Chroniques

Idéographies : cartographies des idées en 2017

Actuel Moyen Age : le présent au prisme du passé

Le JT de Socrate : regards philosophiques sur l'actualité

Chroniques scolaires : l'éducation au crible des sciences sociales

Inde-Pakistan : l'inquiétant regain des tensions

TOUTES NOS CHRONIQUES

Grands entretiens

Aurélien Bellanger, sur Le grand Paris

Massimo Recalcati, sur Mélancolie et création chez Vincent Van Gogh

David Djaïz, sur La guerre civile n'aura pas lieu

Johann Chapoutot, sur La révolution culturelle nazie (1/2)

Johann Chapoutot, sur La révolution culturelle nazie (2/2)

Nicolas Truong, sur Interview

Jean-Yves Leloup, sur l'émergence des musiques électroniques

Juliette Sibon, sur Chasser les juifs pour régner

Julie Brochen, sur Molly S

Daria Deflorian, Antonio Tagliarini, sur Ce ne andiamo... et Il Cielo...

Carole Thibaut, sur Monkey Money

Vito Mancuso, La doctrine chrétienne ne peut survivre que si elle évolue

Laurent Bazin, Mohamed Bridji, L'identité nationale est une arme de guerre

Amir Reza Koohestani, sur Hearing

Nathalie Quintane, sur Que faire des classes moyennes?

Patrick Weil, sur Le sens de la République (2/2)

Patrick Weil, sur Le sens de la République (1/2)

Xavier Lemaire, Isabelle Andréani, sur le Cycle Xavier Lemaire

Rémi Lefebvre, Les primaires contre la démocratie ?

Nicolas Lebourg, Stéphane François, Histoire de la haine identitaire

Benoît Chantre, Les derniers jours de René Girard

Davide Luglio, Le style de la pensée italienne

Constance Gard, Psychotiques, bipolaires : médicaments ou suppléance ?

Pierre-Yves Gomez, Intelligence du travail

Eloi Laurent, Nos (nouvelles) mythologies économiques

François Dubet, Ce qui nous unit

Jill Stein, L'impossible "troisième homme"

Joël Pommerat, sur Ca ira (Fin de Louis)

Pierre-Henri Castel, Le cas Paramord

Laurent Fréchuret, sur Une trop bruyante solitude

Siddiq Wahid, Les tensions du Cachemire

Jean Vigreux, Le front populaire, l'échapée belle

Denis Clerc, Cessons de punir les pauvres

Dominique Mazéas et Anne-Sylvie Pelloux, La prise en charge de l'autisme

Lyiang Kim, Resident Forever

Romain Lajarge, Le pari grenoblois

TOUS NOS ENTRETIENS

Dossiers

La France à l'heure de l'Italie : philosophie, histoire, lettres

L'agrégation 2017, avec nonfiction.fr

Les printemps arabes : cinq ans après

Le travail en débat : au-delà de la loi El Khomri

Polyphonies syriennes : écrivains, intellectuels et artistes résistent

Djihadisme à la française : comprendre la radicalisation

TOUS NOS DOSSIERS

Les intellectuels au chevet du PS
[samedi 15 novembre 2008 - 12:00]

En ce début de congrès du parti socialiste, Le Monde convoque plusieurs intellectuels (sociologues, politologues, économistes, philosophes) au chevet du malade. Ils se livrent à un diagnostique croisé des maux multiples qu’accablent cette formation politique, qui continue pourtant de passionner les intellectuels français malgré le constat d’un désamour réciproque.

Les constats convergent sur plusieurs points, déjà mille fois exposés et dénoncés sur toutes les ondes, dans tous les journaux et dans une multitude de livres. Pour en citer quelques uns :

- le rempli sur soi d’un appareil constitué d’élus locaux professionnels, soucieux de garantir leurs emplois et hostiles à toute influence de la société civile qui pourrait bouleverser les savants équilibres claniques ;

- le provincialisme digne de Bouvard et Pécuchet, nourri d’une étroitesse d’esprit et d’une incompréhension sincère face aux bouleversements rapides du monde contemporain et face aux mutations de la société civile ;

- le refus de nouveaux paradigmes pour penser les rapports de forces économiques et sociaux, car toute clarification de la ligne idéologique entraînerait une implosion de la machine électorale ;

- le rapport conflictuel à la vérité, issu de la peur honteuse du surmoi gauchiste et du mépris hypocrite du recentrage inévitable, avec un parti sans cesse écartelé entre la surenchère radicale du discours d’opposition systématique et une pratique gouvernementale de gestionnaire raisonnable et raisonné.

Au delà de la dureté de certains propos, que l’on classera dans le registre de l’amour déçu, on se demande parfois si le PS n’est pas d’avantage présent dans le débat intellectuel français par sa mythologie passée que par son existence présente.

Comme si les intellectuels ne pardonnaient pas au PS de ne pas avoir pris la relève du PC après le bouleversement de 1989, pour les accueillir et les légitimer aux yeux de l’opinion. On sent le désir nostalgique de ces compagnons de route orphelins d’une formation politique crédible, qui puisse leur permettre de s’inscrire (à peu de frais) dans les luttes politiques et sociales de leur temps.

Au lieu de se réunir avec des mines attristées autour de la table d’autopsie, il serait peut-être temps pour les intellectuels d’investir ce PS pour lui redonner vie ou bien d’abandonner leur nostalgie et de s’atteler à l’émergence d’autres formations politiques, fussent-elles de centre ou de gauche, qui puissent offrir des alternatives politiques crédibles pour comprendre et agir sur le monde.

 

 

* "Les intellectuels jugent le PS", Le Monde, 14.11.2008.

* À lire également sur nonfiction.fr :

- le dossier sur le PS : "PS : combien de divisions (intellectuelles) ?".

Yves SEMNOZ

Aucun commentaire

Déposez un commentaire

Pour déposer un commentaire : Cliquez ici