Chroniques

Idéographies : cartographies des idées en 2017

Actuel Moyen Age : le présent au prisme du passé

Le JT de Socrate : regards philosophiques sur l'actualité

Chroniques scolaires : l'éducation au crible des sciences sociales

Inde-Pakistan : l'inquiétant regain des tensions

TOUTES NOS CHRONIQUES

Grands entretiens

Daria Deflorian, Antonio Tagliarini, sur Ce ne andiamo... et Il Cielo...

Carole Thibaut, sur Monkey Money

Vito Mancuso, La doctrine chrétienne ne peut survivre que si elle évolue

Laurent Bazin, Mohamed Bridji, L'identité nationale est une arme de guerre

Amir Reza Koohestani, sur Hearing

Nathalie Quintane, sur Que faire des classes moyennes?

Patrick Weil, sur Le sens de la République (2/2)

Patrick Weil, sur Le sens de la République (1/2)

Xavier Lemaire, Isabelle Andréani, sur le Cycle Xavier Lemaire

Rémi Lefebvre, Les primaires contre la démocratie ?

Nicolas Lebourg, Stéphane François, Histoire de la haine identitaire

Benoît Chantre, Les derniers jours de René Girard

Davide Luglio, Le style de la pensée italienne

Constance Gard, Psychotiques, bipolaires : médicaments ou suppléance ?

Pierre-Yves Gomez, Intelligence du travail

Eloi Laurent, Nos (nouvelles) mythologies économiques

François Dubet, Ce qui nous unit

Jill Stein, L'impossible "troisième homme"

Joël Pommerat, sur Ca ira (Fin de Louis)

Pierre-Henri Castel, Le cas Paramord

Laurent Fréchuret, sur Une trop bruyante solitude

Siddiq Wahid, Les tensions du Cachemire

Jean Vigreux, Le front populaire, l'échapée belle

Denis Clerc, Cessons de punir les pauvres

Dominique Mazéas et Anne-Sylvie Pelloux, La prise en charge de l'autisme

Lyiang Kim, Resident Forever

Romain Lajarge, Le pari grenoblois

TOUS NOS ENTRETIENS

Dossiers

La France à l'heure de l'Italie : philosophie, histoire, lettres

L'agrégation 2017, avec nonfiction.fr

Les printemps arabes : cinq ans après

Le travail en débat : au-delà de la loi El Khomri

Polyphonies syriennes : écrivains, intellectuels et artistes résistent

Djihadisme à la française : comprendre la radicalisation

TOUS NOS DOSSIERS

Pourquoi les Français veulent interdire la burqa ? Entretien avec John Bowen
[mardi 28 juillet 2009 - 12:00]

John Bowen est anthropologue, professeur à l’université Washington de Saint Louis, aux États-Unis. Il est spécialiste de l’Islam et ses récents travaux ont porté en particulier sur les musulmans de France. Tombé en plein débat sur le voile, il a déplacé un temps sa problématique pour s’intéresser à la perception de l’Islam par les Français : son livre Why the French Don’t like Headscarves, paru en 2007, interroge les ressorts de la mobilisations des valeurs républicaines et laïques contre la menace que représenterait le foulard.

Alors que la "mission d’information parlementaire" sur le voile intégral a commencé ses auditions, et les poursuivra jusqu’en décembre 2009, John Bowen propose d’interroger le sens de cette nouvelle préoccupation du politique. S’agit-il de légiférer davantage sur l’espace public ? ou bien de s’ingérer jusque dans la sphère privée ?


nonfiction.fr : Comment expliquez-vous la résurgence actuelle de la question de la burqa ?

John Bowen : Il est difficile d’expliquer pourquoi cette question ressurgit maintenant, car ce n’est pas lié à un événement particulier. Dans mon livre sur le foulard (2007) j’ai cherché des liens entre les résurgences des déclarations sur le foulard et les événements qui se passaient dans le monde musulman, en Algérie ou en Afghanistan par exemple. Avec la burqa, c’est plutôt une longue histoire. On voit depuis quelques années en Italie du Nord, en Belgique, aux Pays-Bas, des tentatives des pouvoirs locaux pour interdire la burqa. Ces mouvements européens contre l’Islam rencontrent un fort écho en France, et pas seulement dans les milieux d’extrême-droite, car les Français sont imprégnés de l’idée qu’on ne doit pas tolérer ce qui divise, or la burqa divise un individu. Le débat traverse le continuum politique droite-gauche, en se focalisant sur l’idée des valeurs communes : même si on fait appel aux questions techniques des contrôles d’identité par exemple, c’est plutôt le fait d’avoir des cloisonnements, des communautés qui gêne.


nonfiction.fr : Pourquoi ce déplacement de l’école à la rue ?

John Bowen : Pendant les débats en 2002-2003 quelques voix disaient que si le voile était symbole d’oppression de la femme, alors il fallait l’abolir de l’espace public, que ce soit à l’école ou dans la rue. Ces propositions, très cohérentes dans leur raisonnement, n’ont pas été suivies car à ce moment la loi sur le voile devait répondre à un ensemble de problèmes propres à l’école, et qui préoccupaient les enseignants comme les directeurs d’établissements : la contestation des cours d’histoire sur la Shoah par exemple, ou l’adaptation des rythmes scolaires aux obligations religieuses. Dans ce contexte, l’affaire du voile a fourni une opportunité pour légiférer, et donner l’impression de résoudre par la loi des problèmes face auxquels les acteurs se trouvaient démunis. Cette manie française de faire des lois, on la retrouve encore récemment avec la loi sur les bandes et sur le port des cagoules…


nonfiction.fr : C’est une coïncidence amusante, ce parallèle entre la cagoule et la burqa !

John Bowen : Oui, ce n’était pas forcément intentionnel mais les deux participent d’une même question : comment on légifère sur l’espace public ? De manière générale, la France a une conception positive de l’espace public, comme le lieu des valeurs communes et du vivre ensemble, d’où tout signe porteur de division doit être évacué ; c’est le sens de la laïcité à la française. Cependant les limites de cet espace restent floues. Dans le concret, l’espace public c’est quoi : la rue ? l’école ? la mairie ?

Revenons sur le cas de la femme à qui on a refusé la nationalité française parce qu’elle portait la burqa – le raisonnement du gouvernement  ce n’était pas de dire que les conditions n’étaient pas remplies pour l’obtention de la nationalité, mais de dire que, du fait qu’elle était ainsi vêtue, qu’elle restait chez elle, elle présentait un défaut d’assimilation. Voilà le point intéressant : le problème ne vient pas d’un trouble à l’ordre public, mais du fait de rester dans la sphère privée. C’est là que se trouve le changement : maintenant on va jusque dans la chambre, on l’a vu encore dans le débat sur l’annulation du mariage pour cause de non-virginité de l’épouse, une annulation qui n’était ni contestée par la femme, ni par les juges, mais par les voix politiques qui ont estimé que ces distinctions n’avaient pas lieu d’être dans la sphère privée. Dans l’affaire de la burqa, on considère que la vie privée peut être source de défauts dans la sphère publique – défaut de laïcité, d’assimilation etc. Ce qui m’intéresse beaucoup c’est l’évolution de la notion d’ordre public ; il y a d’une part l’espace public en ce qu’il s’oppose à l’espace intime, familial, et d’autre part il y a l’ordre public, cette idée très durkheimienne d’un ordre social, moral, qui peut être bafoué même en privé. Et c’est cette idée d’un ordre moral qui pourrait nous amener à une interprétation en faveur de l’interdiction de la burqa ; mais dans notre période post-Vichy on a du mal à parler d’ordre moral.


nonfiction.fr : Donc vous voulez dire qu’on sort du politique si on s’intéresse à la sphère privée ?

John Bowen : Je vois là une atteinte potentielle à la vie privée des gens, à la liberté dans la sphère privée. Avec la burqa, la question du communautarisme est maintenant portée sur le corps de la femme. Ce déplacement, qui paraît récent, s’inscrit pourtant dans le temps long, car la tension entre libertés individuelles et valeurs communes est une constante depuis la révolution française : il ne faut pas oublier qu’après 1789 il y a eu 1792. La France demeure traversée par cette tension entre l’État - expression de la volonté générale, et la liberté de l’individu. Cette tension qui apparaît clairement dans la pensée de Rousseau…


nonfiction.fr : Vous montrez d’ailleurs dans votre livre sur le foulard que la pensée rousseauiste imprègne fortement la mentalité française : est-ce que vous pensez que les petits Français devraient lire plus de philosophes anglo-saxons à l’école ?

John Bowen : C’est une question qui porte sur la pédagogie à l’école… depuis des années des efforts sont faits pour introduire la pensée des libéraux en France . Cependant, on peut trouver une défense de la liberté individuelle chez Rousseau, sans avoir recours à d’autres systèmes philosophiques qui seraient moins ancrés dans la pédagogie, l’histoire de la France.

D’autre part, ces questions ne posent pas seulement, de manière générale, le problème des libertés publiques, mais de manière plus particulière le problème de l’Islam en France. C’est ce que je cherche à montrer dans mon nouveau livre Can Islam Be French (L’Islam peut-il être français, à paraître, Princeton University Press). Il reste encore à inventer des formes de dialogue, à trouver des interlocuteurs privilégiés qui puissent, en quelque sorte, normaliser la présence de l’Islam en France.

Yasmine BOUAGGA

8 commentaires

Avatar

waint12

19/08/11 09:23
Que Bowen retourne d'où il vient et qu'il ne cherche surtout pas à faire connaitre et faire appliquer ses idée ici. C'est une tête de pont d'un lobbying américains qui cherchent à affaiblir culturellement l'Europe en lui mettant l'Islam dans les pattes. Je suis sûr qu'il est pour l'entrée de la Turquie dans l'Europe.
Donc passe ton chemin J.B et occupe toi d'autre chose.
Avatar

pat83

11/04/11 14:15
Même si je pense qu'il s'agit d'un problème mineur de société, je suis contre le port de le burqa en France, tout en précisant que je ne suis pas contre la présence de musulmans sur le territoire. Mais l'islam modérée uniquement, en effet les femmes de ce pays se sont battues et se battent pour leurs droits. Notre pays a été construit sur des bases religieuses puis avec l'évolution des moeurs vers un système laïque. Je trouve intolérable que certaines personnes veuillent imposer leurs codes religieux à nous qui nous sommes émancipés de la religion en général.

Pour faire une comparaison approximative, je trouverais insensé d'entrer dans une mosquée tout en refusant de me plier aux règles qui la régisse. Si je veux y entrer, je me soumet sans problème à ses contraintes sinon je passe mon chemin. J’apparente cela à un manque de respect du pays et de ses habitants.

Alors, puisque les règles de notre pays ne leur convient pas, je leur conseille de passer leurs chemins et de partir vivre dans un pays où ces pratiques font parties des traditions (Afghanistan, Iran, bref tous les pays où la religion musulmane radicale est admise et pratiquée).

Bien sûr certains partisans de cette religion feront un amalgame entre musulman et arabe pour mieux me qualifier de raciste. De toute façon, dès que nous remettons en cause leurs attitudes, cet argument infondé est inexorablement le même !
Avatar

lepetitcandide

19/08/09 22:17
"Le voile intégral en effet nie un principe libéral: celui de la responsabilité vis-à-vis de tout acte ou activité libre dans l'espace public. Quiconque évolue dans cet espace doit pouvoir être reconnu ou reconnaissable pour être civilement responsable de ces actes; cela vaut pour le voile intégral comme pour la cagoule."

M.Reboul, je ne suis pas sur que vous ayez totalement raison, car effectivement le voile intégral semble s'opposer avec le principe libéral que vous rappelez. Cependant, dans le fond se sont bien deux principes de droit qui entrent en conflit, celui de la responsabilité vis-à-vis de tout acte ou activité libre dans l'espace public; puis l'autre qui relève des libertés individuelles (ex : le choix de porter tel ou tel vêtement).

Il ne faut pas se tromper de débat, bien que le problème que vous soulignez est juste. Il me semble bien que derrière cette histoire, la classe politique cherche à réagir face à la montée d'un islam extrémiste. c'est une affaire délicate, notre République est laïque, et le combat n'est pas gagné d'avance, en voulant repousser les extrémistes, on peut faire des victimes de guerre. Les musulmans modérés et respectueux de la République qui porteraient la burqa, porter la burqa ne peut-il être que le signe de l'oppression??! le débat reste ouvert...

Je suis assez étonné de voir nos hommes politiques réagir maintenant,
je ne sais pas trop, mais je ne suis pas sur que le phénomène de la burqa date d'aujourd'hui. Bien sur ce n'est pas une raison, il faut agir si ce vêtement représente véritablement un danger (ce qui est fort probable). Mais de quelle manière, faut-il agir? Allons nous au nom de la République mettre en place une espèce de police (de moeurs) qui verbaliseraient les personnes portant la burqa. Cela va-t-il vraiment être efficace, j'ai des gros doutes. A mon avis, voter une nouvelle loi interdisant le port de ce vêtement (même au nom de l'ordre public) ne va faire qu'envenimer la situation, et contredire notre idéal de laïcité.

Je pense simplement que le gouvernement dois rappeler quels sont les principes de la République, et montrer en quoi la burqa est problématique.

Mais si le législateur devait être amené à voter une loi, se serait pour mettre en place un vrai dispositif qui permettrait de prendre en charge les femmes, victimes de cette pratique, qui demanderaient à ne plus vouloir subir cette oppression.

Ainsi cela permettrait de faire respecter les libertés individuelles de tous nos concitoyen(ne)s. Pour celles qui ne sentiraient pas victimes, et qui seraient mêlées dans des affaires liées aux troubles de l'ordre public, la police et la justice n'auraient plus qu'à faire leurs métiers.
Avatar

thierry bruno

13/08/09 11:49
Sylvain Reboul a succinctement et correctement posé le problème, sans s'égarer dans les considérations fumeuses de M. Bowen encouragé par le journaliste (port de la cagoule. De plus, M. Bowen semble croire que l'Etat se déplace jusque dans l'intimité des personnes ce qui est pour le moins mensonger. Si une femme veut revêtir la burqa chez elle, libre à elle. Mais dans l'espace public, c'est-à-dire à partir du moment où elle met un pied dans la rue ou dans un lieu recevant du public, la burqa doit être prohibée selon le principe rappelé par M. Reboul. Si ce principe républicain pose problème à certains musulmans, qu'ils changent de pays : ce n'est pas à la République Française de se renier.
Avatar

karg

01/08/09 09:58
Tous a fait d'accord avec vous M Reboul, défendre la burqa avec comme argument le libéralisme anglo-saxon, c'est comme défendre la pédophilie au nom des principes libertaires.

Déposez un commentaire

Pour déposer un commentaire : Cliquez ici