Chroniques

Actuel Moyen Age : le présent au prisme du passé

Le JT de Socrate : regards philosophiques sur l'actualité

Chroniques scolaires : l'éducation au crible des sciences sociales

L'Age de nos adages : actualité de la sagesse ancestrale

Inde-Pakistan : l'inquiétant regain des tensions

TOUTES NOS CHRONIQUES

Grands entretiens

Aurélien Bellanger, sur Le grand Paris

Massimo Recalcati, sur Mélancolie et création chez Vincent Van Gogh

David Djaïz, sur La guerre civile n'aura pas lieu

Johann Chapoutot, sur La révolution culturelle nazie (1/2)

Johann Chapoutot, sur La révolution culturelle nazie (2/2)

Nicolas Truong, sur Interview

Jean-Yves Leloup, sur l'émergence des musiques électroniques

Juliette Sibon, sur Chasser les juifs pour régner

Julie Brochen, sur Molly S

Daria Deflorian, Antonio Tagliarini, sur Ce ne andiamo... et Il Cielo...

Carole Thibaut, sur Monkey Money

Vito Mancuso, La doctrine chrétienne ne peut survivre que si elle évolue

Laurent Bazin, Mohamed Bridji, L'identité nationale est une arme de guerre

Amir Reza Koohestani, sur Hearing

Nathalie Quintane, sur Que faire des classes moyennes?

Patrick Weil, sur Le sens de la République (2/2)

Patrick Weil, sur Le sens de la République (1/2)

Xavier Lemaire, Isabelle Andréani, sur le Cycle Xavier Lemaire

Rémi Lefebvre, Les primaires contre la démocratie ?

Nicolas Lebourg, Stéphane François, Histoire de la haine identitaire

Benoît Chantre, Les derniers jours de René Girard

Davide Luglio, Le style de la pensée italienne

Constance Gard, Psychotiques, bipolaires : médicaments ou suppléance ?

Pierre-Yves Gomez, Intelligence du travail

Eloi Laurent, Nos (nouvelles) mythologies économiques

François Dubet, Ce qui nous unit

Jill Stein, L'impossible "troisième homme"

Joël Pommerat, sur Ca ira (Fin de Louis)

Pierre-Henri Castel, Le cas Paramord

Laurent Fréchuret, sur Une trop bruyante solitude

Siddiq Wahid, Les tensions du Cachemire

Jean Vigreux, Le front populaire, l'échapée belle

Denis Clerc, Cessons de punir les pauvres

Dominique Mazéas et Anne-Sylvie Pelloux, La prise en charge de l'autisme

Lyiang Kim, Resident Forever

Romain Lajarge, Le pari grenoblois

TOUS NOS ENTRETIENS

Dossiers

La France à l'heure de l'Italie : philosophie, histoire, lettres

L'agrégation 2017, avec nonfiction.fr

Les printemps arabes : cinq ans après

Le travail en débat : au-delà de la loi El Khomri

Polyphonies syriennes : écrivains, intellectuels et artistes résistent

Djihadisme à la française : comprendre la radicalisation

TOUS NOS DOSSIERS

Les manuscrits de Tombouctou en danger
[mardi 03 juillet 2012 - 15:00]

Alors que des islamistes d’Ançar Eddine, un des groupes armés contrôlant le nord du Mali, reprenaient aujourd'hui la destruction méthodique des mausolées de Tombouctou, la communauté internationale s’inquiète du sort qui sera réservé aux dizaines de milliers de manuscrits que renferment les bibliothèques privées de Tombouctou. Fondée au XIe siècle, la ville est rapidement devenue un centre intellectuel, économique et culturel rayonnant.

Pendant des décennies, des scribes ont copié sur des omoplates de chameau des manuscrits apportés par des marchands ou des savants. Les textes aujourd’hui conservés remontent jusqu’au XIIe siècle, et constituent un trésor inestimable de la culture islamique. Ils sont pour la plupart écrits en arabe ou en peul et traitent de thèmes extrêmement variés, de la généalogie à la musique en passant par la botanique et l’anatomie. Ces textes étaient déjà menacés par de mauvaises conditions de conservation et par le trafic de collectionneurs ; la mainmise d’AQMI (Al-Qaeda au Maghreb islamique) sur la ville constitue un autre danger pour ces trésors documentaires dans la mesure où les djihadistes, qui les considèrent comme impies, pourraient les détruire ou les revendre aux quatre coins du monde.

Le 18 juin, les bibliothèques de Tombouctou ont publié un communiqué dans lequel elles affirment que les détenteurs de manuscrits n’auraient pas été intimidés par les djihadistes, mais elles soulignent aussi que la présence de groupes armés les met en danger.

D’après Jeune Afrique, des collectionneurs privés se seraient organisés pour cacher des manuscrits. Environ 8000 d’entre eux se trouveraient actuellement en lieu sûr. Une mobilisation qui s’expliquerait aussi par les secrets de famille que contiennent les manuscrits : outre les ouvrages savants, ils compilent des correspondances, des listes comptables, des relevés administratifs, parfois des journaux intimes que les familles ne souhaitent pas divulguer au grand jour.

Les experts comptent sur le fait que ces caisses de documents précieux sont considérées comme un trésor par la population touarègue. S’y attaquer, même au nom de la charia, reviendrait à s'aliéner une grande partie de la population locale, ce que les nouveaux maîtres de Tombouctou ne souhaitent sans doute pas.

Hélène VAVEAU

Aucun commentaire

Déposez un commentaire

Pour déposer un commentaire : Cliquez ici