Chroniques

Actuel Moyen Age : le présent au prisme du passé

Le JT de Socrate : regards philosophiques sur l'actualité

Chroniques scolaires : l'éducation au crible des sciences sociales

L'Age de nos adages : actualité de la sagesse ancestrale

Inde-Pakistan : l'inquiétant regain des tensions

TOUTES NOS CHRONIQUES

Grands entretiens

Aurélien Bellanger, sur Le grand Paris

Massimo Recalcati, sur Mélancolie et création chez Vincent Van Gogh

David Djaïz, sur La guerre civile n'aura pas lieu

Johann Chapoutot, sur La révolution culturelle nazie (1/2)

Johann Chapoutot, sur La révolution culturelle nazie (2/2)

Nicolas Truong, sur Interview

Jean-Yves Leloup, sur l'émergence des musiques électroniques

Juliette Sibon, sur Chasser les juifs pour régner

Julie Brochen, sur Molly S

Daria Deflorian, Antonio Tagliarini, sur Ce ne andiamo... et Il Cielo...

Carole Thibaut, sur Monkey Money

Vito Mancuso, La doctrine chrétienne ne peut survivre que si elle évolue

Laurent Bazin, Mohamed Bridji, L'identité nationale est une arme de guerre

Amir Reza Koohestani, sur Hearing

Nathalie Quintane, sur Que faire des classes moyennes?

Patrick Weil, sur Le sens de la République (2/2)

Patrick Weil, sur Le sens de la République (1/2)

Xavier Lemaire, Isabelle Andréani, sur le Cycle Xavier Lemaire

Rémi Lefebvre, Les primaires contre la démocratie ?

Nicolas Lebourg, Stéphane François, Histoire de la haine identitaire

Benoît Chantre, Les derniers jours de René Girard

Davide Luglio, Le style de la pensée italienne

Constance Gard, Psychotiques, bipolaires : médicaments ou suppléance ?

Pierre-Yves Gomez, Intelligence du travail

Eloi Laurent, Nos (nouvelles) mythologies économiques

François Dubet, Ce qui nous unit

Jill Stein, L'impossible "troisième homme"

Joël Pommerat, sur Ca ira (Fin de Louis)

Pierre-Henri Castel, Le cas Paramord

Laurent Fréchuret, sur Une trop bruyante solitude

Siddiq Wahid, Les tensions du Cachemire

Jean Vigreux, Le front populaire, l'échapée belle

Denis Clerc, Cessons de punir les pauvres

Dominique Mazéas et Anne-Sylvie Pelloux, La prise en charge de l'autisme

Lyiang Kim, Resident Forever

Romain Lajarge, Le pari grenoblois

TOUS NOS ENTRETIENS

Dossiers

La France à l'heure de l'Italie : philosophie, histoire, lettres

L'agrégation 2017, avec nonfiction.fr

Les printemps arabes : cinq ans après

Le travail en débat : au-delà de la loi El Khomri

Polyphonies syriennes : écrivains, intellectuels et artistes résistent

Djihadisme à la française : comprendre la radicalisation

TOUS NOS DOSSIERS

Le président fantoche @babgi
[vendredi 06 avril 2012 - 11:00]

Le président fantoche @babgi  

Nom : Gilles Babinet – Fonction : ex-président du Conseil national du Numérique, entrepreneur du Web.

Nombre d’abonnés : 4034 - Nombre de tweets : 1275 – 3 abonnés pour 1 tweet : 4/5.

"Fini la lenification, je vais enfin pouvoir recommencer à dire du mal des gens !! :-)" Ce tweet envoyé hier par Gilles Babinet montre bien qu’en un an à la présidence du Conseil national du Numérique (CNNum), il s’est surtout évertué à ménager tout le monde. A commencer par l’Elysée, qui a créé le CNNum en avril 2011. En effet, il faut bien le dire : en un an, ce gadget sarkozyste (dont les membres sont nommés par le président de la République) n’a pas pu faire grand chose. Ses propositions pour taxer les géants du Web basés à l’étranger n’ont pas été retenues. Son rôle a surtout été de rendre des avis sur des sujets portés par le gouvernement sans jamais être écouté. Comme l’a résumé Christophe Ginisty (@cginisty), le CNNum a peut-être manqué de moyens et d’indépendance, mais pourquoi ses membres "n'ont-ils pas démissionné lorsqu'ils se sont rendus compte qu'ils n'étaient en fait qu'un jouet médiatique jetable dans les mains d'un président inculte des choses du numériques mais avide de se parer des attributs du dirigeant attentif à ces bouleversements ?" A sa décharge, Gilles Babinet en avait sans doute un peu marre que Nicolas Princen (@NicoPrincen), le conseiller digital de Sarkozy, l’appelle sans cesse pour tenter de le "piloter". Pourtant, il a également refusé de s’emparer d’Hadopi, le grand sujet qui fâche le Web et les créateurs. Peut-être était-il en désaccord avec la majorité sur le sujet mais était-ce une raison pour garder le silence ? Comme une prémonition pour le 6 mai, la sanction est tombée mercredi soir : Gilles Babinet n’a pas été réélu à la tête du CNNum, battu par Patrick Bertrand (@pck_b).

 

Lire notre enquête sur "Les soldats de Sarkozy sur Twitter" ou #sarkotroll

LA RÉDACTION

Aucun commentaire

Déposez un commentaire

Pour déposer un commentaire : Cliquez ici