Psychologie

Les 100 mots de la psychanalyse

Couverture ouvrage

Jacques Andr
Presses universitaires de France (PUF) , 128 pages

Petit lexique de la psychanalyse.
[mercredi 13 mai 2009]


Un nouveau Que sais-je ? qui présente partiellement la terminologie psychanalytique.

Professeur de psychopathologie et psychanalyste, Jacques André nous propose ici de découvrir le vocabulaire de la psychanalyse par le biais de 100 mots. Certains sont directement issus de la clinique analytique, comme "narcissisme", "schizophrénie" etc., d’autres sont plus à la marge, comme "l’enfant mort", "humour". Une troisième catégorie de mots psychanalytiques est également référencée dans le corps du livre avec des renvois à différents articles mais sans apparaître en table des matières. Ainsi, "excitation" n’a pas de texte propre mais est renvoyé à "auto-érotisme", "corps", "masochisme" et "oral".

Si cette entreprise est intéressante, il est néanmoins très regrettable que cet ouvrage, qui se veut représentatif des 100 mots de la psychanalyse, fasse l’impasse sur la psychanalyse lacanienne qui occupe pourtant une place considérable dans la clinique analytique. Peut-être qu’une collaboration avec d’autres psychanalystes aurait permis de vraiment présenter les 100 ou les 150 mots de la psychanalyse. Car, si le lecteur peut découvrir la terminologie freudienne, il reste frustré de ne pas y trouver, par exemple, "Nom-du-Père" qui, pourtant, est largement passé dans le langage courant. D’ailleurs, le lecteur est doublement frustré car "frustration" n’est pas, lui non plus, référencé dans les 100 mots de la psychanalyse.

Si ces défauts sont vraiment regrettables, par ailleurs Jacques André sait donner dans ce petit livre un ton très agréable et à la portée de tous. Ainsi plutôt que d’entrer seulement dans des explications théoriques parfois compliquées et faisant appel à des connaissances préalables, l’auteur nous illustre brièvement ce dont il est question. Ainsi, à l’article "acte manqué", il écrit : "l’homme s’apprête à rendre à sa mère la visite hebdomadaire que, malgré ses contraintes professionnelles, jamais il ne manque. Tout occupé par des pensées émues qui autofélicitent le bon fils qu’il est, il se trompe de quai et prend le métro en sens inverse". Ou encore : "accablé par les ennuis qui n’en finissent pas de s’accumuler, – qu’a-t-il fait pour mériter cela, c’est quand même bien cher payé –, l’homme qui va pour composer le code de l’immeuble où l’attend son psychanalyste se trompe de chiffre et tape celui de sa carte bancaire…"

Ainsi, ce petit livre au ton agréable séduira tous ceux qui souhaitent avoir une définition simple, rapide, claire et accompagnée d’exemples cliniques, d’une partie des concepts de la psychanalyse..

Commenter Envoyer  un ami imprimer Charte dontologique / Disclaimer digg delicious Creative Commons Licence Logo

2 commentaires

Avatar

PatrickD

24/05/09 20:23
Décidément, la France n'arrive pas à se libérer de la psychanalyse, qui prend de plus en plus l'aspect d'un phénomène de caste religieuse. Cette pseudo-science, qui est maintenant traitée purement sous l'angle d'une curiosité historique dans les facultés de la plupart des autres pays, continue étrangement de trouver un terrain fertile dans notre pays.

Comment expliquer cette situation? On peut y voir le résultat d'un gigantesque phénomène de dissonnance cognitive au niveau collectif. Il est très difficile d'admettre que nous nous sommes fourvoyés. D'autant plus qu'il y va du gagne pain de toute une catégorie sociale, qui aurait beaucoup de mal à se reconvertir, après des années de lavage de cerveau psychanalytique.

La voie la plus facile, celle qui demande le moins de courage intellectuel, est de persister dans l'erreur, en faisant de nouveaux adeptes pour se persuader que l'on a raison, et de fonctionner scientifiquement en vase clos, en rejettant toute contestation et critique, de la façon parfaitement décrite par Iving Janis dans GroupThink.

Quelques voix s'élèvent pour dénoncer cette situation. Elles sont peu nombreuses et vite étouffées par les ténors de la caste psychanalytique, qui tiennent le haut du pavé médiatique (par exemple, à France Culture). Citons Le Livre Noir de la Psychanalyse. Mais la clameur ne peut que s'amplifier et on ne désespère pas qu'un jour, la France sortira de sa "névrose" psychanalytique. Le plutôt sera le mieux! car la situation actuelle projette une image déplorable de l'état de la science dans notre pays.
Avatar

charles

25/09/10 21:11
dire que la Psychanalyse est une pseudo-science est parfaitement infondé ,cela ne serre qu à alimenter une fausse information qui a pour seul but troubler les esprits pour se faire davantage remarquer ...
car posons nous la question qui a y gagner dans tout cette histoire?
nous le savons tous...mais certainement pas des milliers de gens qui souffrent...
alors arrêtons le mimétisme...

Déposez un commentaire

Pour déposer un commentaire : Cliquez ici

A lire aussi dans nos archives...
A propos de Nonfiction.fr

NOTRE PROJET

NOTRE EQUIPE

NOTRE CHARTE

CREATIVE COMMONS

NOUS CONTACTER

NEWSLETTER

FLUX RSS

Nos partenaires
Slate.fr