Chroniques

Idéographies : cartographies des idées en 2017

Actuel Moyen Age : le présent au prisme du passé

Le JT de Socrate : regards philosophiques sur l'actualité

Chroniques scolaires : l'éducation au crible des sciences sociales

Inde-Pakistan : l'inquiétant regain des tensions

TOUTES NOS CHRONIQUES

Grands entretiens

Daria Deflorian, Antonio Tagliarini, sur Ce ne andiamo... et Il Cielo...

Carole Thibaut, sur Monkey Money

Vito Mancuso, La doctrine chrétienne ne peut survivre que si elle évolue

Laurent Bazin, Mohamed Bridji, L'identité nationale est une arme de guerre

Amir Reza Koohestani, sur Hearing

Nathalie Quintane, sur Que faire des classes moyennes?

Patrick Weil, sur Le sens de la République (2/2)

Patrick Weil, sur Le sens de la République (1/2)

Xavier Lemaire, Isabelle Andréani, sur le Cycle Xavier Lemaire

Rémi Lefebvre, Les primaires contre la démocratie ?

Nicolas Lebourg, Stéphane François, Histoire de la haine identitaire

Benoît Chantre, Les derniers jours de René Girard

Davide Luglio, Le style de la pensée italienne

Constance Gard, Psychotiques, bipolaires : médicaments ou suppléance ?

Pierre-Yves Gomez, Intelligence du travail

Eloi Laurent, Nos (nouvelles) mythologies économiques

François Dubet, Ce qui nous unit

Jill Stein, L'impossible "troisième homme"

Joël Pommerat, sur Ca ira (Fin de Louis)

Pierre-Henri Castel, Le cas Paramord

Laurent Fréchuret, sur Une trop bruyante solitude

Siddiq Wahid, Les tensions du Cachemire

Jean Vigreux, Le front populaire, l'échapée belle

Denis Clerc, Cessons de punir les pauvres

Dominique Mazéas et Anne-Sylvie Pelloux, La prise en charge de l'autisme

Lyiang Kim, Resident Forever

Romain Lajarge, Le pari grenoblois

TOUS NOS ENTRETIENS

Dossiers

La France à l'heure de l'Italie : philosophie, histoire, lettres

L'agrégation 2017, avec nonfiction.fr

Les printemps arabes : cinq ans après

Le travail en débat : au-delà de la loi El Khomri

Polyphonies syriennes : écrivains, intellectuels et artistes résistent

Djihadisme à la française : comprendre la radicalisation

TOUS NOS DOSSIERS

Internet : mort ou nouvelle forme de l'information ?
[dimanche 02 décembre 2007 - 10:00]
Médias
Couverture ouvrage
La dictature du Moi-Je ! Les
Éditeur : Plon
182 pages
Résumé : E. Decouty essaie de démontrer au cours d’un argumentaire peu convaincant, comment l’émergence de l’individu a tué l’information de qualité.

Un complot fait rage en France, sous nos propres yeux, et nous ne nous en rendons pas compte. À l’origine de cette sombre et horrible machination, celle qui va signer la "défaite des médias" et la "mort lente de la démocratie", il y a les "vraies gens". Eric Decouty essaie de démontrer au cours d’un argumentaire très peu convaincant, comment l’émergence de l’individu a tué l’information de qualité et sera bientôt responsable de la mort de la démocratie elle-même. Ce sont les médias et les politiques, en jouant le jeu de la victimisation et de la survalorisation du quotidien et de la fausse proximité avec ces "vraies gens" qui sont les vrais responsables de cette paupérisation du discours politique, et de l’information en général.

Pourtant, le livre d’Eric Decouty ressemble plus à la complainte d’un journaliste élitiste qu’à un argumentaire bien construit. Les solutions qu’il propose en conclusion sont irréalistes. Il ne prend pas du tout en compte la possibilité de "zapper" d’information en information. Ses propositions consistent à renouer avec le débat d’idées et à redonner une place aux intellectuels (mais pas ceux qui passent à la télévision, ceux-là sont corrompus, et font trop de proximité). Grosso modo, Eric Decouty voudrait faire de l’élitisme de masse. Ou éventuellement des masses élitistes. Il prend donc les "vraies gens" pour de vrais idiots, influençables et parfaitement dénués de sens critique. Il les imagine manipulés par les médias et les hommes et femmes politiques, crédules et béats devant n’importe quel discours. Il fustige leurs préoccupations, si terre à terre, s’offusque parce que le fait de pouvoir payer leur caddie les concerne plus que la dette de la France. Mais peut-être qu’Eric Decouty devrait faire ses courses plus souvent, au lieu d’aligner des poncifs et de répéter des théories déjà énoncées par ailleurs.

Pourtant sur Internet, les "vraies gens" usent de leur sens critique constamment, et ont des débats d’idées, comme des conversations plus terre à terre. Ce n’est pas parce que l'Internet permet à tout un chacun de se mettre en avant que le public cesse d’exercer son sens critique. Au contraire, on pourrait dire que la masse d’information sur Internet demande une plus grande distance et un plus grand recoupement des informations aux internautes. Peut-être que leur citoyenneté s’en trouve aiguisée, et non pas atrophiée. Pour finir, Eric Decouty nous livre cette phrase grandiose "nous ne sommes ni vrais, ni faux. J’en ai fait l’expérience"… quelle ironie d’en revenir à son expérience, pour quelqu’un qui vient de passer une centaine de pages à fustiger les gens qui s’épanchent sur leur vie et leurs problèmes.


--
crédit photo : pascal.charest / flickr.com

Laure JOUTEAU
Titre du livre : La dictature du Moi-Je ! Les
Auteur : Eric Decouty
Éditeur : Plon
Commenter Envoyer à un ami imprimer Charte déontologique / Disclaimer digg delicious Creative Commons Licence Logo

Aucun commentaire

Déposez un commentaire

Pour déposer un commentaire : Cliquez ici