Chroniques

Actuel Moyen Age : le présent au prisme du passé

Le JT de Socrate : regards philosophiques sur l'actualité

Chroniques scolaires : l'éducation au crible des sciences sociales

L'Age de nos adages : actualité de la sagesse ancestrale

Inde-Pakistan : l'inquiétant regain des tensions

TOUTES NOS CHRONIQUES

Grands entretiens

Aurélien Bellanger, sur Le grand Paris

Massimo Recalcati, sur Mélancolie et création chez Vincent Van Gogh

David Djaïz, sur La guerre civile n'aura pas lieu

Johann Chapoutot, sur La révolution culturelle nazie (1/2)

Johann Chapoutot, sur La révolution culturelle nazie (2/2)

Nicolas Truong, sur Interview

Jean-Yves Leloup, sur l'émergence des musiques électroniques

Juliette Sibon, sur Chasser les juifs pour régner

Julie Brochen, sur Molly S

Daria Deflorian, Antonio Tagliarini, sur Ce ne andiamo... et Il Cielo...

Carole Thibaut, sur Monkey Money

Vito Mancuso, La doctrine chrétienne ne peut survivre que si elle évolue

Laurent Bazin, Mohamed Bridji, L'identité nationale est une arme de guerre

Amir Reza Koohestani, sur Hearing

Nathalie Quintane, sur Que faire des classes moyennes?

Patrick Weil, sur Le sens de la République (2/2)

Patrick Weil, sur Le sens de la République (1/2)

Xavier Lemaire, Isabelle Andréani, sur le Cycle Xavier Lemaire

Rémi Lefebvre, Les primaires contre la démocratie ?

Nicolas Lebourg, Stéphane François, Histoire de la haine identitaire

Benoît Chantre, Les derniers jours de René Girard

Davide Luglio, Le style de la pensée italienne

Constance Gard, Psychotiques, bipolaires : médicaments ou suppléance ?

Pierre-Yves Gomez, Intelligence du travail

Eloi Laurent, Nos (nouvelles) mythologies économiques

François Dubet, Ce qui nous unit

Jill Stein, L'impossible "troisième homme"

Joël Pommerat, sur Ca ira (Fin de Louis)

Pierre-Henri Castel, Le cas Paramord

Laurent Fréchuret, sur Une trop bruyante solitude

Siddiq Wahid, Les tensions du Cachemire

Jean Vigreux, Le front populaire, l'échapée belle

Denis Clerc, Cessons de punir les pauvres

Dominique Mazéas et Anne-Sylvie Pelloux, La prise en charge de l'autisme

Lyiang Kim, Resident Forever

Romain Lajarge, Le pari grenoblois

TOUS NOS ENTRETIENS

Dossiers

La France à l'heure de l'Italie : philosophie, histoire, lettres

L'agrégation 2017, avec nonfiction.fr

Les printemps arabes : cinq ans après

Le travail en débat : au-delà de la loi El Khomri

Polyphonies syriennes : écrivains, intellectuels et artistes résistent

Djihadisme à la française : comprendre la radicalisation

TOUS NOS DOSSIERS

Par le peuple et pour le peuple, mais pas sans l'état
[dimanche 02 décembre 2007 - 12:00]
Décryptage du web
Couverture ouvrage
Republic.com 2.0
Éditeur : Princeton University Press
272 pages
Résumé : Dans cet ouvrage, Cass R. Sunstein questionne la notion de démocratie à l'heure de la révolution numérique.

Pour Cass R. Sunstein, la démocratie ne doit pas seulement être légitime, elle doit aussi être efficace car c'est d'abord un outil de discussion et de partage collectif de l'information. D'où son intérêt pour les outils offerts par les nouvelles technologies et leur application à la délibération populaire. D'un point de vue méthodologique, Cass R. Sunstein fait la remarque que nous ne sommes pas omniscients. Il défend le point de vue d'un optimiste sceptique et se pose la question de savoir comment il sera possible de gérer les conséquences de l'explosion des moyens de communication et l'implication de chacun dans les prises de décision publiques.

La première édition de cet ouvrage avait été écrite avant le 11 septembre, la version 2.0 tient compte des remarques faites par les lecture qui trouvaient Sunstein un peu trop dur avec Internet. Elle expose aussi tous les moyens originaux qui ont été empiriquement développés par les internautes depuis lors : blogs, wikis, etc.  D'une façon générale, cette nouvelle version se place donc elle-même dans un cadre délibératif a-la-2.0 et accorde une large place aux objections et aux remarques qui avaient été faites à la première.

La première préoccupation de Sunstein tient surtout à la possibilité pour les gens de sélectionner l'information à laquelle ils veulent avoir accès. Contrairement à la société traditionnelle, l'environnement numérique permet de choisir ses sources d'information, soit de façon automatique comme le fait amazon quand il vous conseille les livres similaires lus par les autres visiteurs, soit de façon délibérée quand on organise sa page personnelle sur netvibes.

Ces évolutions ont de nombreux effets positifs, mais il est important de se demander quel pouvoir elles donnent aux entreprises privées sur la démocratie, comment elles transforment l'écosystème informationnel des citoyens, et en définitive, quelles sont les pré-requis nécessaires à un système de délibération démocratique qui améliorerait les libertés individuelles ? Nos sociétés modernes se sont surtout occupées de placer des limites au pouvoir de censure des gouvernements, et d'apporter des protections aux libertés fondamentales des citoyens. Mais les menaces qui se présentent aujourd'hui sont nouvelles et requièrent de nouveaux outils conceptuels et techniques.

D'une part, il est important de préserver la pluralité de l'information. Il faut éviter que les gens ne se retrouvent exposés qu'à des informations qu'ils auraient sélectionnées à l'avance. D'autre part, il faut préserver la capacité des gens à partager des expériences communes et à appartenir simultanément à des communautés différentes.

Pris du point de vue de la démocratie, Sunstein décrit donc comme un cauchemar l'idéal médiatisé de l'internet 2.0 où l'individu est devenu une commodité qu'on s'échange via les termes de «visites» ou de «taux de trafic.» Rémunérés via les informations qu'ils collectent sur leurs visiteurs, les sites internet ont intérêt à les retenir le plus possible, et donc à les confiner dans des enclaves informationnelles. La solution proposée par Sunstein tient compte les évolutions empiriques constatées depuis plusieurs années. Elle consiste d'abord à développer le sens citoyen des internautes ainsi que leur compréhension des mécanismes qui sont en jeu. Sur ce point, le rôle du gouvernement sera de s'assurer de la neutralité des moyens de communication et d'empêcher un sites donné d'isoler ses membres du reste de l'internet.

Sunstein refuse donc de céder aux sirènes de l'auto-régulation prônées par les professionnels de l'Internet. Le rôle de l'état restera fondamental pour assurer le développement démocratique du réseau. La question n'est pas de savoir s'il faut ou non réglementer Internet, mais plutôt de se demander comment.

Sur ce point, Susntein adopte une attitude très nord-américaine en mettant l'accent sur l'importance de protéger le «free speech», la liberté de conscience. De façon originale, il met l'accent sur le rôle des intermédiaires dans son développement sur Internet. En définitive, ce sont eux qu'il faut protéger car ils assurent la transmission des informations entre les groupes hermétiques qui peuvent se développer sur le réseau.

 

* Lire le dossier complet de nonfiction.fr sur le numérique

Jean-Baptiste SOUFRON
Titre du livre : Republic.com 2.0
Auteur : Cass R. Sunstein
Éditeur : Princeton University Press
Commenter Envoyer à un ami imprimer Charte déontologique / Disclaimer digg delicious Creative Commons Licence Logo

Aucun commentaire

Déposez un commentaire

Pour déposer un commentaire : Cliquez ici