La phrase

Les événements n'ont pas d'intérêt en eux-mêmes, mais ils sont comme réverbérés par l'imaginaire et la rêverie. Par la manière dont on les a rêvés, dont parfois on les a mélangés et amalgamés, on a mis sur eux une sorte de phosphorescence, ils sont métamorphosés. En écrivant ainsi, j'ai l'impression d'être plus proche de moi-même que si j'écrivais d'un simple point de vue autobiographique.

Patrick Modiano, prix Nobel de littérature 2014, Télérama, le 4 octobre 2014

C N L

CNL
Scholem et Benjamin : une amitié messianique
[jeudi 28 juillet 2011 - 09:35]
Religion, Spiritualités
Couverture ouvrage
Théologie et utopie. Correspondance 1933-1940
Éditeur : Editions de l'Eclat
336 pages / 27,55 € sur
Résumé : La correspondance de deux penseurs épris d'Absolu qui ne cessèrent de faire dialoguer, à travers une commune conception messianique de l' Histoire, deux manières opposées de penser les concepts politiques et théologiques, renouvelant ainsi maints aspects de la pensée juive. Un témoignage également précieux sur la splendeur et le déclin de la"synthèse judéo-allemande" du début de siècle par deux de ses plus éminentes figures.    
Page  1  2  3  4 

Certaines rencontres sont bien plus que la somme de deux individualités. Elles semblent incarner un moment de l'histoire. La relation entre Walter Benjamin et Gerschom Scholem est de celles-là. C'est à travers leur dialogue épistolaire rassemblé sous le titre puissamment évocateur  Théologie et Utopie que l'on mesure l'ampleur qu'a pris pour la pensée contemporaine ce qui fut au départ  une simple amitié d'étudiants.

 Théologie et utopie  ne déroge pas à cette règle qui veut que l'on ne sache ni ne doive classer simplement  une correspondance dans une bibliothèque.Une correspondance entre deux grands intellectuels  est d'ailleurs toujours un étrange document, partagé entre le témoignage historique, l'éclairage biographique et oeuvre littéraire à part entière.Ces trois éléments sont présents dans la correspondance qui nous est donnée à lire entre ces deux grandes figures intellectuelles juives. En choisissant des voies parfois opposées, ils n'en ont pas moins été tous deux représentatifs d'attitudes typiques de l'environnement intellectuel de leur temps, époque qui nous est donnée à pénétrer par l'effraction d'une intimité qui appartient désormais à chacun d'entre nous.

De ces lettres ressort en premier lieu  toute la difficulté de Benjamin à pouvoir esquisser une solution face  à la déferlante historique qui submerge le monde juif européen. Rarement un auteur nous aura fait ressentir avec tant de force la terrible solitude d'individus pris au piège par le nazisme déferlant sur l' Europe. Ces lettres ne sont pas sans évoquer un autre destin brisé, celui de Zweig, et son livre le plus profond et désespéré :  Le Monde d'hier . Lettres saisissantes  par exemple dans leurs descriptions de proches confrontés à des violences et des humiliations.Benjamin raconte ainsi qu'il craint pour son frère frappé par des SA. On vit de l'intérieur  la lente montée de la violence du NDSAP qui commence par une impunité et une légitimité grandissante dans l'opinion, puis la prise de pouvoir de Hitler qui  en fait une politique d'Etat L a correspondance Scholem-Benjamin, c'est aussi la confrontation de deux regards sur cette histoire, celui quelque peu éloigné de Scholem qui paraît à ce moment posséder le détachement de celui qui a eu raison trop tôt et l'incrédulité de Benjamin devant l'effondrement du monde dans le quel il a vécu et les conséquences immédiates que sont l'exil et la solitude.


Un portrait psychologique de Walter Benjamin en génie insaisissable


Au sein de cette correspondance apparaît également un portrait psychologique plus précis de Walter Benjamin.Ce dernier se révèle davantage que Scholem. A cela plusieurs raisons : du fait de la disparition tragique de Benjamin il a été plus aisé de récupérer les lettres de ce dernier envoyées à Scholem que l'inverse . De plus, Benjamin était celui qui avait le plus besoin de ce contact épistolaire,ce qui le poussa à écrire davantage et à exposer sa situation avec force détails.
Enfin, le tempérament de Benjamin était sans doute plus propice à la complexité et à l'épanchement, du fait d'une insécurité psychologique due à son absence de statut et sa situation d'exilé.

On comparera avec profit ce livre aux témoignages que Scholem a consacré à Benjamin   Histoire d'une amitié  résolument biographique et  Benjamin et son Ange  qui constitue davantage une réflexion sur certains aspects de l'oeuvre.Il y apparaît toute l'admiration et parfois aussi les réticences de Scholem face au génie insaisissable de Benjamin. Il n'y a pour autant nulle tentation d'amoindrir la portée de l'oeuvre, portée certes  plus pressentie que réellement défendue. Scholem avait également la volonté de ne rien cacher non plus de la face sombre d'un Benjamin déroutant dans son attitude autant que dans sa pensée.L'entourage de Benjamin ne pouvait savoir avec certitude qu'une oeuvre dont la réception par l'institution universitaire était entachée de tant d'incompréhension serait promise à une telle pérennité. La vérité est que Scholem, pas plus qu' Adorno, ne comprirent complètement  Benjamin de son vivant.D'une certaine manière, l'hommage qu'ils ne cessèrent de lui rendre n'en a que plus de prix.

Frédéric MÉNAGER-ARANYI
Page  1  2  3  4 
Titre du livre : Théologie et utopie. Correspondance 1933-1940
Auteur : Walter Benjamin, Greshom Scholem
Éditeur : Editions de l'Eclat
Collection : Philosophie imaginaire
Date de publication : 27/07/11
N° ISBN : 2841622169
Commenter Envoyer à un ami imprimer Charte déontologique / Disclaimer digg delicious Creative Commons Licence Logo

2 commentaires

Avatar

Maldoror des Esseintes

27/08/11 01:52
Analyse stimulante autant que brillante d'une correspondance venant admirablement éclairer et compléter celles qui se tissèrent entre Scholem et Theodor Adorno (chez Aubier), ainsi qu'entre Benjamin et Gretel Adorno (1930-1940, chez Le Promeneur).
Une véritable prescription d'achat!
Avatar

alpha

16/08/11 07:41
Je connais assez mal la pensée de Scholem et de Benjamin ,mais permettez moi de saluer l'intelligence et la qualité de votre compte-rendu

Déposez un commentaire

Pour déposer un commentaire : Cliquez ici