Chroniques

Actuel Moyen Age : le présent au prisme du passé

Le JT de Socrate : regards philosophiques sur l'actualité

Chroniques scolaires : l'éducation au crible des sciences sociales

L'Age de nos adages : actualité de la sagesse ancestrale

Inde-Pakistan : l'inquiétant regain des tensions

TOUTES NOS CHRONIQUES

Grands entretiens

Aurélien Bellanger, sur Le grand Paris

Massimo Recalcati, sur Mélancolie et création chez Vincent Van Gogh

David Djaïz, sur La guerre civile n'aura pas lieu

Johann Chapoutot, sur La révolution culturelle nazie (1/2)

Johann Chapoutot, sur La révolution culturelle nazie (2/2)

Nicolas Truong, sur Interview

Jean-Yves Leloup, sur l'émergence des musiques électroniques

Juliette Sibon, sur Chasser les juifs pour régner

Julie Brochen, sur Molly S

Daria Deflorian, Antonio Tagliarini, sur Ce ne andiamo... et Il Cielo...

Carole Thibaut, sur Monkey Money

Vito Mancuso, La doctrine chrétienne ne peut survivre que si elle évolue

Laurent Bazin, Mohamed Bridji, L'identité nationale est une arme de guerre

Amir Reza Koohestani, sur Hearing

Nathalie Quintane, sur Que faire des classes moyennes?

Patrick Weil, sur Le sens de la République (2/2)

Patrick Weil, sur Le sens de la République (1/2)

Xavier Lemaire, Isabelle Andréani, sur le Cycle Xavier Lemaire

Rémi Lefebvre, Les primaires contre la démocratie ?

Nicolas Lebourg, Stéphane François, Histoire de la haine identitaire

Benoît Chantre, Les derniers jours de René Girard

Davide Luglio, Le style de la pensée italienne

Constance Gard, Psychotiques, bipolaires : médicaments ou suppléance ?

Pierre-Yves Gomez, Intelligence du travail

Eloi Laurent, Nos (nouvelles) mythologies économiques

François Dubet, Ce qui nous unit

Jill Stein, L'impossible "troisième homme"

Joël Pommerat, sur Ca ira (Fin de Louis)

Pierre-Henri Castel, Le cas Paramord

Laurent Fréchuret, sur Une trop bruyante solitude

Siddiq Wahid, Les tensions du Cachemire

Jean Vigreux, Le front populaire, l'échapée belle

Denis Clerc, Cessons de punir les pauvres

Dominique Mazéas et Anne-Sylvie Pelloux, La prise en charge de l'autisme

Lyiang Kim, Resident Forever

Romain Lajarge, Le pari grenoblois

TOUS NOS ENTRETIENS

Dossiers

La France à l'heure de l'Italie : philosophie, histoire, lettres

L'agrégation 2017, avec nonfiction.fr

Les printemps arabes : cinq ans après

Le travail en débat : au-delà de la loi El Khomri

Polyphonies syriennes : écrivains, intellectuels et artistes résistent

Djihadisme à la française : comprendre la radicalisation

TOUS NOS DOSSIERS

L'AGE DE NOS ADAGES – « Qui veut voyager loin ménage sa monture »
[mardi 14 mars 2017 - 09:00]

Nos proverbes, censés véhiculer des bouts de sagesse ancestrale, sont souvent incompris, considérés obsolètes, de moins en moins usités quand ils ne sont pas simplement oubliés. De sorte que leur fortune n'est souvent plus guère que celle de motifs parodiques sans plus d'autorité.

Certains, pourtant, nous paraissent bel et bien faire sens aujourd'hui. Aussi la chronique L'âge de nos adages se donne pour objectif d'en dépoussiérer quelques-uns pour en raviver l'actualité. De quoi redonner un coup de fouet à cet adage gascon : « Proverbes des anciens, les jeunes s’en servent » (Reproèrs dus anciens los joens se’n servissan).

 

Le proverbe du jour : « Qui veut voyager loin ménage sa monture »

 

 

A travers la métaphore du cheval comme monture, principal moyen de transport de la plupart des sociétés humaines jusqu’au XIXème siècle, cet adage nous enjoint de préserver nos forces, de ne pas « tirer sur la corde », en un mot de prendre soin de ce qui nous permet d’avancer. A l’heure où les montures sont carrossées et où nous voyageons de plus en plus loin, de plus en plus vite, ce proverbe a-t-il encore un sens ?

Tiré de la pièce de Racine « Les Plaideurs », cet adage est avant tout un conseil qui porte sur la relation au corps: « Monsieur Perrin Dandin, Tout franc, vous vous levez tous les jours trop matin : Qui veut voyager loin ménage sa monture ; Buvez, mangez, dormez, et faisons feu qui dure. » Présupposant non seulement un dualisme mais un rapport instrumental au corps, ménager sa monture dans le sens racinien implique donc de se ménager soi-même, en prenant soin de son corps – injonction contemporaine s’il en est. Bien sûr le contenu peut-être a évolué : « buvez (mais pas trop d’alcool), mangez (mais pas trop de graisses saturées et si possible bio), dormez (mais les morningophiles vous diront que deux heures de yoga ou de marche le matin avant d’aller travailler, rien de tel pour garder la santé) ». Quels que soient les moyens choisis cependant, on retrouve bien cet espoir de « faire feu qui dure ».

Mais notre monde est aujourd’hui constitué d’artefacts techniques, ces « frères inférieurs » dont parle Bruno Latour, autant que de corps. « Ménager sa monture » aujourd’hui implique donc également un rapport à la technique qui ne reposerait pas sur une simple volonté de domination – l’injonction cartésienne de se rendre « comme maître et possesseur de la nature » – mais sur une co-habitation, une co-construction de notre monde. Concrètement, et au-delà du gonflage de ses pneus de vélo, nettoyer le clavier ou l’écran de son ordinateur ou de son smartphone avec des produits adaptés, effectuer régulièrement les mises à jour, ou choisir un antivirus performant sont autant de façons de ménager les artefacts qui nous entourent et qui nous permettent de « voyager loin ».

Enfin, la monture représente bien sûr nos conditions d’existence : l’environnement et les écosystèmes dans lesquels nos sociétés s’insèrent. Les injonctions institutionnelles à la durabilité, ou philosophiques à la soutenabilité, placent ce soin au cœur de nos préoccupations. Les processus de désertification des sols, d’acidification des océans et de changement de composition chimique de l’atmosphère sont autant de phénomènes qui réduisent, littéralement, la taille du monde dans lequel nous pouvons vivre. Qui veut voyager loin ménage sa monture, non seulement parce que la monture s’épuise, mais aussi parce qu’il n’y aura plus d’ailleurs où voyager. Mais attention toutefois de ne pas commettre un contre-sens menant à une impasse : nul ne peut voyager plus loin et plus vite tout en ménageant sa monture. Cette illusion, portée par les partisans d’un développement durable reposant sur une vision business as usual des pratiques, conduit à mépriser et négliger ce qui fait la spécificité de cette monture.

Depuis les lustres du Grand Siècle, la sagesse racinienne nous met donc en garde contre une vision fantasmagorique et par trop instrumentale des conditions-même de notre existence.

 

* Si des proverbes vous tiennent à coeur, n'hésitez-pas à nous les soumettre en commentaire : l'équipe de Nonfiction se fera une joie de les analyser !

 

A lire sur Nonfiction :

Le sommaire de la rubrique L'âge de nos adages

 

Fanny VERRAX

Aucun commentaire

Déposez un commentaire

Pour déposer un commentaire : Cliquez ici