Suivez-nous

FacebookRSS

Critiques artistiques

Cinéma

Chabrol se met à table

Couverture ouvrage

Laurent Bourdon
Larousse , 192 pages

Un livre à dévorer !
[lundi 21 décembre 2009]


Les amateurs de Chabrol vont se régaler, au sens propre comme au figuré, avec cet ouvrage qui dépasse de loin le simple catalogue d’anecdotes.

Cinéma et gastronomie font bon ménage depuis longtemps. Certains se souviendront des excès des années 70 (Le Charme discret de la bourgeoisie de Bunuel en 1972 ou La Grande bouffe de Ferreri, l’année suivante), mais ces liens sont aujourd’hui plus subtils. Ainsi, au festival de Berlin, depuis trois ans, une section “ kulinarisches Kino ” (cinéma culinaire) célèbre l’union des arts de la table et du septième art.

Avec Chabrol se met à table, ce n’est pas seulement un aspect important de la biographie du réalisateur qui est mis à jour, mais bien plus encore, un enjeu crucial de son œuvre cinématographique. Dans le (trop) bref entretien qu’il a donné à l’auteur du livre, Chabrol explique, très logiquement, que pour que ses personnages « vivent », ils doivent manger. Non seulement ce qu’ils mangent est choisi avec le plus grand soin pour refléter le caractère psychologique des différents protagonistes, mais les scènes de repas elles-mêmes peuvent constituer des moments de tension intense... tout simplement “ [parce qu’] il est difficile de mentir la bouche pleine ”.

Qui ne se souvient pas des répliques de Philippe Noiret dans Masques (1987), lorsqu’il déguste un “ très bon ” vin (Clos-vougeot) ? De la place de la viande dans Le Boucher (1970) ? Des plats de “ tordus ” comme les “ Lasagnes à la bolognaise ” dans l’univers glauque de Betty (1992) ? De l’importance des plats régionaux comme la lamproie à la bordelaise dans La Fleur du mal (2003) ou, plus récemment, de la bourgeoisie lyonnaise telle qu’elle transparaît dans les scènes de restaurant qui ponctuent La Fille coupée en deux (2007) ?

Les éditions Larousse proposent ici un ouvrage qui ravira autant les amateurs de beaux livres que les amateurs de cinéma, pourvu, bien entendu, qu’ils soient familiers de l'œuvre de Claude Chabrol, grand vétéran de l’époque de la Nouvelle vague et le premier de la bande à avoir pu réaliser son long métrage (Le Beau serge, en 1959, deux mois avant Les cousins, ours d’or à Berlin). Pour 17 euros, on fait presque d’une pierre deux coups !

Laurent Bourdon a choisi la simplicité dans la présentation : 160 pages pour répondre à la question “ Qu’est-ce qu’on voit ? ”, puis une bonne vingtaine de pages pour l’important corollaire, “ Qu’est-ce qu’on mange ? ”. Pour tous les films, ordonnés chronologiquement, il nous propose une fiche technique, un résumé, un making-of très détaillé qui replace le film dans le contexte de l’époque et dans la filmographie de Chabrol, un encart sur les éventuelles récompenses obtenues par le film et enfin une délicieuse rubrique “ A table ! ” qui nous décrit de façon exhaustive ce qui est mangé ou bu dans le film, et bien entendu le sens que Chabrol donnait à ses choix (ou, à défaut, les interprétations qu’en propose Bourdon).

Prenons Madame Bovary (1991), l’unique repas préparé par Emma est composé de “ bouilli ” et cette citation de Flaubert crève l’écran : “ c’était surtout aux heures des repas qu’elle n’en pouvait plus (…); toute l’amertume de l’existence lui semblait servie dans son assiette, et, à la fumée du bouilli, il montait du fond de son âme comme d’autres bouffées d'affadissement. ”. Chabrol explique lui même dans le cas de Poulet au vinaigre (1984), “ Pauline Lafont et Lucas Belvaux dînent au restaurant et commandent des plats un peu tape-à-l’oeil, un peu vulgaires, qui ne vont pas bien ensemble, médaillons de foie gras, feuilletés de ris de veau aux morilles, profiteroles, le tout arrosé de champagne ! C’est médiocre et ça ressemble aux personnages qu’ils jouent. ” .

Les cinéphiles amateurs d’érudition seront intéressés par le fait que l’auteur s’est amusé à indiquer, par un petit chronomètre, toutes les occurrences de Chabrol himself dans ses films (même s’il s’agit souvent uniquement de sa voix). Cette petite attention vis-à-vis des  lecteurs saura éveiller la passion des cinéphiles qui se souviennent avoir recensé, de la même façon compulsive, les apparitions d’Hitchcock dans ses propres films.   

La deuxième partie du livre est simplement composée de recettes, permettant à chacun de tenter de reproduire un des très nombreux plats qui sont ainsi ressuscités à travers le méticuleux passage en revue des 57 films tournés par Chabrol ces cinquante dernières années. Il n’est pas certain que la dégustation de galettes de blé noir (p. 180) suffise à évoquer Le Cheval d’orgueil (1980), ni que la recette de Tarte aux pommes (proposée p. 185), nous replonge vraiment dans l’univers flaubertien de Madame Bovary... mais l’idée d’un "menu Chabrol" pourra en séduire quelques uns. Quoi qu’il en soit, on tient là un livre qui saura en régaler plus d’un, même en délaissant les recettes de cuisine, et qui pourrait à cet égard se retrouver sous le sapin de certains cinéphiles..

Commenter Envoyer à un ami imprimer Charte déontologique / Disclaimer digg delicious Creative Commons Licence Logo

Aucun commentaire

Déposez un commentaire

Pour déposer un commentaire : Cliquez ici

A lire aussi dans nos archives...
A propos de Nonfiction.fr

NOTRE PROJET

NOTRE EQUIPE

NOTRE CHARTE

CREATIVE COMMONS

NOUS CONTACTER

NEWSLETTER

FLUX RSS

Nos partenaires
Slate.fr