversité de ses sources, qu’il s’agisse des écrits négationnistes, d’archives privées, d’archives publiques (départementales et nationales), mais aussi de très nombreux entretiens, malheureusement non-listés et seulement indiqués au cas par cas dans les notes. Ces sources permettent à Valérie Igounet de replacer M. Faurisson dans les cinq âges qu’elle définit pour le négationnisme :
• Le premier âge, de 1948 à 1967, marqué par les écrits fondateurs et leur réception, notamment par M. Faurisson,
• Le deuxième âge qui débute avec la Guerre des Six jours et se caractérise par une orientation à la fois antisémite et anticommuniste du négationnisme,
• Le troisième âge, à partir de 1978, qui offre un rôle de premier plan à Robert Faurisson, notamment grâce à ses procès,
• Le quatrième âge, dès le milieu des années 1980, marqué par le développement de liens avec ce que l’auteure qualifie d’extrême gauche 
• Et  le cinquième âge, débutant avec le XXIème siècle, consacrant l’essor du négationnisme iranien.

Au bout des 400 pages de texte, ayant passé en revue des chapitres importants de l’histoire de la France d’après-guerre à travers le prisme de la vie d’un homme, le lecteur aura pu saisir comment est né le mensonge sur le fonctionnement des chambres à gaz (véritable spécialité de M. Faurisson), en quoi cette obsession est particulièrement dangereuse pour la société et surtout comment, aux différentes époques et selon les contextes, ce venin a pu être distillé à grande échelle.

Par souci sans doute de simplicité mais aussi d’efficacité, la biographie est présentée chronologiquement en cinq chapitres de la vie de M. Faurisson, l’extrémiste (1929-1968), le provocateur (1968-1978), le propagandiste (1978-1985), le manipulateur (1985-2000) et l’heure de gloire (2000-2011), sachant qu’un point d’interrogation posé à la fin de ce dernier titre amène à plus de prudence et peut-être à un peu d’optimisme. Dans une introduction très claire, l’auteure aborde en outre une question de déontologie importante : doit-on chercher à discuter avec les négationnistes même si cela risque de leur offrir une tribune et, en l’occurrence, devait-elle s’entretenir avec l’homme dont elle écrit la biographie ? Elle a choisi de le rencontrer et raconte en détail, de façon passionnante, les modalités de l’entretien de 1996.

Pour le lecteur qui souhaitera simplement consulter ce livre, appelé à devenir un ouvrage de référence, un index conséquent permet de s’informer sur la plupart des personnages de la sphère négationniste. Avant de revenir sur les points cardinaux de cette sphère, il peut être opportun de préciser d’une part pourquoi M. Faurisson mérite de faire l’objet d’une biographie, et, d’autre part, quelles ont été ses influences et les complicités dont il a pu bénéficier.


Un homme singulier

Sur le plan professionnel, Robert Faurisson est d’abord un littéraire : il rédige en 1951 une maîtrise sur "la psychologie dans les romans de Marivaux"  , et débute aussitôt sa carrière d’enseignant, d’abord comme maître auxiliaire de français et de latin en région parisienne avant de passer deux années dans le Puy-de-Dôme et en Charente-Maritime. Une fois agrégé, c’est à Vichy, à partir de 1957, qu’il démarre vraiment sa carrière, appréciant de se retrouver dans la ville dont sa femme est originaire  . Valérie Igounet a obtenu de nombreux témoignages d’anciens élèves de cette période (presque trop), et c’est le qualificatif "bizarre" qui revient le plus souvent dans la bouche des témoins pour qualifier cet enseignant. Il est décrit comme étant élitiste, cassant pour les uns et présentant des qualités pédagogiques indéniables pour les autres. Certains élèves s’étonnent, déjà, de ses critiques sur  la véracité du journal d’Anne Frank.

Parallèlement à son enseignement, Robert Faurisson poursuit ses études et obtient en 1972 un doctorat d’Etat intitulé " la bouffonnerie de Lautréamont ". La soutenance, d’une durée exceptionnelle de 6h, lui permet de se faire remarquer. Il organise un véritable spectacle de rhétorique et dès lors, on note chez lui une réelle propension à se mettre en scène. Après les planches de l’amphithéâtre de la Sorbonne, c’est dans les prétoires que l’homme trouve des scènes appropriées. Extrêmement procédurier,  il cherche toujours à obtenir des droits de réponse dans les journaux et multiplie les dépôts de plainte quand ce n’est pas lui qui en fait l’objet. Ainsi, alors qu’il est devenu maître de conférences à l’université Lyon II (nommé par le ministère contre les préférences exprimées par l’université dans le classement des candidatures  ), il attaque son université car en 1974 il n’est pas promu comme il l’espérait au rang de professeur. La procédure ira jusqu’au conseil d’Etat en 1977   et dans cette période, M. Faurisson se fait connaître pour ses positions relatives à la nature des chambres à gaz dans les camps de concentration ou d’extermination. Ainsi, lors de ses nombreux entretiens avec le président de l’université Lyon II, Maurice Bernadet, M. Faurisson apporte régulièrement des écrits niant l’existence ou le fonctionnement des chambres à gaz. En janvier 1976, il lui adresse une note de deux pages intitulée " Bibliographie sur le ‘problème des chambres à gaz’ : ont-elles oui ou non, vraiment existé ?"  

En même temps, M. Faurisson est difficile à cerner sur le plan politique. Il s’affiche avec des personnes de l’extrême droite mais dans ses échanges avec l’administration, il mentionne toujours l’ancienneté de son adhésion au syndicat marqué à gauche (le SNES dans le secondaire puis le SNESup). Ses écrits se veulent des interprétations révolutionnaires de différents auteurs notamment Rimbaud, Gérard de Nerval ou Lautréamont, et il ne cache pas son admiration pour Céline. Il développe une méthode qu’il qualifie lui-même de méthode "au ras des pâquerettes", reposant sur une décontextualisation des œuvres, une attitude hypercritique mais aussi des occultations  . C’est selon cette démarche, par un transfert de méthode  , qu’il entend aborder une période bien particulière de l’Histoire : les exterminations dans les chambres à gaz nazies.

Arguant du fait qu’après-guerre, des chambres à gaz avaient été reconstruites à Auschwitz avec quelques inexactitudes  , il entreprend de rassembler une large documentation. Il connaît à deux reprises un succès international, d’abord auprès des négationnistes étasuniens de l’Institute for Historical Review, à la fin des années 1970 – institut qu’un Noam Chomsky ne dédaignera pas honorer d’une conférence en 1985   – puis, dans les années 2000, en servant le négationnisme d’Etat en Iran et plus généralement dans le monde arabe, de façon plus ou moins diffuse.

Des influences et des complicités

Bien entendu, là encore, on ne naît pas négationniste, on le devient, et en l’occurrence, M. Faurisson a été influencé de manière décisive par les écrits de Maurice Bardèche (1907-1998) – ouvertement fasciste – qui publie en 1948 Nuremberg ou la Terre promise, ainsi que par ceux de Paul Rassinier (1906-1967) qui se fait connaître avec Passage de la ligne ou l’Expérience vécue, suivi de son livre le plus cité, Le mensonge d’Ulysse, en 1950. Le jeune  Robert Faurisson achète le livre de l’admirateur de l’Allemagne nazie dès sa sortie au marché noir (il était interdit de vente), et vouera ensuite une grande admiration à l’autre auteur, Paul Rassinier, ce qui l’amènera à lui écrire en 1964 (le décès prématuré de ce " maître à penser "   limitera les échanges). Le lecteur ne sera pas surpris de lire qu’en outre, parmi ses écrivains de prédilection, Céline joue un rôle particulier. "Le négationniste s'est nourri de Céline", écrit l’auteure  .

Dans son dossier de candidature pour le poste de maître de conférences en littérature du XXème siècle à Lyon (1973), Robert Faurisson annonce vouloir travailler sur l’auteur des célèbres pamphlets antisémites et précise en outre qu’il mènera une enquête sur "la ‘Résistance’ et ‘l’Epuration’ dans quelques communes du Confolentais [en Charente]"  . Plus tard, dans tous ses dossiers de demande d’avancement, il rappellera les titres de ses cours, notamment en maîtrise, "Le Journal d’Anne Frank est-il authentique ?". Valérie Igounet est formelle : "A partir de 1976, l’université connaît clairement les thèmes des travaux du négationniste"  . Comment le directeur de l’UFR et le président de l’Université ont-ils pu tolérer de tels titres de cours ?

Encore en 1978, lors d'un colloque intitulé  Eglises et Chrétiens de France dans la Seconde guerre mondiale, où Robert Faurisson n’est qu’une personne parmi d’autres dans le public, on le laisse utiliser un enregistrement sur "l’inexistence des chambres à gaz" qu’il diffuse par haut-parleur dans la salle  . L’affaire est couverte par le président de l'université Lyon II et après quelques vagues hésitations, aucun conseil de discipline n’est réuni  . La même année, ce sont deux quotidiens, Le Matin de Paris puis Le Monde, qui lui offrent une tribune, puis une radio, Europe 1, deux ans plus tard. Ses cours à Lyon font l’objet de manifestations et, rapidement, par souci d’apaisement, l’université prie l’enseignant-chercheur de ne plus assurer ses cours. Pendant 17 ans, soit jusqu’à sa retraite en 1995, M. Faurisson perçoit son traitement, il est payé par la République, alors qu’il est dégagé de toute obligation !  

A côté de ces complicités que l’on pourrait qualifier de "structurelles", dues au statut des enseignants-chercheurs et au peu de courage d’un président d’université ou d’un secrétaire d’Etat aux universités, le négationniste a aussi bénéficié de complicités au sein d’un large réseau que le livre de Valérie Igounet permet de mieux comprendre.

Dans la famille "Néga" je voudrais…

L’éditeur : c’est incontestablement Pierre Guillaume, dont le nom restera associé à sa librairie et sa maison d’édition, "La Vieille Taupe". Robert Faurisson publiera ainsi en 1980, avec Serge Thion (chercheur au CNRS jusqu’en l’an 2000 !), un livre de référence pour les négationnistes, Vérité historique ou vérité politique ? Le dossier de l'affaire Faurisson. La question des chambres à gaz, livre paru "avec la participation et sous la responsabilité" de plusieurs personnes dont Jean-Gabriel Cohn-Bendit (le frère de Daniel) et Gábor Tamás Rittersporn .

Le repenti : Jean-Claude Pressac sert d’abord les thèses de Robert Faurisson, copiant et analysant pour lui de très nombreux dossiers au musée d’Auschwitz… avant de se rendre compte que ces thèses ne tiennent pas. Il rompt avec le négationnisme en 1981 et se rapproche alors de Pierre Vidal-Naquet et Serge Klarsfeld, publiant une histoire technique des chambres à gaz censée répondre de façon définitive aux élucubrations négationnistes  .

Le suiveur : Henri Roques contacte Robert Faurisson suite aux articles parus dans Le Monde en 1979. Déjà retraité, il soutient à l’âge de 65 ans, en 1985, une thèse négationniste avec un jury complaisant, à l’université de Nantes.

Le fils spirituel : bien plus jeune qu’Henri Roques, Jean Plantin, né en 1966, reprend le flambeau du négationnisme à Lyon, à la fin des années 1990. Il bénéficie de la grande légèreté avec laquelle les mémoires de maîtrise et de DEA sont dirigés et soutient en 1990 un mémoire de maîtrise sur Rassinier  , puis l’année suivante un DEA sur "Les épidémies de typhus exanthématique dans les camps de concentration nazis", thème très faurissonien accréditant l’idée selon laquelle si des Juifs sont morts, ce n’est qu’à cause du typhus.

Le martyr : c’est un autre jeune homme qui suit Robert Faurisson, Vincent Reynouard. Ouvertement nazi (Valérie Igounet rapporte ces propos de M. Reynouard, "vous me traitez de néo-nazi. Moi je dis pourquoi néo ?"   ).

La sœur : Yvonne Schleiter est la sœur de Robert Faurisson. Personne en apparence effacée, elle gère un carnet d'adresse bien rempli et sert de véritable relais aux principaux négationnistes.

Le pivot : Ahmed Rami, né en 1946, est un ancien militaire marocain bénéficiant du statut de réfugié en Suède. C’est lui qui introduit Robert Faurisson dans ce pays et lui donne, de là, un accès au monde arabo-islamique  .

Le challenger : Roger Garaudy (1913-2012) est sans doute aussi connu que Robert Faurisson, notamment suite au soutien que lui a apporté l’abbé Pierre. Dans les années 1990, c’est lui qui porte l’étendard négationniste, ce qui déplaît à M. Faurisson  .

L'ouvreur : Paul-Eric Blanrue, né en 1967, est passé de la critique des pseudo-sciences à la critique de l’existence des chambres à gaz. C’est lui qui introduit Robert Faurisson auprès de Dieudonné M’bala M’bala.

Le "comique" : c’est bien ce dernier, qui offre une tribune inespérée à Robert Faurisson, au Zénith de Paris, le 26 décembre 2008  . Les deux hommes sont depuis très liés et participent avec quelques autres au soutien du négationnisme d’Etat caractérisant le régime iranien.

Au milieu de tous ces personnages, Robert Faurisson serait sans doute l’équivalent du valet de pique, pour rester dans la métaphore du jeu de cartes. La biographie de Valérie Igounet permet de saisir les orientations actuelles du négationnisme et devrait devenir un ouvrage de référence dans la lutte contre ceux que Pierre Vidal-Naquet appelait "les assassins de la mémoire". 

 

 

Jérôme SEGAL
Titre du livre : Robert Faurisson : portrait d'un négationniste
Auteur : Valérie Igounet
Éditeur : Denoël
Collection : Médiations
Date de publication : 15/03/12
N° ISBN : 978-2-207-25998-6
Commenter Envoyer à un ami imprimer Charte déontologique / Disclaimer digg delicious Creative Commons Licence Logo

1 commentaire

Avatar

athee

04/10/12 15:26
Ce n'est pas l'obsession d'un homme qui est bizarre (qui n'a pas les siennes?), c'est celle d'une société à son égard.
Quand à la protection dont a pu bénéficier quelques temps Faurisson, elle s'appelle liberté d'expression et elle n'a guère été vaillante avant de se coucher.
Avatar

Fr.

28/09/12 11:26
Très bonne recension. L'Université a offert quelques solides protections à Faurisson, mais les tribunaux ont aussi largement contribué à façonner son personnage victimaire. Dans les années 2000, le rôle d'Internet est aussi non négligeable, avec le site Internet de l'AAARGH. Reste enfin l'influence politique des groupes d'extrême-gauche anarchistes, où l'anti-sionisme autorise des basculements vers l'anti-sémitisme et l'adhésion aux théories du complot — le négationnisme n'établissant pas simplement un déni de l'Holocauste, mais aussi une conspiration : la fabrication de toutes pièces du “mensonge” par des élites juives protégées par les pouvoirs publics.

Déposez un commentaire

Pour déposer un commentaire : Cliquez ici