Chroniques

Idéographies : cartographies des idées en 2017

Actuel Moyen Age : le présent au prisme du passé

Le JT de Socrate : regards philosophiques sur l'actualité

Chroniques scolaires : l'éducation au crible des sciences sociales

Inde-Pakistan : l'inquiétant regain des tensions

TOUTES NOS CHRONIQUES

Grands entretiens

Aurélien Bellanger, sur Le grand Paris

Massimo Recalcati, sur Mélancolie et création chez Vincent Van Gogh

David Djaïz, sur La guerre civile n'aura pas lieu

Johann Chapoutot, sur La révolution culturelle nazie (1/2)

Johann Chapoutot, sur La révolution culturelle nazie (2/2)

Nicolas Truong, sur Interview

Jean-Yves Leloup, sur l'émergence des musiques électroniques

Juliette Sibon, sur Chasser les juifs pour régner

Julie Brochen, sur Molly S

Daria Deflorian, Antonio Tagliarini, sur Ce ne andiamo... et Il Cielo...

Carole Thibaut, sur Monkey Money

Vito Mancuso, La doctrine chrétienne ne peut survivre que si elle évolue

Laurent Bazin, Mohamed Bridji, L'identité nationale est une arme de guerre

Amir Reza Koohestani, sur Hearing

Nathalie Quintane, sur Que faire des classes moyennes?

Patrick Weil, sur Le sens de la République (2/2)

Patrick Weil, sur Le sens de la République (1/2)

Xavier Lemaire, Isabelle Andréani, sur le Cycle Xavier Lemaire

Rémi Lefebvre, Les primaires contre la démocratie ?

Nicolas Lebourg, Stéphane François, Histoire de la haine identitaire

Benoît Chantre, Les derniers jours de René Girard

Davide Luglio, Le style de la pensée italienne

Constance Gard, Psychotiques, bipolaires : médicaments ou suppléance ?

Pierre-Yves Gomez, Intelligence du travail

Eloi Laurent, Nos (nouvelles) mythologies économiques

François Dubet, Ce qui nous unit

Jill Stein, L'impossible "troisième homme"

Joël Pommerat, sur Ca ira (Fin de Louis)

Pierre-Henri Castel, Le cas Paramord

Laurent Fréchuret, sur Une trop bruyante solitude

Siddiq Wahid, Les tensions du Cachemire

Jean Vigreux, Le front populaire, l'échapée belle

Denis Clerc, Cessons de punir les pauvres

Dominique Mazéas et Anne-Sylvie Pelloux, La prise en charge de l'autisme

Lyiang Kim, Resident Forever

Romain Lajarge, Le pari grenoblois

TOUS NOS ENTRETIENS

Dossiers

La France à l'heure de l'Italie : philosophie, histoire, lettres

L'agrégation 2017, avec nonfiction.fr

Les printemps arabes : cinq ans après

Le travail en débat : au-delà de la loi El Khomri

Polyphonies syriennes : écrivains, intellectuels et artistes résistent

Djihadisme à la française : comprendre la radicalisation

TOUS NOS DOSSIERS

L’adolescence en théorie
[mardi 11 octobre 2011 - 21:00]
Psychanalyse
Couverture ouvrage
L'adolescent et la séparation
Éditeur : Presses universitaires de France (PUF)
160 pages
Résumé : Une lecture psychanalytique de l’adolescence rigoureusement orthodoxe.

En six courts chapitres et quelques cent-soixante pages, dans une langue synthétique, Isée Bernateau, psychanalyste et Maître de conférence en psychopathologie, s'engage dans une description tant clinique que théorique de l'adolescence. Quelle place occupe dans la vie psychique des sujets cette étape incontournable du développement ? Que se joue-t-il exactement du point de vue de l'inconscient au moment de la puberté ? Quelles solutions un parcours d'orientation psychanalytique peut-il offrir à cet instant souvent difficile à vivre voire, pour certains, tout à fait insupportable ? Bernateau s'efforce de répondre à ces questions en les embrassant par une problématique précise : celle de la séparation. L'auteure tire son enseignement de la lecture de Freud et des post-freudiens, elle en éclaire sa pratique de thérapeute en institution et en cabinet.

La complexité du homard la couleur en moins
L'hypothèse de Bernateau est aussi claire qu'orthodoxe : l'adolescence est un moment clé du développement psychique des sujets parce que la relation au premier objet d'amour s'y rejoue de façon décisive pour l'avenir. L’auteure explique que pour pouvoir désirer en adulte, l'adolescent doit apprendre à se séparer de ce premier objet d'amour. Avec l'arrivée de la sexualité, il s'agit de sortir de l'enfance et d’orienter les attachements libidinaux au-dehors des murs de la maison familiale. Pareille clarté et pareille orthodoxie font à la fois la force et la limite de cet ouvrage. En effet, si le texte parvient à "désimaginariser" l'adolescence avec précision, on peut parfois se demander si son approche ne rate pas certaines réalités des jeunes d'aujourd'hui.

Quoi qu’il en soit, commençons par louer l'effort de Bernateau qui dégage les enjeux structuraux de cette période tourmentée de nos existences sans s'arrêter à ses traits les plus explicitement saisissables. Loin des images faciles, elle aborde l'adolescence comme un temps de vérité où l'humain remet en jeu sa destinée psychique. Remarquons aussi que Bernateau nous aide à mieux comprendre le sens freudien du concept d' "objet", concept aussi déterminant qu'abstrait, dans le champ psychanalytique. L'objet constitue la base de nos attachements et ce vers quoi nous conduit sans cesse notre désir. Toujours manquant, il correspond au moteur de nos parcours de vie. Si dans les premiers temps, l'enfant peut avoir l'illusion de ne faire qu'un avec son objet d'amour, à l'arrivée de la puberté et avec la possibilité de rencontrer un objet de désir et de satisfaction sexuelle dans l'autre, s'impose la nécessité de se séparer, d' "externaliser" l'objet.
Autrement dit, pour Bernateau, l'adolescence est le temps de la liquidation définitive du complexe d'Oedipe. C'est donc "le moment privilégié où une séparation de corps s'impose sous peine d'un basculement dans un inceste désormais réalisable"  .

En considérant l'adolescence selon ce nécessaire processus de séparation, l'auteure abandonne l'image populaire de l'adolescent homard et tout le folklore qui peut s’y rattacher – fragile et enfermé dans une chambre désordonnée parce qu'à la carapace décortiquée   –, pour ramener la réflexion du côté de la relation d'objet et de la nécessité d'établir une séparation pour pouvoir assumer un désir adulte et autonome. On ne peut que saluer la rigueur clinique d’une telle démarche.

C’est d’ailleurs à partir de nombreuses vignettes cliniques que Bernateau explique à quel point la séparation, en fonction de la manière dont l'attachement à l’objet a été vécu dans la prime enfance, peut être vécue de façon plus ou moins angoissante à l'adolescence. Selon Bernateau, et à la suite des post-freudiens, la séparation correspond, en effet, à une sorte de "faux deuil" qui ne devrait pas engendrer un état mélancolique mais, au contraire, ouvrir à un parcours subjectif permettant à l'adolescent de tisser des liens d'amour en-dehors de la sphère familiale. Or il s'agit bel et bien de comprendre comment l'objet en psychanalyse n'est jamais vraiment perdu car il n'a jamais de consistance véritable : il n'est présent que par la fonction qu'il exerce (d'où la difficulté et le statut paradoxal de ce concept que Bernateau manipule cependant avec une remarquable aisance et un véritable souci didactique). Les cas du livre de Bernanteau montrent donc à quel point certains adolescents confondent perte et séparation et dans quel désarroi cette confusion les plonge. L'adolescent souffre tant qu'il n'a pas compris que se séparer de l'objet ne signifie pas le perdre mais le réinvestir ailleurs : "car la sexualité humaine requiert, dans son exercice même, le détachement des objets de l'enfance, leur substitution par d'autres objets qui seront les objets du désir"  . Si pareille séparation peut faire peur, l’adolescent doit néanmoins arriver à saisir que celle-ci reste tout de même moins effrayante qu'un attachement indéfini à l'objet d'amour parental. Le temps d’une telle compréhension déterminerait justement le cheminement d’une cure d’orientation analytique avec des adolescents.

Les limites du dedans
On le voit, le schéma de Bernateau a l'éclat cristallin et la pureté logique de la langue freudienne : première partie de l'Oedipe durant l'enfance, avec l'intrusion du sexuel et son refoulement successif, jusqu'au grand retour de la sexualité au moment pubertaire qui constitue un véritable tournant, notamment en ce qui concerne le déclenchement de certaines psychoses. La linéarité de ce schéma semble effectivement confirmée par les nombreux cas cliniques amenés par l'auteure qui transmet cette langue, ce vocabulaire et ces articulations avec justesse et simplicité.

Toutefois, au cours de la lecture, on peut finir par se demander si la limpidité du schéma analytique proposé s’adresse encore à tous les adolescents que l’on peut croiser aujourd’hui. On peut difficilement retenir son étonnement lorsque les adolescents de Bernateau se mettent à lui parler en séance de Persée et du mythe de la Gorgone ou lorsqu'on apprend qu’ils lisent des romans policiers, qu’ils ont des maisons de vacances et qu'ils semblent tous ignorer complètement les attributs du contemporain : discriminations sociales, tiraillements entre différentes cultures, engluement dans l’image, drogues douces, rave party, tectonique, jeux électroniques, réseaux de socialisation, frénésie du texto, du "lol", du "mdr", des "émoticônes", etc. n’apparaissent absolument nulle part dans leurs récits.

Remarquons, enfin, que la conclusion des tranches de thérapie décrites par Bernateau coïncide souvent avec l’avènement d’un avenir pour le moins doré : l’un voudra devenir traducteur, l’autre se lancera dans des études de lettres, un autre encore réussira ses examens, une dernière s’inscrira en hypokhâgne. Bref, même si l’on ne peut que se réjouir du succès des parcours entrepris, n’importe quel spectateur de L’esquive, d’Entre les murs, de la Journée de la jupe (pour rester sur le périmètre hexagonal et ne pas évoquer le cinéma des Larry Clark, Gus Van Sant, Gregg Araki, Harmony Korine ou l’extraordinaire journal intime tourné en vidéo par Jonathan Caouette) n’en demeurera pas moins bouche bée face à la bienséance, la convenance sociale pour ne pas dire la conformité à un idéal vaguement petit-bourgeois des destins qui s’écrivent dans le langage post-freudien de Bernateau.

Bien sûr, on pourra répondre que l’inconscient et le social parlent deux discours différents et que le réel à l’œuvre dans l’hypothèse de l’inconscient n’a rien à voir avec les oripeaux du contemporain : que chacun - quel que soit son quartier, ses origines sociales, ses lectures ou ses absences de lecture, ses modalités d’expression et son vocabulaire - n’en demeure pas moins aux prises avec la même difficulté d’être. Pourtant, on ne peut pas s’empêcher de penser que la souffrance sociale a des conséquences psychiques qui mériteraient non seulement d’être interrogées par la vérité de la découverte freudienne mais de questionner cette vérité en retour.

Or l'orthodoxie freudienne du livre d’Isée Bernateau ne nous présente que des cas d’adolescence qui, en fin de compte, restent encore très "viennois". On aurait aimé voir son discours s’enhardir pour s’échapper du dedans de la psychanalyse et affronter le dehors des jeunes des cités, des banlieues, des lycées "sensibles", des maisons de quartier… Bref, l’ouvrage de Bernateau nous distille, avec brio, une langue qui semble très bien convenir à ceux qui ont encore la chance de lire des tragédies et de pouvoir prendre le temps d’une cure pour qu’advienne la constitution d’un "espace intérieur"   dans lequel une réconciliation avec l’objet a le temps de se reconstruire. Les lecteurs en prise avec les urgences du dehors en tireront donc un profit théorique mais risquent peut-être de rester un peu seuls pour avancer dans leur pratique..

Fabrice BOURLEZ
Titre du livre : L'adolescent et la séparation
Auteur : Isée Bernateau
Éditeur : Presses universitaires de France (PUF)
Collection : Petite bibliothèque de psychanalyse
Date de publication : 02/06/10
N° ISBN : 2130581021
Commenter Envoyer à un ami imprimer Charte déontologique / Disclaimer digg delicious Creative Commons Licence Logo

3 commentaires

Avatar

L'ingénieu

31/10/13 20:59
Ayant lu cet ultime ouvrage de Isée Bernateau, je le trouve très intéressant pour une personne qui s'initie à la psychanalyse.
Elle explicite parfaitement bien les cas cliniques de ses patients.
D'ailleurs, je prépare une fille de lecture que je dois remettre à mon enseignant qui nous enseigne l'adolescence à l'Université Paris 5.
Ainsi cet ouvrage que j'ai choisi librement m'a incité d'en savoir davantage ce qu'est "L'adolescence et la séparation". De surcroît, j'ai lu des passages qui sont extraits de sa thèse qui est consultable à la BU de l'Université Paris 7. Par déduction, j'invite les lecteurs à le lire afin d'approfondir leurs recherches.
Avatar

ROBIN

21/05/12 22:16
Il est vrai que le livre est intéressant et les cas cliniques bien décrits. Cependant cela sent bon le bon ton de la jeune femme bien élevée. C'est navrant que la psychanalyse reste toujours trop 6eme arrondissement. Il faudrait des psys qui viennent des cités et pas des agrégées !!! avec des si...
Avatar

Elen

12/10/11 12:45
"On aurait aimé voir son discours s'enhardir pour s'échapper du dedans de la psychanalyse et affronter le dehors des jeunes des cités, des banlieues, des lycées "sensibles", des maisons de quartier..."
Vous avez raison : il faudrait libérer la psychanalyse de la cause des riches. Mais ouvrir un cabinet en banlieue chaude, ça ne rapporte pas assez pour vivre : les pauvres n'ont pas les moyens de se payer une thérapie. En plus, il faut avoir un garde du corps. (Bon... remarquez, l'idée du garde du corps pourrait faire fantasmer telle ou telle psy... ) Mais enfin tout cela est fort coûteux, et les psy n'ont sans doute pas les épaules pour supporter la misère sociale à ce point, c'est à dire à leur détriment. Est-ce d'ailleurs leur rôle ?

Sinon, il y a les bonnes sœurs : "Les psy ne sont pas des bonnes sœurs !", répondait un analyste à son analysant qui lui expliquait qu'il ne pouvait plus le payer. Donc je vous le confirme, dans l'immédiat, les psy en banlieues, c'est compromis. (Pour l'anecdote, il lui répondit ceci : "Dommage, vous m'auriez bien plu, en robe !", ce qui montre que les pauvres savent parfois s'insurger, gardons espoir...)

Il est en revanche réel qu'en banlieue, on y trouve parfois des religieuses. Il en existe une qui est aussi psychologue (sœur Anne, aux Tarterêts). Apparemment il faut au moins ça, pour aller travailler "là bas".

Déposez un commentaire

Pour déposer un commentaire : Cliquez ici