La phrase

Il me semble qu’il y a aujourd’hui une confusion entre espace public et espace privé : les gens parlent des œuvres comme si elles étaient dans leur salon, chacun se croit chez soi face aux espaces de création. Or, le terrain de l’art doit permettre aux artistes de casser les choses, les démonter, les observer et les exposer autrement. L’opposition entre liberté de parole et liberté d’expression se répète un peu trop souvent, et je ne vois pas de limite à ce type d’actions.

Diane Ducruet au sujet son oeuvre censurée au Mois de la photo, Le Monde , 4 novembre 2014  

Avoir la classe en 2011
[lundi 18 juillet 2011 - 12:00]
Sociologie
Couverture ouvrage
Les métamorphoses de la distinction
Éditeur : Grasset
168 pages
Résumé : Distinction, reproduction, habitus , capital culturel… l’appareil conceptuel bourdieusien permet-il encore de penser la hiérarchie culturelle ?
Page  1  2  3 

La sentence de divorce entre le Pouvoir et la Culture a-t-elle été prononcée ? Telle est en tous cas l’intuition partagée par nombre d’observateurs de la vie publique des années 2000. A tel point que certains d’entre eux, pour qui « la dévalorisation relative des ressources culturelles serait consubstantielle à leur diffusion »   par la massification scolaire, en viendraient à regretter les mystifications de l’idéal « méritocratique » qui justifiait la rareté de l’accès à0a l’éducation,  jusqu’à ce la sociologie bourdieusienne n’en démonte les rouages dans les années 1970-1980. Au reste, « la société française n’a (…) pas radicalement changé au cours des dix dernière années »  , constate Philippe Coulangeon, considérant qu’il est donc temps de dresser le bilan des approches théoriques comme des entreprises politiques – éducatives et culturelles – qui ont visé à dépouiller la culture de sa force de hiérarchisation pour n’en faire qu’un instrument d’émancipation individuelle accessible à tous, en les confrontant à l’analyse empirique de la « structure des inégalités » au XXIe siècle.

La fin de la distinction ?

S’il est un maître-livre de la sociologie culturelle, c’est sans doute La distinction. Critique sociale du jugement (1979), dans lequel Pierre Bourdieu et Jean-Claude Passeron ont tenté de démontrer l’importance du « capital culturel » dans la structuration des hiérarchies sociales. Les deux auteurs observaient que dans la France des années 1960-1970, une certaine hiérarchie des connaissances mais surtout des goûts et des façons d’être, établie par la simple instauration comme « culture légitime » de l’arbitraire de la culture dominante, recouvrait largement celle des inégalités économiques, tout en autorisant une lecture de la structure sociale plus fine, car plus différenciée verticalement, que ne le permettait la théorie des classes. Dans le contexte des Trente Glorieuse, et à rebours des théories anticipant une homogénéisation de la société par le milieu, Bourdieu relevait toute l’importance de la culture   dans la reproduction de l’ordre social par les classes dominantes : la haute culture, la maîtrise des valeurs véhiculées par l’Ecole, les manières d’être et de parler et plus généralement le « goût »   constituaient autant d’armes permettant à certains groupes sociaux d’imposer leur domination par l’exercice d’une « violence symbolique » consistant symétriquement à disqualifier la culture et les valeurs « populaires », violence d’autant plus redoutable qu’elle menait les dominés à « reconnaître » leur propre infériorité culturelle.

Aux yeux de nombreux prophètes de la « moyennisation des pratiques et des attitudes culturelles »  , la massification de la culture, la démocratisation de nombreuses pratiques et le rapport toujours changeant des individus « postmodernes » aux objets auraient dû sonner le glas de cette modalité de la structuration sociale: l’analyse de données empiriques telles que les budgets et la fréquence des pratiques de loisirs montre qu’il n’en est rien. Notamment en raison de l’envolée des coûts du logement, l’écart entre la part du budget accordé aux dépenses culturelles par les ouvriers et par les classes supérieures s’est même accru. Enracinée dans la permanence des inégalités économiques, la permanence de fortes différences sociales se manifeste également dans le fait significatif que seul le groupe des cadres supérieurs fait exception à un recul généralisé de la fréquentation des musées. Du côté des pratiques domestiques enfin, l’intensité des pratiques les plus « nobles » mais aussi les plus « savantes » telles que la lecture où l’écoute de musique classique est toujours aussi fortement corrélée à l’identité socio-professionnelle, et symétriquement opposée au temps consacré au loisir illégitime par excellence, la télévision, dont un glissement a accentué « la centralité (…) dans le style de vie contemporain des familles ouvrières »  ) désormais plus tournées vers l’intérieur du foyer. Pourtant, on observe que ces activités requérant de lourds investissements en temps et en « efforts » sont en recul dans l’ensemble de la société, et de façon plus marquée encore parmi les classes supérieures, tandis que les « goûts » musicaux – les plus « classants » de tous – semblent être de moins en moins exclusifs. Ainsi, si de nombreux facteurs contribuent au déclin de certaines lectures  , on n’en observe pas moins un désintérêt des groupes dominants pour « les pratiques soustraites aux regards et plus conformes à l’image d’une certaine ascèse culturelle »  , contrastant avec l’accentuation des pratiques les plus visibles « qui peuvent du reste tout aussi bien s’accompagner d’un rapport assez superficiel à leurs contenus, comme on le voit dans les manifestations les plus pures du snobisme culturel ou de la fréquentation des lieux emblématiques de la sociabilité bourgeoise, comme l’opéra. »  

Pierre-Henri ORTIZ
Page  1  2  3 
Titre du livre : Les métamorphoses de la distinction
Auteur : Philippe Coulangeon
Éditeur : Grasset
Date de publication : 23/03/11
Commenter Envoyer à un ami imprimer Charte déontologique / Disclaimer digg delicious Creative Commons Licence Logo

Aucun commentaire

Déposez un commentaire

Pour déposer un commentaire : Cliquez ici