La phrase

Brûler, en esprit, tous ces livres, tous ces mots – toutes ces incomparables, subtiles, profondes, mortelles pensées. Pour s’ouvrir à la pluie qui tombe, traversée de moucherons, d’insectes, à ce pays gris et vert ; à un craquement dans les pierres du mur ou le bois de la porte.

Philippe Jaccottet, “Carnets 1968-1979”, La Semaison, Œuvres, Gallimard, “Bibliothèque de la Pléiade”, 2014, p. 597  

C N L

CNL
« Nous tisserons le linceul du vieux monde »
[mercredi 14 octobre 2009 - 05:00]
Histoire
Couverture ouvrage
Les Canuts ou la démocratie turbulente. Lyon 1831-1834
Éditeur : Tallandier
224 pages / 23,76 € sur
Résumé : Une histoire des Canuts lyonnais à travers la presse de l’époque.
Page  1  2  3 

On retient du XIXe siècle ses émotions populaires et ses révolutions, qui d’un revers ont détrôné les monarchies, les empires, et faisaient trembler les Républiques même. Pour Furet, c’est en 1880, après un siècle, que la Révolution française de 1789, « entre au port ».   Entre temps, la révolution de Juillet aura remercié Charles X, celle de février 1848 la Monarchie de Juillet, sans parler de la Commune. Cette dernière, à cheval entre les traditions, est en même temps la dernière révolution du XIXe siècle et la première du XXe siècle. Ce serait oublier un peu vite deux révoltes qui ont marqué le siècle par leur modernité. Il s’agit des révoltes des Canuts, à Lyon, en 1831 et 1834. Les Canuts, ce sont les ouvriers de la soie, qui sont descendus pour prendre possession de la ville, à deux reprises, depuis la colline de la Croix-Rousse, encore appelée aujourd’hui la « colline qui travaille » - par opposition à Fourvière, la « colline qui prie ». Ce monde des ouvriers de la soie, avec l’organisation originale de ses ateliers, a été un foyer d’invention sociale d’une grande richesse, de la fin des années 1820 à la répression radicale de 1834.

C’est ce que Ludovic Frobert décrit et analyse dans son ouvrage qui porte le sous-titre « la démocratie turbulente ». Il utilise avant tout un dépouillement extrêmement précis de la presse ouvrière de l’époque, notamment l’hebdomadaire des Canuts, L’Écho de la fabrique, une source extraordinaire pour analyser les débats d’idées au sein de la société canuse. Cette publication est le résultat d’un projet de recherche de grande ampleur, qui rend aujourd’hui disponible sur Internet l’intégralité de la presse ouvrière lyonnaise de ces années 1831 – 1835. Il réussit le tour de force d’offrir un ouvrage extrêmement documenté pour les spécialistes, tout en captivant un lecteur moins averti.

Le sens d’un combat

Mise à part l’étude de Fernand Rude,  , l’histoire des Canuts demeurait enfermée dans des images d’Épinal, des interprétations presque erronées. D’un côté, on voulait faire de leur révolte une survivance des émeutes de la faim propre aux siècles précédents, les « taxations » et ce que E.P. Thompson a désigné comme répondant à « l’économie morale de la foule », appliqué à l’époque industrielle. De l’autre côté, les Canuts auraient été les précurseurs de la révolution socialiste, des syndicats, et de toutes les formes d’organisation ouvrière moderne. Ludovic Frobert le souligne : « scories ou esquisses », les Canuts étaient toujours « situés hors de leur temps »  . L’ouvrage, par une étude très précise de la presse canuse, s’emploie à corriger cette distorsion, en scrutant « l’économie politique »   des ouvriers lyonnais.

Du premier numéro, le 30 octobre 1931, jusqu’à la dissolution de la presse, trois périodes se dessinent, autour des différents rédacteurs principaux : Antoine Vidal, puis Marius Chastaing, avant que le journal n’explose en plusieurs initiatives concurrentes. En étudiant la pensée des Canuts ligne à ligne, Ludovic Frobert donne la parole aux principaux intéressés, qu’on a souvent étudié de l’extérieur, quitte à renforcer des discours qui leur étaient opposés : le Journal des Débats n’hésitait pas à écrire : « Les barbares qui menacent la société ne sont point au Caucase ni dans les steppes de la Tartarie ; ils sont dans les faubourgs de nos villes manufacturières »  .

Nicolas PATIN
Page  1  2  3 
Titre du livre : Les Canuts ou la démocratie turbulente. Lyon 1831-1834
Auteur : Ludovic Frobert
Éditeur : Tallandier
Collection : L'Histoire
Date de publication : 10/09/09
N° ISBN : 2847345701
Commenter Envoyer à un ami imprimer Charte déontologique / Disclaimer digg delicious Creative Commons Licence Logo

Aucun commentaire

Déposez un commentaire

Pour déposer un commentaire : Cliquez ici