Chroniques

Débats publics : les grandes questions politiques en 2017

Actuel Moyen Age : le présent au prisme du passé

Le JT de Socrate : regards philosophiques sur l'actualité

Intimités : la politique et le corps

Chroniques scolaires : l'éducation au crible des sciences sociales

Regards sur l'Inde : la gauche au pays des inégalités

TOUTES NOS CHRONIQUES

Dossiers

L'agrégation 2017, avec nonfiction.fr

Les printemps arabes : cinq ans après

Le travail en débat : au-delà de la loi El Khomri

Polyphonies syriennes : écrivains, intellectuels et artistes résistent

Djihadisme à la française : comprendre la radicalisation

TOUS NOS DOSSIERS

Bibliothèques Odéon

De la démocratie dans les limites de la transcendance raisonnable
[mercredi 08 juin 2011 - 18:00]

Dominique Schnapper est inflexible : une société démocratique saine ne peut faire l’économie du sens de l’engagement. Car le risque est grand "que l’individu démocratique, soucieux de ne pas voir borner ses conduites, finisse paradoxalement par se conduire comme le "grand seigneur" dans les gouvernements "despotiques" qui, selon Montesquieu, "n’était point obligé de tenir sa parole ou son serment lorsqu’il bornait par là son autorité"  

Pour la sociologue et ancienne membre du Conseil constitutionnel, "la transformation du sens du mariage et la diffusion du Pacs sont une illustration de (ce) risque de dérive  de la société démocratique, celui de passer de l’autonomie des individus-citoyens à l’indépendance des individus, oublieux de la dépendance qu’implique tout véritable échange avec l’Autre, oublieux de l’ensemble des contraintes de l’ordre collectif légitime qu’organise la démocratie "réglée"".

Un rappel des origines chrétiennes de la spiritualité du mariage – oublieux, lui, du phénomène de christianisation d’une pratique lui ayant préexisté   – et de son intégration à la société toujours organique du XIXe siècle laïcisé souligne la tendance à l’individualisation de la société démocratique dont le Pacs ne serait que le signe. Reprenant les conclusions de Jean-François de Montgolfier  , Dominique Schnapper remarque en effet que ce serait désormais celui-ci qui servirait de modèle au mariage, lui imprimant sa marque de contrat purement interindividuel, relevant de la seule sphère privée, et fondé en principe sur "l’authenticité (des) sentiments du moment." Fondamentalement, cette évolution serait donc symptomatique d’une certaine évacuation de la transcendance, laquelle seule pourrait présider à l’inscription de tout lien dans la durée, c’est-à-dire à toute forme d’ "engagement".

Tel est donc l’enjeu : la transcendance, dans une "société autonome, dont la légitimité ne repose plus sur une transcendance politique ou religieuse, mais sur la volonté de l’ensemble des citoyens organisés en une "communauté des citoyens" qui est à la source de la légitimité politique." Or, pour reprendre les catégories d’Alain Renaut  , si la "société autonome" se fixe elle-même ses règles, "l’indépendance" nierait la société, l’absence de toute règle sur soi-même serait une nouvelle forme de despotisme : uniquement soucieux "de valoriser son moi", "l’individu démocratique" qui cèderait à la tentation de l’indépendance "risquerait alors de perdre tout sentiment d’obligation à l’égard des autres et de négliger radicalement le destin collectif" aussi bien que la loi et les institutions qui structurent et donnent un sens à la vie sociale tout en protégeant les plus faibles.

Faisant le constat des risques que feraient peser la "démocratie "extrême"" et sa métaphysique du plaisir immédiat sur nos sociétés, ce texte mobilisateur et saisissant sur L’engagement publié par la Fondation pour l’innovation politique pourrait sembler en appeler à la promulgation d’une loi sur la transcendance, le destin collectif et la préservation du lien social. Dominique Schnapper se garde de le proposer, rejoignant peut-être finalement son lecteur dubitatif devant l’appartenance d’un tel sujet – aussi stimulant soit-il – au champ politique.

 

Pour aller plus loin :

-Dominique Schnapper, "L’engagement", Fondapol, 31 mai 2011
 

Pierre-Henri ORTIZ
Commenter Envoyer à un ami imprimer Charte déontologique / Disclaimer digg delicious Creative Commons Licence Logo

2 commentaires

Avatar

arthur

11/01/12 20:45
ouyi je tenais juste a vfeliciter madame Schnapper et votre piblication, qui ehntretiennent une flamme - un feu sacré, disent certains - et qui consiste a ne pas s enlaisser raconter!

Bonne journée et j espere que mon commentaire précédent aura été récupéré.
Avatar

arthur

11/01/12 20:43
bonjour madame Schnapper
Jevous écris de winnipeg au Canada -ou ma petite maitrise d histoire des religions pour Paris IV en 1980 s inspoirait de vos réflexions sur les identités.

merci du travailaccompli et de la dragée haute que vous tenez aux despotes de tous poils!

ici du cote de McLuhan,la table semblerait rase si des technocrates ne raflaient lamise!!

Encore une foismerci madame Schnapper de nous rappeler nalordre

Char;les-Emmanuel reesink
eleve de Jacques Meslin,Paris-IV

Déposez un commentaire

Pour déposer un commentaire : Cliquez ici